Référence multimedia du sénégal
.
Google

REPARATIFS DU PROCES D’HISSENE HABRE : Des experts de l’Ue saluent la volonté politique du Sénégal

Article Lu 1403 fois


En point de presse, hier, une mission de l’Union européenne, conduite par Bruno Cathala, par ailleurs Greffier de la Cour pénale internationale (Cpi), a salué la volonté politique du Sénégal de réaliser le procès d’Hissène Habré, ancien président du Tchad.

« Les autorités sénégalaises ont la volonté politique de réaliser le procès d’Hissène Habré ». Ces propos venant du Greffier de la Cour pénale internationale (Cpi), Bruno Cathala, doivent être pris très au sérieux. A juste titre. Arrivé dimanche 20 janvier 2008 à Dakar, M. Cathala, qui conduit une délégation d’experts juridiques spécialement dépêchés par l’Union européenne pour aider le Sénégal à préparer le procès d’Hissène Habré, a rencontré les plus hautes autorités de l’Etat impliquées dans ce dossier.

Hier, face à la presse, le chef de la délégation de l’Union européenne a fait un bilan d’étape de son séjour à Dakar. Bruno Cathala a avant tout rappelé les objectifs de leur mission. Nous sommes là, dit-il, pour rencontrer tous les acteurs sénégalais de ce dossier (gouvernement, magistrats, barreau, société civile) pour examiner les questions juridiques et administratives, notamment financières, liées à l’organisation du procès. Et M. Cathala de dire que partout où il est passé, il a noté une volonté manifeste des acteurs de réaliser ce procès. « Nous avons rencontré des experts du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Justice, le Cabinet du chef de l’Etat et le Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Dakar. Partout, c’est le même dynamisme et le même engagement », s’est réjoui M. Cathala qui, avant de quitter Dakar, promet de rencontrer les membres de la société civile du Sénégal. « Il faut écouter tous les acteurs avant de proposer une aide technique et financière », a-t-il déclaré. Interpellé sur le budget nécessaire pour l’organisation d’un tel procès, le Greffier de la Cpi a déclaré que dans des procès de ce genre, le budget est toujours estimatif. « Un procès, on sait quand il commence, mais on ne sait pas quand il prendra fin », a-t-il expliqué. Présent à ce point de presse, le représentant spécial du président de la Commission de l’Union africaine a surtout salué l’engagement politique du Sénégal à organiser le procès de Habré.

« C’est un effort considérable que l’Etat du Sénégal a déployé en mettant sur place des instruments juridiques à même de juger Habré », a dit Me Robert Dossou qui ajoute que le Sénégal réunit tous les outils juridiques nécessaires pour organiser le procès. Les magistrats sénégalais, argumente-t-il, sont non seulement très bien formés, mais ils sont très compétents.

Source: Le Soleil

Article Lu 1403 fois

Jeudi 24 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State