Référence multimedia du sénégal
.
Google

Rama YADE en colère contre la visite de KADHAFI : ’La France n'est pas qu'une balance commerciale’

Article Lu 1933 fois

Rama Yade n’a pas été tendre avec la visite de Kadhafi à Paris. La secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’homme a dénoncé avec des mots très durs cette visite d’Etat de cinq jours, dans une interview accordée au quotidien français, Le Parisien. Pour Rama Yade, ‘la France n’est pas qu’une balance commerciale’. Elle considère la visite du Guide libyen comme un ‘baiser de la mort’. Ce qui lui valut une convocation à l’Elysée, même si le président Sarkozy a tenu à lui rappeler son soutien après celui de Bernard Kouchner et des lauréats du prix des droits de l’homme de la République française.



Rama YADE en colère contre la visite de KADHAFI : ’La France n'est pas qu'une balance commerciale’
(Correspondant permanent à Paris) - Dans l’interview qu’elle a accordée au quotidien français, Le Parisien, la secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes et des droits de l’homme, Rama Yade a eu des mots très durs sur la visite du président Mouammar El Kadhafi. Ce dernier doit passer cinq jours de visite d’Etat en France. Dès l’entame, Rama Yade a exprimé son état d’âme sur cette visite : ‘Je ne partage pas l'indignation automatique de ceux qui excluent tout dialogue avec la Libye. Mais je ne peux pas dire non plus que je suis heureuse de cette visite’, prenant le contre-pied de Nicolas Sarkozy qui a dit à Lisbonne avant-hier, qu’il était ‘heureux’ de recevoir Kadhafi. Ce qui fâche la secrétaire d’Etat française chargée des droits de l’homme, c’est la coïncidence de la visite du n°1 libyen avec la date de la célébration de la journée mondiale des droits de l’homme. ‘Le choix de cette date est un symbole fort, je dirais même scandaleusement fort’, dénonce-t-elle. Et d’avouer ne pas savoir celui qui a choisi la date de la visite. Avant de s’interroger : ‘Il y a tellement de jours dans une année, pourquoi avoir choisi justement celui-là ?’.
Le courroux de Rama Yade ne s’arrête pas à cette coïncidence. Elle estime que son pays ‘ne tire pas seulement son prestige de sa puissance économique, mais aussi des principes et des valeurs qui font que la France est un pays semblable à nul autre’. ‘Il serait indécent en tout cas que cette visite se résume à la signature de contrats ou... d'un chèque en blanc. Peut-on accorder une confiance absolue à celui qui demande d'être traité comme n'importe quel chef d'Etat et qui, avant même d'être arrivé sur le sol français, affirme que le terrorisme est légitime pour les faibles ?’, lit-on dans Le Parisien. Elle considère que ‘le Kadhafi d’aujourd’hui n’est pas celui de Mitterrand ou de Chirac’ parce qu’il était ‘alors complètement en marge du système international’ et a, ’aujourd'hui, (…) accepté de s'y conformer, notamment en renonçant au nucléaire militaire. Dont acte’. Mais, ‘moi, ce qui me dérange, c'est qu'il arrive un jour de célébration des droits de l'homme. Je serais encore plus gênée si la diplomatie française se contentais de signer des contrats commerciaux, sans exiger de lui des garanties en matière de droits de l'homme’, explique-t-elle. Avant de marteler : ‘C'est un devoir : la France n'est pas qu'une balance commerciale’, réfutant ainsi l’apport purement économique de cette visite. Plus dure encore la secrétaire d’Etat souligne que ‘le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n'est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits’. Et ‘la France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort. La seule façon de sortir par le haut, puisque maintenant Kadhafi accepte de rentrer dans le jeu international normal, c'est d'aller jusqu'au bout de cette démarche, en faisant en sorte que les droits de l'homme soient respectés dans son pays’, propose-t-elle.

Sur le voyage du président Sarkozy en Chine, Rama Yade ’regrette’ son absence dans la délégation présidentielle. Sur ce point encore, elle n’a pas été tendre avec Sarkozy : ‘Pourquoi cacher la secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme ? Il ne faut pas que Nicolas Sarkozy tourne le dos à la diplomatie des valeurs. Si on y met le couvercle, je risque le chômage technique !’, dénonce-t-elle.

Cette sortie de Rama a fait la une de tous les médias français au point qu’elle soit convoquée à l’Elysée pour des séances d’explications. Rien n’a filtré de cette rencontre parce que Rama Yade ne s’est pas exprimée à sa sortie. Mais elle a obtenu le soutien de son patron, Bernard Kouchner. Le ministre des Affaires étrangères a dit que sa secrétaire d’Etat est dans son rôle en critiquant la visite du leader libyen. Le patron du Quai d’Orsay considère toutefois que la visite de Kadhafi est un ‘épiphénomène’, mais ajoute que Rama Yade ‘a raison de parler ainsi’. ‘C'est ce que je lui demande’, a-t-il assuré.

. Tout comme Rama Yade qui préfère se rendre au dîner de la fédération internationale des droits de l’homme, Bernard Kouchner sera également absent au dîner officiel réservé par Nicolas Sarkozy à Kadhafi. A cause d’une réunion à Bruxelles avec ses homologues européens. Une réunion qu’il estime être ‘un heureux hasard’.

Si Rama Yade a le soutien de Kouchner, elle dispose également de celui de son mentor, Nicolas Sarkozy. ‘Vous savez la confiance et l'amitié que j'ai pour Rama Yade qui, il se trouve, était à mes côtés à Tripoli lorsque la France a indiqué au président Kadhafi qu'elle le recevrait en France après la libération des infirmières’, rappelle Sarkozy, à l'issue de sa première rencontre avec le colonel Kadhafi, hier après-midi à l'Elysée. Le président français de poursuivre pour dire : ‘Par ailleurs, elle est secrétaire d'Etat au Droits de l'Homme et c'est parfaitement normal qu'elle assure une conviction sur le sujet, que par ailleurs je partage et que j'ai rappelée au président libyen.’

Après ses deux patrons, les récipiendaires du prix des droits de l’homme de la République française ont salué les propos de Rama Yade. ‘Je tiens à vous remercier pour les propos que vous avez tenus, je salue vos mots à propos de la visite de Mouammar Kadhafi’, a déclaré Bahey Eddine Hassan, venu recevoir un prix pour l'Institut du Caire des droits de l'homme.

Deux représentants biélorusses se sont également félicités des déclarations de Rama Yade, qui a d'abord eu des mots très durs avant de déplorer plus sobrement que la visite du numéro 1 libyen coïncide avec la journée mondiale des droits de l'homme.

Du côté d l’Ump, le parti présidentiel, des voix se sont élevées pour brocarder la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme et le ministre des Affaires étrangères. ‘Je ne comprends pas que des membres du gouvernement se livrent aux déclarations auxquelles on assiste, que ce soit Mme Rama Yade ou M. Kouchner’, a déclaré, sur Europe 1, Patrick Ollier, président de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale et également président du groupe parlementaire France-Libye. Il pense qu’il est ‘regrettable que des membres du gouvernement fassent des déclarations qui vont à l’encontre de la politique voulue par Nicolas Sarkozy’. ‘Je n’ai pas de conseils à donner au président de la République mais ceci est inacceptable, a-t-il poursuivi, et je suis convaincu que le gouvernement et le président feront ce qu’il y a à faire’, avance le président du groupe parlementaire France-Libye.

Pour ceux qui demandent sa démission sa conviction est aussi forte que les mots qu’elle a exprimés. Rama Yade leur rétorque : ‘Je ne démissionne pas. On ne déserte pas en rase campagne’.

Accueil de KADHAFI à l'aéroport d'Orly : Le Quai d’Orsay boycotte

A y regarder de près, on a l’impression que le Quai d’Orsay a boycotté l’accueil du président libyen à son arrivée à l’aéroport d’Orly. C’est la ministre de l’intérieur, Alliot-Marie, qui était au bas de l’avion présidentiel. Ni Rama Yade ni son patron Bernard Kouchner n’ont été visibles. On connaît les raisons ! Rama Yade ne digère pas cette visite qui met entre parenthèse la question des droits de l’homme dont elle est en charge. Pas moins que Bernard Kouchner qui considère Kadhafi comme étant l’un des grands violeurs des droits de l’homme sur cette planète. Ce qui rend curieux cette visite de Kadhafi quand on sait que généralement, c’est la diplomatie qui organise ces genres de visite par l’intermédiaire des ambassades des deux pays. Mais là, on voit que le n°1 (Kouchner) et le n°2 (Rama Yade), n’assisteront pas au temps forts de la visite. Bernard Kouchner a servi le prétexte de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne pour se barrer. Rama Yade a préféré se rendre au dîner offert par la Fédération internationale des droits l’homme à l’occasion de la célébration de la journée des droits de l’homme adoptée un certain 10 décembre 1948.

Par ailleurs, on remarque qu’à l’accueil des présidents africains, le président de la France ne se déplace jamais à l’aéroport préférant les attendre à l’Elysée. Cela a été encore le cas avec Kadhafi qui a été accueilli par Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur alors que ce devait être Brice Hortefeux, ministre de l’Immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du co-développement. Pourquoi ce changement de dernière minute ? Kadhafi en a fait une exigence pour ne pas se faire accueillir par un protocole au rabais ? Puisque Hortefeux se trouve au milieu dans le rang protocolaire alors que Alliot-Marie est à la troisième position.

Par ailleurs, il faut signaler que des manifestations ont été organisées contre ou pour cette visite. Des anti-Kadhafi se sont regroupés à la Place Trocadéro où se trouve le parvis des droits de l’homme. Mais la manifestation étant interdite, les policiers les ont dispersés. Ce sont généralement des opposants au régime libyen. D’autres qui soutiennent Mouammar Kadhafi ont également tenté de manifester à la place Concorde, non loin de l’Elysée. Comme au Trocadéro, les manifestants ont été empêchés de s’exécuter.

Il faut dire que la visite de Kadhafi est placée sous haute surveillance policière. Des tireurs d’élite ont été placés sur les toits de l’aéroport d'Orly et des maisons avoisinantes pour assurer la descente de l’avion du président libyen.

Source: Walfadjri

Article Lu 1933 fois

Mardi 11 Décembre 2007





1.Posté par MBAYE le 11/12/2007 12:25
je n'ais meme pas continué la lecture cause de colere car rama est qui pour decrier la visite de khadafi cette negresse africaine qui fustige son frere du meme continent pour se faire plaire aux yeux de la race blanche elle devait savoir que khadafi etait sou l'embargo pendant des annees sans plaindre ce qui fait que il est ou faire partir des presidents africains les plus respectés il ne depend ni de l'euro ni du dollard pour nourrir sa population quel president africain ne reçoit pas la pression europeen si ce n' est lui il etait le seul a dire au africain de s'unir en creant une monnaie unique de ne plus se dependre de l'occident mais malheuresement pour ces peureux

2.Posté par MOI le 11/12/2007 14:45
Elle est très courageuse.......

En France pour se faire respecter, il faut avoir du caractère et elle en a...

Bravo Rama...


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State