Référence multimedia du sénégal
.
Google

REVELATION: Ablaye Sow dit avoir refusé d’exécuter une “commande” de Farba Senghor: Un complot contre Macky Sall avorté

Article Lu 11600 fois


REVELATION: Ablaye Sow dit avoir refusé d’exécuter une “commande” de Farba Senghor: Un complot contre Macky Sall avorté
Encore le ministre Farba Senghor ! Ablaye Sow, responsable libéral, a porté plainte auprès de la gendarmerie de Keur Massar contre le ministre des Transports aériens pour injures et tentative de corruption, le tout teinté d’une volonté de jeter le discrédit sur le président de l’Assemblée nationale. «Tout a commencé dans l’après-midi de dimanche dernier, lorsque le chargé de la propagande du Pds m’a appelé dans son bureau, pour me proposer beaucoup d’argent. Il (Ndlr : le ministre) voulait que je m’attache les services d’un groupe de jeunes qui devraient se charger de huer Macky Sall, et de réclamer son départ du perchoir de l’institution, quand ce dernier se présentera le lendemain à l’aéroport, lors du départ du chef de l’Etat pour Genève, puis Paris», narre Ablaye Sow. Et d’ajouter : «le ministre Farba Senghor m’a dit que si je jouais à ce jeu, le chef de l’Etat serait convaincu du désamour que la jeunesse éprouve à l’égard du secrétaire général adjoint national du Parti». Pire, martèle le jeune militant libéral : «le ministre m’a demandé d’enregistrer mon coup de gueule contre Macky Sall, afin qu’il le fasse diffuser dans une radio de la place, dont il n’a pas révélé l’identité, pour convaincre davantage Me Ablaye Wade de la nécessité pour lui de se séparer d’avec le patron de l’Assemblée nationale». C’est ainsi, dit-il, que «je l’ai insulté et lui ai crié dessus, avant que le ministre Farba Senghor ne se rétracte, pour tenter de me faire croire qu’il blaguait, en me faisant une telle proposition». Ensuite, poursuit l’auteur de la plainte : «il m’a demandé d’aller l’attendre dans le bureau de sa secrétaire, parce qu’il devait passer un coup de fil. Et, quand je me suis exécuté, un ami, qui m’accompagnait, m’a dissuadé de rester dans ladite salle, car le ministre s’était attaché les services de nervis qu’il avait appelés au terme de notre entretien, pour me faire la fête. C’est alors que j’ai fini par quitter les lieux». Malheureusement, renchérit Ablaye Sow : «j’ai été surpris aujourd’hui (Ndlr : hier), quand le ministre m’a abreuvé d’injures sur le perron de l’Assemblée nationale. Et, lorsque j’ai répliqué à son vocabulaire ordurier, le ministre Farba Senghor a demandé aux gendarmes qui étaient sur les lieux de m’arrêter». Heureusement, se réjouit-il : «les hommes en bleu n’ont pas accepté d’exécuter ses ordres, et j’ai finalement quitté l’Assemblée nationale, avant de rallier la Gendarmerie de Keur Massar où j’ai déposé une plainte contre lui». En dépit de nos nombreuses tentatives, pour recueillir sa version des faits, celles-ci sont restées vaines, car, joint au téléphone, le ministre sur qui pèsent ces lourdes charges n’a pas voulu décrocher son téléphone. A la Gendarmerie de Keur Massar, une source autorisée, même si elle n’a pas voulu s’étendre outre mesure sur la question, a confirmé la plainte déposée par Abdoulaye Sow. Farba Segnhor : «C’est un complot ourdi par Macky Sall qui vit ses derniers jours…» C’est très tard dans la soirée que nous avons pu entrer en contact avec le ministre des Transports aériens et terrestres. Après plusieurs vaines tentatives, Farba Senghor nous a joint pour dégager en touche tous les arguments de Ablaye Sow. Le ministre des Transports estime que ce n’est qu’un complot ourdi par le président de l’Assemblée nationale qui est en train de vivre ses derniers jours à la tête de l’institution qu’il dirige. Revenant sur ce qui s’est passé, Farba Senghor révèle que c’est Ablaye Sow qui l’a appelé dimanche soir alors qu’il était à son bureau avec l’essentiel de ses collaborateurs. Au téléphone, Sow, se présentant comme un membre du protocole de la Présidence de la République, travaillant avec Massamba Sarr, lui a dit qu’il avait une information confidentielle à lui livrer à propos d’un complot qui se tramait contre Karim Wade. «J’ai aussitôt décidé de le recevoir. Au lieu de venir seul, il est arrivé avec un de ses amis. Après avoir longuement tergiversé, il me dit alors que des gens préparent quelque chose contre l’Anoci». Dans ses explications, il annonce qu’il s’agit de gens proches de la famille de Macky Sall, et qui sont avec un marabout qui s’appelle Abdourahmane Fall. «Je t’en parle pour que tu éventes l’affaire», me dit-il alors. Mais Farba Senghor indique que, ne pouvant pas «y aller physiquement, j’ai décidé de le mettre en rapport avec un de mes proches pour savoir de quoi ça retourne». Seulement, poursuit le ministre, immédiatement après, «je me suis dit qu’il pourrait s’agir d’un piège. Et que si un de mes proches y allait, les spéculations à mon propos allaient recommencer». Et de continuer : «j’ai alors voulu appeler Massamba Sarr pour être sûr qu’ils travaillent ensemble. C’est là qu’il m’a dit qu’en vérité, il travaillait dans le protocole de Macky Sall. J’ai appelé le commissaire divisionnaire, Matar Sow, patron de la Bms. Quand le commissaire est arrivé quelques minutes plus tard, Ablaye Sow, qui était entre temps allé s’entretenir avec son ami, s’était déjà volatilisé». Quand on a appelé le téléphone sur lequel il m’avait joint, nous sommes tombé sur son acolyte qui était, en réalité, Mame Cheikh Lô, le fils de Badara Lô. Il a été interrogé par le commissaire. Interrogé sur celui qu’il soupçonne d’être derrière Ablaye Sow, il cite, sans hésiter Macky Sall. «C’est le président de l’Assemblée nationale. Il a ourdi ce complot pour me tendre un guet-apens, peut-être même pour m’attaquer. Sur ce qui s’est passé hier, Farba Senghor dit que c’est en entrant à l’Assemblée vers 19h qu’il a vu Ablaye Sow. Il a alors demandé aux Gendarmes d’arrêter le «truand». Ce dernier a fui et est monté. «J’ai alors appelé le commissaire pour lui dire que ce qui s’est passé hier, c’était plus qu’une escroquerie, c’est un complot puisqu’il est dans les bureaux de Macky Sall. Mes hommes l’ont suivi et quelques minutes plus tard, on l’a vu entrer dans une voiture dont le numéro est 7422 AC”.

Source: L'as

Article Lu 11600 fois

Mardi 6 Novembre 2007





1.Posté par mob le 06/11/2007 16:07
sen propleme sounou yone nekoussi rayantelene ba diekh guir gnou am jam

2.Posté par severemaisjuste le 06/11/2007 16:17
farba senghor,l'ancien chauffeur de karim se sent intouchable.il es capable de toutes sortes de coups tordus.c un apprenti de wade .mais la roue tourne mon cher.ton tour viendra

3.Posté par fam le 06/11/2007 16:36
farba a lui aussi des ambition presidentiel alors au sunugal tout le monde peu gouverner

4.Posté par safi le 06/11/2007 18:10
Qui vivira verra en plus un jour viendra et on sera tous devant le Maître de ce monde. Ils n'ont pas honte ces apprentis politichiens!!!!

5.Posté par ndeysane le 06/11/2007 18:28
Farba tu n'est qu'un ane de brousse qui ne sert à rien que de transporter des marchandises vréma c'est honteux mais toi farba tu finira par payer tout le mal que tu fais sous l'ére de wade

6.Posté par senegalais le 06/11/2007 19:16
vous nous fatiguez
pour poursuivre vos etudes visitez
http://www.ueac.org?code=11943720058498

7.Posté par BENAWAAY le 06/11/2007 19:33
WAKEUR BOUKI

8.Posté par kh le 06/11/2007 21:55
farba ya gnak fayda

9.Posté par safi le 08/11/2007 17:45
defa tiit amoul dignite mais lo guis deye jekh


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State