Référence multimedia du sénégal
.
Google

Relance du tourisme Au sud du PAYS : Air Sénégal International baisse les prix

Article Lu 1537 fois

Situé en plein cœur du Casa, Cap Skirring est sur le point de se faire une place au soleil grâce à l’appui d’Air Sénégal International qui entend poursuivre ses vols vers cette destination avec des prix à la portée des bourses et ne plus se limiter à la saison touristique qui ne dure que six mois.



Air Sénégal International était sur le terrain vendredi, samedi et dimanche pour discuter avec les professionnels du tourisme du Cap Skirring des paramètres à sérier en vue de continuer la saison touristique pendant toute l’année. « Nous avons pensé prendre langue avec les hôteliers et les autres partenaires quand on sait que Cap Skirring est une des destinations phare du Sénégal et de toute la région naturelle de la Casamance », indique le directeur commercial et marketing d’Asi, Ibra Birame Wane. Selon lui, la compagnie transporte 30.000 passagers par an entre Dakar et Ziguinchor. « La saison vient d’être clôturée et nous voulons faire un bilan avec nos différents partenaires et envisager un plan d’action pour le futur ». Selon lui, la compagnie a décidé de maintenir son exploitation au-delà de la saison touristique. « Les hôtels sont en train de fermer mais nous continuons toujours à venir au Cap. C’était donc un signal très fort en direction des populations du Sud pour montrer que si les conditions sont réunies, nous pourrons essayer de favoriser un trafic interne entre Dakar et les autres régions du pays et la Casamance. Aujourd’hui, les quelques hôtels encore ouverts accueillent des touristes venant de partout ».

Pour Ibra Birame Wane, ce week-end de presse est aussi une occasion pour Asi d’inviter les journalistes constater ce que la compagnie est en train de réaliser en direction du Cap Skirring. « C’est très important pour nous quand on sait que la desserte de la Casamance a fait couler beaucoup d’encre et de salive ces dernières années. Mais nous sommes restés sereins sans entrer dans une quelconque polémique, même si nous étions conscients qu’il y avait un besoin pressant exprimé par les populations locales. Mais nous avons jugé utile d’avoir des résultats probants dans le processus de rénovation des infrastructures ».

Sur ce registre, le directeur commercial et marketing d’Asi se réjouissent de constater les efforts très louables accomplis par l’Etat sénégalais « C’est vrai car l’Etat a participé par la rénovation des pistes de Ziguinchor et du Cap en les allongeant davantage en plus des autres travaux souhaités par les exploitants. Ce qui veut dire qu’aujourd’hui, nous sommes dans d’excellentes conditions de sécurité et plus que par le passé ». Avec une flotte composée de quatre avions qui peuvent se poser au Cap et à Ziguinchor (pour le « Dach-800 »), Asi compte se maintenir de façon permanente en Casamance.

Selon Ibra Birame Wane, la particularité du Cap est que le trafic est saisonnier en général et, à l’instar des autres transporteurs aériens (charters français et italiens), Asi a décidé d’inscrire dans son plan d’action le développement et la pérennisation de son exploitation sur le Cap. « C’est-à-dire, un programme régulier en lieu et place d’un vol saisonnier. C’est donc cette grande nouveauté que nous sommes venus annoncer parce que ce programme se déroule sur toute l’année pour des prix très compétitifs de 61. 100 francs le billet d’avion. Et avec nos partenaires (hôteliers), nous sommes en train de réfléchir sur les voies et moyens de le rentabiliser pour une bonne relance du secteur. Ce plan d’action commun permettra aussi de bien viabiliser la commercialisation de la destination ».

Au nom de la compagnie, il dit attendre des professionnels du tourisme qu’ils fassent leur métier convenablement. « Qu’ils s’engagent à faire la promotion de la destination ». Pour être plus explicite, Ibra Birame Wane a tenu à rappeler que bien des personnes font de l’amalgame. « Le tourisme est une chaîne. Partant, il faut faire en sorte qu’il intéresse les gens. Ensuite, il y a ceux qui sont chargés de commercialiser le pays et cela n’est pas du ressort de la compagnie aérienne qui n’intervient dans cette chaîne que comme transporteur. ».

Pour sa part, Michel Camara, gérant d’un hôtel de la place, se dit convaincu que ses collègues ont un intérêt particulier à prolonger la saison. « Notre objectif est donc de travailler toute l’année ». Michel dit avoir impliqué tous les hôteliers dans cette noble politique de relance du secteur car pour lui, il y a une nécessité de poursuivre l’effort « quand on sait que, dans la cas contraire, c’est tout le village qui mourra. Il n’y aura plus de travailleurs locaux, encore moins de retombées pour les artisans. Et qui plus est, il nous faudra davantage investir pour rouvrir un hôtel fermé ». Il dit aussi souhaiter la descente sur les lieux des colonies de vacances « à qui nous allons faire des prix abordables en lieu et place des autres pays qui, comme ont le sait, sont très chers ». Ainsi donc, Cap Skirring est parti pour être occupé touristiquement toute l’année et c’est tant mieux pour les populations.


(Envoyé spécial au Cap Skirring Babacar DIENG)
Source: Le Soleil

Article Lu 1537 fois

Vendredi 22 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State