Référence multimedia du sénégal
.
Google

RENVOYEE EN AUDIENCE SPECIALE : L’affaire de corruption présumée de magistrats sera jugée le 16 avril prochain

Article Lu 1427 fois

Plus d’un an après la clameur qui avait accompagné son éclatement dans la presse, l’affaire de corruption présumée qui avait ébranlé la magistrature passera enfin le 16 avril prochain devant le juge correctionnel. Momar War Seck, poursuivi pour corruption et association de malfaiteurs, et ses co-prévenus s’expliqueront en audience spéciale.



L’affaire de corruption présumée qui avait secoué la magistrature sénégalaise en 2006 connaîtra bientôt son épilogue avec le procès des mis en cause prévu en audience spéciale, le 16 avril prochain. Appelé hier à la barre du tribunal correctionnel de Dakar, le dossier a été finalement renvoyé à cette date pour plaidoirie. L’homme par qui tout est arrivé, Momar War Seck, est poursuivi pour les délits de corruption de magistrats et association de malfaiteurs, tandis que ses co-prévenus, l’ex-gérant du groupe Futur Médias, Djirbil Ndiaye, et Mamadou Diop répondront de complicité de corruption et association de malfaiteurs. El Hadji Rawane Fall, quant à lui, est prévenu pour le seul délit d’association de malfaiteurs, et le greffier Yabal Guèye Dieng, qui avait fui, pour la prévention de tentative d’escroquerie. Quant à certains magistrats mis en cause, ils ont fait l’objet de sanctions disciplinaires.

Cette histoire est partie d’un manquement de Momar War Seck à qui Mohamed Guèye avait demandé de lui faire parvenir de l’argent aux Etats-Unis où il croupissait en prison. Le montant estimé à 130.000 dollars Us (près de 65 millions de francs à l’époque) devait servir à payer la caution de Mohamed Guèye qui escomptait ainsi une mise en liberté provisoire. Mais, Momar War Seck se contenta de transférer 100.000 dollars et se permit d’utiliser 20.000 dollars sous forme de... prêt, à l’insu de M. Guèye. Ce dernier, qui vit la liberté provisoire s’envoler à cause de ce comportement de l’oncle de son épouse, réclama son argent une fois sorti de prison. Devant l’impossibilité de rentrer dans ses fonds, Mohamed Guèye saisit alors la justice sénégalaise pour abus de confiance. Momar War Seck, risquant la prison, eut la mauvaise idée de faire jouer la corruption dans la justice. Le verdict du procès ne tomba jamais sur lui. Et, finalement, l’affaire éclata dans la presse sous forme d’enregistrement sonore, jetant le discrédit sur des magistrats.

Se prononçant sur la question, le président de la République avait assuré que l’affaire devait être tirée au clair et qu’ « aucune interférence ne sera admise sur le travail des enquêteurs dans cette affaire ». A l’arrivée, le conseil de discipline décide, en guise de sanction disciplinaire, d’envoyer la magistrate Aminata Mbaye à la retraite d’office avec bénéfice de sa pension. Théophile Turpin était frappé d’interdiction d’exercer d’une durée de cinq ans et le magistrat du parquet Cheikh Bamba Niang frappé de mutation. En raison d’une affaire d’usure venue se greffer à son cas, le juge Ibrahima Bakhoum a été le dernier à être sanctionné. Le conseil de discipline de la magistrature avait eu la main lourde en le suspendant pendant une période de cinq ans de ses fonctions à l’époque de substitut général du Parquet de la Cour d’Appel de Ziguinchor et de premier substitut du procureur de la République. Ibrahima Bakhoum se voyait aussi interdit d’exercer les fonctions de procureur de la République adjoint, de juge d’instruction, de chef de Parquet ou de juridiction. Des mesures assorties d’un déplacement d’office.

Le procès pour abus de confiance intenté à l’encontre de Momar War Seck fut repris et le parquet requit quatre ans ferme. Le 14 septembre 2006, M. Seck fut déclaré coupable de ce délit et condamné à un an ferme. Après conciliation avec la partie civile, il s’était engagé à l’époque à payer 62 millions de francs déjà disponibles chez son notaire et à éponger le reliquat de 12,7 millions de francs Cfa dans un délai maximal de douze mois. Après plus d’un an, lui et ses co-prévenus s’expliqueront sur ce scandale de corruption qui avait secoué à l’époque le corps de la magistrature.

Source: Le Soleil

Article Lu 1427 fois

Mercredi 26 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State