Référence multimedia du sénégal
.
Google

REVELATION: La nouvelle compagnie aérienne a deja été créée depuis deux mois dans des conditions nébuleuses

Article Lu 12635 fois

Il n'y a rien d'extraordinaire sur la nouvelle compagnie aérienne qui devra prendre le relais d'Air Sénégal international. C'est l'avis du Parti socialiste qui révèle que la nouvelle compagnie a été créée, il y a deux mois, dans des conditions nébuleuses. Ce qui amène Ousmane Tanor Dieng et ses camarades à affirmer qu'il s'agit d'une entente délictuelle sur le dos des travailleurs de la défunte compagnie aérienne.



REVELATION: La nouvelle compagnie aérienne a deja été créée depuis deux mois dans des conditions nébuleuses
Le projet de création d'une nouvelle compagnie aérienne, après la mort d’Air Sénégal International, n'agrée pas le Parti socialiste. En bureau politique hier, les socialistes n'ont pas manqué de faire remarquer que la compagnie aérienne Air Sénégal International est finalement passé de l’agonie à trépas ‘malgré les esbroufes désespérées des apprentis sorciers qui ont échoué à sauver la société’. Dans ces conditions, révèlent Ousmane Tanor Dieng et ses camarades, ‘l’annonce de la création d’une prétendue nouvelle compagnie aérienne, en réalité créée depuis deux mois dans un schéma nébuleux, ne prend en compte ni les intérêts des travailleurs d’Air Sénégal International, ni la pérennité de la nouvelle société’. En effet, le Ps conçoit la création de cette nouvelle compagnie comme une fausse solution, qui renouvelle le partenariat entre l’Etat du Sénégal et la Royal Air Maroc. Mieux, ‘en plus de laisser intactes les difficultés à l’origine de la faillite d’Air Sénégal International’, le Parti socialiste estime que la création de cette nouvelle compagnie aérienne sur les cendres de Air Sénégal International, ‘apparaît comme une entente délictuelle sur le dos des travailleurs, pour justifier les suppressions d’emplois’. Par ailleurs, les socialistes soulignent que la situation sociale est encore plus désastreuse à Transrail ‘où les travailleurs vivent avec le spectre du dépôt de bilan dans le courant de ce mois de juin, avec pour unique perspective un plan de sauvetage proposé par le repreneur qui prévoit la compression de 376 agents’. Pour les socialistes, ‘la faillite programmée de Transrail est la conséquence de l’insouciance du pouvoir libéral qui n’a pris aucun acte pour encadrer le processus de privatisation et pour exiger du repreneur le respect du cahier des charges, notamment en ce qui concerne les investissements à réaliser sur le réseau’.
Cela a eu pour conséquence, de l'avis des socialistes, la dégradation avancée des infrastructures, elle-même à l’origine de la baisse du taux de desserte et de l’augmentation du taux de déraillements. Ainsi, durant l’année 2008, 162 déraillements ont été enregistrés sur le trajet Dakar–Bamako, soit un déraillement par voyage. ‘Dans le cas de Transrail, l’Etat doit faire preuve d’un véritable engagement aux côtés des travailleurs en s’acquittant des arriérés de paiement au titre de la mise en concession, soit 5 milliards 500 millions et en exigeant du repreneur la rénovation des infrastructures et la réhabilitation du réseau’, affirme le Bp du Ps.En tout état de cause, le Parti socialiste, ‘solidaire du monde du travail’, interpelle le gouvernement sur l’impérieuse nécessité d’intégrer les droits des travailleurs dans les schémas de résolution des crises sociales ‘provoquées par son impériti’. Selon toujours les socialistes, Il n’est pas acceptable de faire payer aux travailleurs d’Air Sénégal International et de Transrail des fautes de gestion imputables à l’Etat et aux dirigeants de ces deux sociétés. Dans cet ordre d’idées, le Parti socialiste exhorte le gouvernement à proposer un véritable plan de sauvetage des emplois à Air Sénégal International et à Transrail ‘au lieu de persister dans ses options affairistes’.

Georges Nesta DIOP

Source: Walfadjri

Article Lu 12635 fois

Jeudi 4 Juin 2009





1.Posté par Sudonlinesn le 04/06/2009 18:32
OPINION

« AIR KARIM INTERNATIONAL »

par , mercredi 3 juin 2009 | 323 Lectures

Revoilà Karim Wade, le « sauveur », le « Zorro » des airs et des terres, l’homme « providentiel » que les Sénégalais attendaient depuis si longtemps pour le « passer à tabac » un soir de 22 mars. Osons espérer qu’il ne s’écroulera pas sous le poids des « fardeaux » que son père l’oblige à porter pour se faire aimer des Sénégalais. Dans le but de redorer l’image du fils, Abdoulaye Wade vient de remettre en circuit le « linge sale » que les Sénégalais ont gentiment retiré de la machine à laver des urnes.

Les dés sont pipés

Bienvenue dans le culte de la médiocrité, un univers où les perdants sont hautement récompensés. Si le fils avait gagné la mairie de Dakar, le père le mettrait sûrement au Palais le lendemain. Les deux peuvent encore rêvasser. Il y a quelques semaines seulement, ASI déposait le bilan et consommait avec amertume son divorce imaginaire ou forcé d’avec la RAM qui lui a toujours servi de béquille depuis la création de la compagnie le 2 novembre 2000. Pour des raisons que seuls Wade père et fils peuvent expliquer, l’Etat du Sénégal voulait déposséder les sujets du Roi pour ensuite devenir acteur majoritaire d’ASI, alors que dans la foulée, ce même Etat s’apprêtait à brader un précieux bijou de famille pour la bagatelle de 200 milliards de Francs, quitte à devenir minoritaire dans le capital de la société de télécommunications.

Y comprenez-vous quelque chose, ne serait-ce qu’un semblant de logique ? Rappelez-vous quelques jours suivant le « dépôt de bilan » d’ASI, des noms ont circulé : Algériens, Soudaniens et que sais-je encore ? Que de rumeurs pour nourrir la presse alimentaire, ces petits paresseux qui ne cherchent pas à creuser l’info. C’était juste pour noyer le poisson, chasser Jean par la grande porte pour faire revenir Paul par la petite, en compagnie de Claude. Le dépôt de bilan d’ASI n’est pas fortuit, tout a été calculé depuis le début, uniquement pour permettre au rejeton des urnes de se remettre en selle.

Qui se cachait derrière Zam Zam ?

Quoiqu’on puisse reprocher à la gestion assez controversée d’ASI par les Marocains, on peut douter de la bonne foi de l’Etat du Sénégal quant à sa volonté réelle de sauver la compagnie que les « voyages planétaires » ont partiellement mis à genoux : plus de 60 milliards de dettes pour un chiffre d’affaire de 70 milliards de Francs.

Pis, ASI s’est vu retirer récemment « sans motif et sans préavis », un marché de 8 milliards de Francs pour le transport des pèlerins sénégalais au profit des DC10 de la fictive Zam-Zam et ses « cars rapides » volants qui ont failli coûter au Sénégal un « Joola » bis. Rassurez-vous, cette Zam Zam que certains Sénégalais veulent faire passer pour une compagnie saoudienne n’a évidemment rien à voir avec la Zam Zam-Cola, cette marque iranienne de boissons gazeuses interdite en Arabie Saoudite et qui a été victime d’une fatwa du Conseil des Oulémas qui jugent le nom de la fontaine « Zam Zam » assez sacré pour être commercialisé. On ne vous dit pas tout.

A défaut d’arriver à quelque chose de sérieux avec Zam Zam, On crée une nouvelle compagnie

Et surtout, n’en voulez pas aux « sén-actrices » Ngoné Ndoye et Sokhna Dieng qui ne sont pas allées au bout de leur logique suite à leur soi-disant coup de gueule contre les responsables de la compagnie des « cars rapides des airs ». Force est de reconnaître que notre République regorge de talentueux vanneurs professionnels qui savent amuser la galerie. En tout état de cause, beaucoup de départements et sociétés relevant des super-ministères confiés à Karim Wade risquent de connaître le même épilogue que la défunte compagnie sénégalaise.

C’est toujours la RAM qui gère Air Sénégal International. Ce qui a changé, ou ce qui va changer, c’est le nom de la compagnie, avec l’immixtion du fils du Président dont les « amis et collègues » banquiers s’apprêtent à rejoindre le Sénégal pour « recapitaliser » la défunte ASI comme l’ont été les ICS et la Sonacos. Pas besoin de faire des études supérieures pour comprendre la machination, çà saute tellement aux yeux. Parfois nos braves journalistes cherchent tellement loin alors que c’est si proche, si facile à deviner. A quand le prochain scénario ?

2.Posté par DIAW le 04/06/2009 19:04
je peux accepter tout donneur de leçon sauf les leaders du parti socialiste.Depuis quelques temps, vous faites tout pour revenir au pouvoir dans le seul but de nous achever ; c'est vous qui avez le pays à genou. j'espere que le peuple senegalais ne commettra pas la betise de vous elir .

3.Posté par JAMAIS. le 04/06/2009 19:54
tp://www.riminfo.net/
ecouter radio mauritanie: wade :ses conneries.

4.Posté par king le 04/06/2009 21:56
Hi! T'as bien vu Diaw.
Le PS au pouvoir n'a pas demandé à la France de revenir nous coloniser. Le peuple sénégalais est indépendant du PS depuis 2000. Mais c'est bien qu'ils contribuent à dénoncer le pouvoir actuel que nous avons malheureusement élu pour les corriger, eux.
Bonne opposition. En attendant de mettre au pouvoir un autre régime d'une autre formation politique. PS, même si tu avais bien travaillé la démocratie voudrait qu'après le PDS la roue continue à tourner (pas en sens inverse) pour voir d'autres sénégalais (d'autres partis politiques) s'essayent à l'exercice du Pouvoir du peuple.
Salam.

5.Posté par king le 04/06/2009 22:01
Hi! T'as bien vu Diaw.
Le PS au pouvoir n'a pas demandé à la France de revenir nous coloniser. Le peuple sénégalais est indépendant du PS depuis 2000. Mais c'est bien qu'ils contribuent à dénoncer le pouvoir actuel que nous avons malheureusement élu pour les corriger, eux.
Bonne opposition. En attendant de mettre au pouvoir un autre régime d'une autre formation politique. PS, même si tu avais bien travaillé la démocratie voudrait qu'après le PDS la roue continue à tourner (pas en sens inverse) pour voir d'autres sénégalais (d'autres partis politiques) s'essayeR à l'exercice du Pouvoir du peuple.
Salam.

6.Posté par thio le 04/06/2009 22:53
THIO

GENERATION DE L’ABSTRAIT PLUTOT QUE DU CONCRET ????

Depuis l’absence de véritables cadres aux sphères de décisions notre pays est prie en otage par un groupe d’incompétents entourés de parasites et qui ont comme annotation « GC, génération du concret » qui n’est rien d’autre qu’une génération de l’abstrait.

Jamais dans l’histoire politique du Sénégal un fils de président n’a été aussi dévastateur que Karim Wade et son groupe de parasites. Non seulement il prend les sénégalais pour ses sujets mais il a pillé toutes nos ressources pour aller les investir dans son pays « la France où il est né ».

Tout ce que cette soi-disant génération fait de concret est nuisible à notre république ; voici un extrait de la longue liste des actions concrètes de cette « génération » :

le prince et chef de file de cette génération, Karim Wade voyage en jet privé, payé avec l’argent du contribuable sénégalais.
après avoir reçu les 374 000 milliards pour le financement de l’organisation de l’OCI, refuse de répondre à une convocation de l’assemblée nationale pour faire un bilan et répondre à une audition.
Comment il a fait pour financer un meeting à Guédiawaye à hauteur de plus de 600 millions ?
Comment il s’est débrouillé pour donner une caution de 700 millions pour permettre à son ami  Abou Khalil Bourgi dit Bibo d’avoir un prêt de 2 milliards à la cbao ?
Où est ce qu’il a trouvé les  centaines de millions qui lui ont permis  d’acheter le bar Ozio en plus des frais de réfection ? (cf. fatouivon.blog.com)

Pour moi, le concret c’est le drame des 136.000 bébés sénégalais de moins de cinq ans qui meurent chaque année de malnutrition, de malaria et de déficit de vaccinations, des 125.000 enfants scolarisables qui ne verront jamais de salles de classe, même en sureffectif, faute d'infrastructures scolaires suffisantes, et du cruel drame de nos jeunes compatriotes se suicidant dans l'Océan Atlantique à l'assaut d'un hypothétique paradis européen, faute d'emplois décents chez eux.
Le concret ce sont les accusations n’ont fondé que Abdoulaye Wade avait proféré envers Idrissa Seck rien que pour l’éliminer politiquement au profit de son fils qui n’a jamais été là pendant la conquête du pouvoir.

Le concret c’est la base abstraite dont dispose cette « génération du concret », pourquoi ils ne sont même pas parvenu à gagner dans leurs bureau de votes respectifs ( point E, boyenadji ) ?
Si tu ne peux même pas gagner dans ton bureau de vote je me demande comment pourra tu gagner le Sénégal ?

Karim Wade ressaisi toi, tous ceux qui t’entourent ne sont là que pour leurs intérêts personnels.
Le pays est à genoux et pour son redressement, Idrissa Seck est indispensable.

Idrissa Seck doit revenir expressément aux affaires pour l’intérêt de la Nation.
Tout le monde est indifférent du fait que Idrissa Seck est le président du vrai changement.

Thio2012@yahoo.fr




7.Posté par Afriq le 05/06/2009 04:46
Vraiment, je ne comprends pourquoi Ousmane Tanor Dieng( et tous les leaders politiques de l'oppposition senegalaise) continuent de faire des declarations , comdamnations. etc....Cela ne sert a absolument rien! ..Comme aussi les assises notionales n'auront de sens que si les solutions preconisees sont appliquees. Il faut aller sut le terrain. mobiliser les populations pour le changemement. Wade s'en fout des declarations et condamnations! Il s'en fout de la volonte du peuple sinon il aurait respecte les resultats des elections locales qui viennent de se passer. Sa reponse: creer un hyper ministere pour son fils, bafouee notre constituition en creant un vice president....Tout cela sous le nez de l'opposition qui n'a meme pas pu savourer sa victoire! . Il faut passer en vitesse superieure, mobiliser la population qui est deja derriere vous, sauver notre pays! Assez de conferences. colloques, assises!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State