Référence multimedia du sénégal
.
Google

Réouverture du dossier judiciaire du Joola à Dakar : Les victimes françaises s’interrogent sur les motivations de l’Etat du Sénégal

Article Lu 11008 fois

La possibilité de réouverture du dossier pénal du naufrage du bateau Le Joola, annoncée par le ministre sénégalais de la Justice, laisse dubitatives les familles des victimes qui ont porté plainte en France. Elles se demandent les raisons d’une telle action judiciaire alors que le dossier avait été classé sans suite par la justice sénégalaise à cause de la mort du commandant du bateau.



Réouverture du dossier judiciaire du Joola à Dakar : Les victimes françaises s’interrogent sur les motivations de l’Etat du Sénégal
(Correspondant permanent à Paris) - Les victimes françaises et franco-sénégalaises, qui ont porté plainte contre d’éventuels responsables du naufrage du bateau Le Joola, s’interrogent sur les ‘motivations’ de la possibilité de rouvrir le dossier pénal de l’Affaire du Joola. Le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Me Madické Niang, avait laissé entendre cette possibilité lors ‘des petits déjeuners’ de l’Agence de presse sénégalaise (Aps), il y a quelques jours.’Quelle est la motivation de cette annonce ?’, s’interroge Me Simon Ndiaye, un des avocats des victimes qui ont porté plainte devant la juridiction française. Pour lui, ‘si la justice sénégalaise a agi selon les règles de l’art en classant sans suite l’affaire, pourquoi alors vouloir la rouvrir ?’ ‘Ou est-ce que c’est parce que les choses bougent à Paris que le Sénégal laisse entrevoir une réouverture de la procédure à Dakar ?’ ‘Soit la justice sénégalaise a classé le dossier en connaissance de cause. Dans ce cas, il n’y a pas lieu de le rouvrir. Soit le travail juridique n’a pas été bien fait. Ce sera trop facile de rouvrir un tel dossier ainsi’, fait remarquer Me Ndiaye.
En tous les cas, le Garde des Sceaux du Sénégal, Me Madické Niang, avait soutenu lors de ces ‘petits déjeuners’ de l’Aps, que ‘nous ne le faisons pas sous la pression. C’est toujours notre bataille contre l’impunité qui nous amène à le faire’. Mais la sortie de Me Madické Niang faisait suite à l’annulation des mandats d’arrêt contre Mame Madior Boye et Youba Sambou seulement ; alors que le Sénégal voulait l’annulation de l’ensemble des neuf mandats d’arrêt internationaux lancés contre des autorités sénégalaises plus ou moins impliquées dans la gestion du bateau Le Joola.

Aujourd’hui, quelles seraient les répercussions d’une éventuelle réouverture du dossier pénal du Joola au Sénégal sur la plainte portée devant les juridictions françaises ? ‘Les procédures sont autonomes. La plainte, déposée à Paris, est antérieure à celle qui avait été classée au Sénégal et dont on veut rouvrir’, explique Me Simon Ndiaye. L’avocat des familles des victimes soutient que la plainte, déclenchée à Paris, suit son cours et aucune autre ne pourrait la remettre en cause.

Du côté du président de l’Association des familles des victimes françaises, l’on se dit habitué à ce genre de ‘gesticulations des autorités sénégalaises’. ‘Depuis 2003, nous sommes habitués à ces gesticulations. Peut-être que les autorités sénégalaises ont peur, puisque la justice française s’occupe bien de notre plainte’, fait comprendre Alain Verschatse. ‘Pourquoi veulent-elles rouvrir le dossier ? Est-ce qu’elles ont de nouveaux éléments ? Quand cela bouge trop ailleurs (allusion à la plainte déposée en France, Ndlr), ils essaient de faire quelque chose’, fait-il remarquer. Avant d’ajouter : ‘Cela ne m’empêche pas de dormir !’. Les familles des victimes vont-elles se présenter devant la justice sénégalaise quand celle-ci jugera l’opportunité de rouvrir le dossier ? ‘La justice internationale et la justice française sont capables de juger cette affaire. Donc il n’y a pas de raison de se présenter devant la justice sénégalaise qui a enterré le dossier en son temps. En plus, sans dénigrer la justice sénégalaise, j’ai plus confiance en la justice française parce qu’il y a moins l’intervention de l’Etat qu’au Sénégal’, soutient Alain Verschatse.

Il faut rappeler qu’une vingtaine de familles de victimes françaises ont porté plainte pour que les responsabilités soient situées dans le naufrage du bateau Le Joola en septembre 2002. Depuis, avant d’être muté, le Juge d’instruction français, chargé du dossier, Jean Wilfried Noël, avait lancé neuf mandats d’arrêt internationaux après sa commission rogatoire qui a séjourné au Sénégal. Récemment, deux des neuf mandats ont été annulés alors que le Sénégal voulait l’annulation de la totalité. L’affaire est portée devant la Cour de Cassation de Paris qui doit statuer dans les prochains mois.

Moustapha BARRY
Source Walfadjri

Article Lu 11008 fois

Mercredi 5 Août 2009





1.Posté par Karim le 05/08/2009 23:00
en tout cas, il y a de quoi se poser des questions.

2.Posté par diatta le 06/08/2009 17:48
il ne faut jamais faire confiance en la justice senegalaise.rn tout cas moi je ne la fais pas confiance surtout dans cette affaire ou il y a eu beaucoup de tricheries de la part des senegalais.

3.Posté par Familles de victime du naufrage du Joola le 10/09/2009 20:10
Le Joola : Chronique d’un silencieux naufrage
Ken Bougoul ou la tragédie des sans voix :
La « plaidoirie » d’un avocat Sénégalais Me Daouda Seck.
a été primée au «Concours international de plaidoiries» tenu début février 2009 en France,
pour sa défense des victimes du «Joola» contre l’irresponsabilité du gouvernement sénégalais.

Attendre que le film se charge avant de lancer la lecture
le lien : http://www.memorial-caen.fr/portail/av5.wmv

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State