Référence multimedia du sénégal
.
Google

Refondation du parti démocratique sénégalais : Les libéraux authentiques font de la résistance

Article Lu 1296 fois

Certains libéraux authentiques ne sont pas d'accord sur la démarche adoptée par le président Abdoulaye Wade dans le cadre de la refondation du Pds. Selon eux, il faut promouvoir, d'abord, les libéraux qui étaient là pendant la période des vaches maigres avant de servir les transhumants, les fusionnistes ou autres alliés de Me Wade. Dans cette bataille, Lamine Bâ s'est offert en chair à canon.



Refondation du parti démocratique sénégalais : Les libéraux authentiques font de la résistance
A peine le débat engagé autour de la refondation du Pds que des voix discordantes s'élèvent au sein de la formation du président Abdoulaye Wade. A la contribution de Me Mbaye Jacques Diop, parue la semaine dernière dans nos colonnes, succède une autre écrite par Lamine Bâ qui, non seulement, prend le contre-pied de la première, mais s'attaque avec véhémence à la vision du président du Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales au sujet de la refondation. La réplique acerbe de l'ex-ministre du Plan et de la Coopération internationale (voir aussi en page contribution) annonce-t-elle un tir de barrage des libéraux authentiques par rapport au projet - du moins dans la démarche - de Me Wade de restructurer son parti ?
Combien sont-ils au Pds à penser tout bas ce que Lamine Bâ a dit tout haut ? Le patron des libéraux des Parcelles assainies s'est offert en chair à canon pour une bande de conservateurs qui n'a pas encore le courage d'afficher ouvertement ses positions. Pour le moment, ces derniers ont choisi de faire de la résistance en tapinois parce qu'ils ne sont pas encore prêts à engager un bras de fer ouvert avec Me Wade.

En effet, il y a une divergence de vues entre le patron du Pds et ces libéraux authentiques quant à la démarche à adopter pour la restructuration du Pds. D'abord sur le choix des hommes qui doivent mener la refondation. La désignation d'Abdou Fall pour conduire les réflexions autour de celle-ci n'est pas du goût de ces libéraux conservateurs. L'ex-ministre de la Santé est un fusionniste - il a fondu son parti, la Cds, dans le Pds - qui a pris le train libéral en marche. Ensuite, les ‘libéraux de lait’, pour paraphraser Lamine Bâ, craignent d'être laissés à la périphérie du nouveau parti qui va être créé au profit des nouveaux venus. A la vérité, les libéraux de souche ont perdu du terrain dans les instances du Pds depuis l'alternance de 2000 qui marque l'accession de Me Wade à la magistrature suprême et, actuellement, ils sont sérieusement bousculés au niveau de l'Etat. Et, avec la refondation, tous les militants (anciens comme nouveaux) du Pds seront désormais sur le même pied avec comme seuls critères d'accession à des postes de responsabilités : La compétence et la représentativité. Mais, cela inquiète les ultras du Pds qui demandent à être servis en premier. Ont-ils peur d'aller en compétition avec les néo-libéraux ? La refondation, selon leur logique, doit être un moyen de promouvoir, d'abord, les libéraux qui étaient là pendant les périodes des vaches maigres, avant de servir les transhumants, les fusionnistes ou autres alliés de Me Wade.

Cependant, ce que semblent ignorer Lamine Bâ et les autres conservateurs, c'est que le Pds n'a jamais gagné, seul, une élection. Me Wade a accédé à la magistrature suprême à la faveur d'une alliance, pour dire le moins, contre-nature. Ce sont des socialistes, des marxistes-léninistes, des maoïstes et des progressistes qui ont fait élire le secrétaire général national du Pds, en portant sa candidature dans le cadre de la Ca 2000 d'abord, dans le Fal, ensuite. Au surplus, la victoire éclatante de Me Wade à l'élection présidentielle du 25 février est l'œuvre d'un Pds hybride. En fait, Me Wade ne s'est jamais embarrassé d'idéologie quand il s'agit d'aller à la conquête du pouvoir. Et, aujourd'hui, pour le conserver, il tend la main à toutes les sensiblités qui se réclament de lui. C'est dans cette dynamique que Me Mbaye Jacques Diop, qui a quitté le Ps dans l'entre-deux tours de l'élection présidentielle de 2000, a été le premier à répondre à l'appel du chef de l'Etat pour la mise en place d'un grand parti présidentiel. A cet effet, il a apporté sa contribution à la réflexion en cours en s'appuyant sur son expérience personnelle et sur le parcours du Parti socialiste. Mais, c'était sans compter avec les libéraux conservateurs bien décidés à barrer la route à l'initiative de Me Wade de refonder son parti en mettant les anciens et les nouveaux militants du Pds sur un même pied. Pour réaliser son dessein, Me Wade sera-t-il obligé de sacrifier ces ultras sur l'autel du grand parti qu'il envisage de metre sur pied ?

Amadou DIOUF
Source: Walfadji

Article Lu 1296 fois

Lundi 16 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State