Référence multimedia du sénégal
.
Google

REVELATIONS - Des biens cachés de chefs d’Etat Africains en France

Article Lu 11503 fois

C’est un monde enchanté où l’on vogue d’une villa de 9 pièces avec piscine à Nice à un hôtel particulier de l’Ouest parisien. Un univers surréaliste peuplé de Bugatti payées cash plus de 1 million d’euros. Un microcosme constellé d’une myriade de comptes bancaires. Oligarques russes? Rois du pétrole saoudiens? Stars d’Hollywood ? Non : chefs d’Etat africains producteurs de pétrole pour la plupart, mais dont les populations comptent parmi les plus pauvres de la planète.



REVELATIONS - Des biens cachés de chefs d’Etat Africains en France
Le fait que des dirigeants du continent noir investissent dans l’immobilier en France, qu’ils séjournent à Paris dans un luxe inouï, que leurs familles bénéficient de largesses financées dans la plus grande opacité, n’est pas une révélation. Mais, cette fois, l’inventaire de ce patrimoine vertigineux n’est pas dressé par des militants tiers-mondistes en lutte contre la «Françafrique». Il se lit dans les 34 procès-verbaux rédigés entre juin et novembre 2007 par les policiers de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (Ocrgdf).

Cette enquête policière, dont Le Monde a pu prendre connaissance, a été ouverte par le parquet de Paris en juin 2007. Elle faisait suite à une plainte pour «recel de détournement d’argent public» déposée en mars par trois associations françaises, visant cinq chefs d’Etat : le Gabonais Omar Bongo Ondimba, le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Burkinabé Blaise Compaoré, l’Angolais Eduardo Dos Santos, et le Guinéen Teodoro Obiang. Au fil des centaines de pages du dossier, se dessine une singulière carte du Paris africain, sorte de Monopoly où les présidents auraient jeté leur dévolu sur les artères les plus huppées. Foisonnant et cossu, le patrimoine immobilier est surtout localisé «dans des quartiers à forte valeur marchande, soulignent les policiers. Paris 16e, 8e et 7e arrondissements pour Omar Bongo et son épouse, Paris 16e et Neuilly-sur-Seine pour Jeff Bongo [un des fils d’Omar Bongo], Le Vésinet pour le frère de Denis Sassou Nguesso, Courbevoie pour Wilfrid Nguesso [neveu du président du Congo] ou Paris 16e pour Chantal Compaoré [épouse du président burkinabé]».

La découverte la plus spectaculaire se situe entre les Champs Elysées et la plaine Monceau, dans le 8e arrondissement de la capitale. Là, un hôtel particulier a été acquis le 15 juin 2007 pour la somme de 18,875 millions d’euros par une société civile immobilière (SCI). Celle-ci associe deux enfants du président gabonais, Omar Denis, 13 ans, et Yacine Queenie, 16 ans, son épouse Edith, qui se trouve être la fille du président congolais Denis Sassou Nguesso, et un neveu de ce dernier, Edgar Nguesso, 40 ans.

Au total, sont répertoriés 33 biens (appartements, hôtels particuliers et maisons) appartenant au Gabonais Omar Bongo ou à sa famille, et 18 autres dont le président congolais et ses proches sont propriétaires. Le patrimoine de loin le plus imposant, concerne M. Bongo lui-même. Son nom est associé à pas moins de 17 propriétés immobilières, dont deux appartements avenue Foch (88 m2 et 210 m2) et un de 219 m2, lui aussi situé dans le 16e arrondissement. A Nice, une propriété «est constituée de deux appartements (170 m2 et 100 m2), trois maisons (67,215 m2 et 176 m2) et d’une piscine», précise le procès-verbal. «Un chef d’Etat, en fonctions depuis quarante ans dans un pays pétrolier et qui a des revenus officiels importants, peut économiser suffisamment d’argent pour acheter plusieurs appartements à Paris, explique Me François Meyer, avocat d’Omar Bongo et de sa famille. Surtout avec les prix très bas de l’immobilier pratiqués il y a vingt ou trente ans». Selon les policiers, le président Bongo dispose de quatre adresses distinctes à Paris. Ali Bongo, qui est son fils et aussi son ministre de la Défense depuis 1999, est également propriétaire avenue Foch tandis que son épouse Edith possède deux immenses logements dans le 7e arrondissement, non loin de la tour Eiffel. De Nice à Neuilly-sur-Seine en passant -souvent- par le 16e arrondissement parisien, l’enquête recense aussi les propriétés de Jean Ping, ex-gendre d’Omar Bongo, actuel ministre des Affaires étrangères, probable successeur de Alpha Oumar Konaré à la présidence de la Commission de l’Union africaine, et d’autres fils du président gabonais comme Omar-Denis junior et Jeff, ainsi que de filles comme Audrey, Yacine Queenie, ou petite-fille comme Nesta Shakita.

En comparaison de ce petit empire immobilier, les autres chefs d’Etat visés apparaissent comme de petits propriétaires. Discret, le président congolais Denis Sassou Nguesso ne fait qu’«utiliser», selon les policiers, la Villa Suzette du Vésinet (Yvelines). Cette coquette demeure de 485 m2 était juridiquement la propriété de son frère Valentin, jusqu’à ce que, quelques semaines avant le décès de ce dernier à la fin 2004, elle soit cédée à une société de droit luxembourgeois aux actionnaires anonymes.

Les enquêteurs ont également répertorié un appartement de 9 pièces acheté à Paris (17e) en 2007, pour 2 470 000 euros par l’épouse du président congolais Antoinette Sassou Nguesso. Ils mentionnent aussi le logement de 10 pièces à 1 600 000 euros acquis en 2005 à Paris par leur fils Denis Christel, ainsi que l’hôtel particulier de 7 pièces avec piscine intérieure à Neuilly-sur-Seine, acheté 3,15 millions d’euros en 2006 par Julienne, leur fille cadette.

Les mêmes policiers n’ont découvert aucun bien immobilier appartenant au président angolais Dos Santos ni au Burkinabé Blaise Compaoré. Seule la déclaration d’impôt sur la fortune de Chantal, l’épouse de ce dernier, a montré qu’elle possède deux biens immobiliers à titre personnel dans le 16e arrondissement. Dans le même quartier, le président guinéen Teodoro Obiang Nguéma est propriétaire d’un appartement. Epluchant les fichiers fiscaux et bancaires, les enquêteurs de l’Ocrgdf ont non seulement dressé la liste des biens immobiliers, mais aussi des comptes bancaires accueillant en France les avoirs de dirigeants africains et de leurs familles.

Source: Le Monde

Article Lu 11503 fois

Vendredi 1 Février 2008





1.Posté par dias le 01/02/2008 19:37
SLT A TOUS MèNIOME KHALISS BI YèPE DOUNIOUKO MEUNA LèKE TA BAPARè YALLA MI NGUILèNI KHARE ALLAKHIRA DèFA LES DIRIGEANTS NOIRE LA KHAMOUNIOU NIOME DEUK NIOU THI ADOUNA BI A VIE A CHAK FOI DANIOUYE FATè SOUNIIOU BOROME BI MOUNE LèPE

2.Posté par Buur Basen le 01/02/2008 20:00
L.enquete n.a pas tout revele...ou sont les biens immobiliers de notre grand timonier bleu?

3.Posté par jasmine le 01/02/2008 21:03
WADE n'est pas concerne par l'enquete mais un jour viendra ou tout se saura.En France ou ailleurs.

4.Posté par mimy le 01/02/2008 21:51
rien de nouveau. on le sait deja, surtout ce bongo. quel voleur

5.Posté par LAYE le 01/02/2008 22:00
Wade est malin mais pour Idy tout le monde sait....N'oublions pas les barrons de l'ancien regime du Parti Socialiste...Et nos Marabouts...ils sont tous pareils bande de truants.. L'Afrique a les moyens de se devellopper si nos dirrigeants sans ame etaient serieux....Ou en ai Wade et Pa Der de leurs enquetes sur l'enrechissement illicite. One day ils seront face a Allah le Misericorde...Amort tous ses crapules.

6.Posté par Juuf le 01/02/2008 22:54
Ce sont des associations françaises (avec le soutien d'africains) qui ont initié la démarche dans le but de dénoncer le vol que subissent les peuples africains par leurs dirigeants. Ces dictateurs ont certainement des biens dans beaucoup d'autres pays (USA, Canada, Suisse...), à ces pays de continuer cette démarche.

7.Posté par toure abdou le 02/02/2008 09:01
nul nest eternel ceci nest que terrestre arrivera un jour ou ces soit disant biens ne leur viendra pas en secours ceci est sur et certain

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State