Référence multimedia du sénégal
.
Google

RÉPUBLIQUE CONFRÉRIQUE: ''Le Sénégal serait-il devenu l'otage de « Marabouts » ?''

Article Lu 1804 fois

Il est réputé le fait que le Sénégal est un pays dont les annales enregistrent de longue date la cohabitation sereine entre le spirituel et le temporel. De mémoire d'homme, même si les religieux, sur la base hypothétique de calculs "mystiques" ont intimé à leurs disciples l'ordre de voter pour un tel plutôt que pour tel autre, la liberté individuelle n'est pas conditionnée à des directives collectives qui lui donnent un contenu autre que celui dont elle se pourvoit pour s'affirmer.



Nul n'ignore qu'à une certaine date, le citoyen, en résistant à la consigne de vote donnée par un respectable marabout, manifestait par cet acte ô combien majeur, son indépendance d'esprit face à la constitution des Ordres Mystiques qui n'ont rien de rationnel pour justifier le fondement théorique d'une décision. Certes, l'appartenance à un ordre confrérique est un phénomène courant, mais partir de l'ancrage de ces familles dites religieuses dans une tradition qui fixe leur complicité avec le pouvoir temporel n'est pas une raison, pour voir, constater, ou même être en droit de déplorer les états d'âme de certains de leurs membres, prêts à se donner en spectacle, perdant par cette bassesse la crédibilité qui leur serait hautement accordée s'ils savaient rester dans l'espace qui est le leur. Nous sommes dans un Etat laïc et non islamique, coranique, ou encore moins confrérique. Nulle part la Chaaria n'est ici la base de notre législation. Autant débiter des sourates coraniques savamment argumentées, historiquement archivées, n'est pas la preuve qu'on est un bon musulman. Orienter l'attention de ses compatriotes sur les faits de gloire de ses aïeuls, nantis d'un parcours exceptionnel , ne saurait donner le droit de se doter de la prérogative de juger les autres et de les cataloguer.

Malheureusement, dans notre pays qu'on prétend être majoritairement composé de musulmans, il est permis de douter et de s'imposer une reprécision qui évite les généralisations hâtives similaires à la formule courante selon laquelle "Nous sommes une exception islamique". Bien souvent, c'est dans le bon sens que nous encadrons la formule quand il s'agit de survaloriser nos mérites. En effet, il n'est pas faux d'admettre que dans le fond, nous sommes une exception islamique dans la mesure où les divergences confrériques qui nous opposent apparaissent à travers notre inaptitude atavique à trouver un consensus scientifique autour de l'organisation des fêtes musulmanes. Pourtant, l'Oci aurait été un cadre où les sommités en la matière pourraient confronter des sources documentées pour exercer leurs ressources intellectuelles mal exploitées.

Si ce ne sont des rencontres fortement marquées d'un sceau politicien ou d'une intention masquée de faire du militantisme en faveur du prince, nos guides religieux professent de rares fois des sermons en direction des tenants du pouvoir pour leur rappeler la mission qui est la leur dans la gouvernance des Etats qu'ils ont la charge d'édifier. Régulièrement, Feu Abdoul Aziz Sy Dabakh le faisait. Cela lui a d'ailleurs valu l'estime de tous les Sénégalais, au nombre desquels il pourrait (pourquoi pas ?) exister des athées. En fait, par ses prises de position, il prouvait que l'Islam est une religion de progrès. De même, un athée aurait préféré le bien-être de l'homme, à son salut. Il s'agit ici de transformer le vécu des citoyens par des projets de sociétés progressistes.

Les journalistes qui ont révélé que Wade a été hué, informent sur les proportions dérapantes de l'alternance 2, désormais traduisibles de l'échec d'un régime à bout de souffle, et qui s'agite pour se donner l'illusion de réussir une mission dont il n'est pas à la hauteur. L'école, la santé, le monde rural, bref tous les clignotants sont au rouge. Et avec la complicité de certains marabouts qui s'imaginent être dans un Etat théocratique ; la liberté de penser est menacée. Jamais les prêtres n'ont adopté une position défensive profitable au régime. Au contraire, ils s'arrangent toujours de conformer leur lecture à ce qui doit être parce qu'il est dans l'ordre du possible. Certains de nos marabouts sont toujours dans une dynamique migratoire qui interdit de réserver une place d'usage au mot "Impossible". Wade était diabolisé par ceux qui le vénèrent aujourd'hui. Demain, il sera oublié comme Abdou l'est aujourd'hui. A bas la démocratie ! Vive la mystification !

Alioune Diéry NIANE

Source: Le Matin

Article Lu 1804 fois

Samedi 22 Mars 2008





1.Posté par lodia le 22/03/2008 11:49
mon cher journaliste ton article est pertinent mais il est trop lourd,un peu de simplicité et de clarté ne ferait pas de mal,des mots simples et des phrases simples
Quant aux marabouts ,ils sont entrain de bloquer le développement économique et le progrés démocratique au sénégal
tout çà est de la faute de Senghor qui aurait dû leur mettre à leurs places dés les débuts conformément à la constitution

2.Posté par AMOCTAD le 22/03/2008 14:46
analyse pertinente.
Les marabout ne doivent pas prendre le pays en otage.
Qu'est ce que meme etre marabout de nos jours?
est ce que c'est naitre MBACKE, SY ou NIASSE ?

3.Posté par manda le 23/03/2008 17:22
Mais Mr Niane
Votre question n'est pas une question intelligente.
Rappeler vous que les marabouts se sont toujours introduits dans la vie politique sénégalaise. Depuis El Hadji Malick, Ahmadou Bamba, ...
Ils ont toujours agit dans ce sens.
Maintenant le fait de prendre ça comme un phénomène nouveau, c'est de se tromper royalement.
Vous pouvez tout leur reprocher mais ils constituent la stabilité du pays. Regardez casamance où la religion islamique n'a pas assez de sucès, c'est le chaos.

Laissez le pays aux gens qui n'ont aucune valeur, c'est l'exposer à des catastrophes irréparables
Nous ne sommes pas l'europe. Reflechissez y

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State