Référence multimedia du sénégal
.
Google

REFONDATION OU RESTRUCTURATION DU PDS: Les cadres ont la peur au ventre

Article Lu 1352 fois

Les cadres libéraux se font entendre. Les membres de la Cellule initiatives et stratégies (Cis) du Parti démocratique sénégalais (Pds) tiennent à être associés dans le processus de refondation commanditée par leur secrétaire général national et président de la République, Me Abdoulaye Wade. Ils ont produit un document destiné aux autorités du Pds dans lequel ils font des propositions sur la « restructuration » de leur parti. La direction de la Cis a tenu mardi 14 août dernier une conférence de presse pour récuser le terme « refondation » le plus usité au niveau de leur formation politique, pour réagir sur leur relation avec leur président et l’actuel président de l’Assemblée nationale, Macky Sall et le retour annoncé de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck.



REFONDATION OU RESTRUCTURATION DU PDS: Les cadres ont la peur au ventre
« Trouver des outils, formels et réglementaires, qui évitent aux figures emblématiques du Parti de se retrouver à la périphérie de la dynamique en cours, sécuriser le parti dans le choix des hommes et des femmes qui vont diriger les instances stratégiques ». Telles sont les principales préoccupations des responsables de la Cellule initiatives et stratégies (Cis) du Parti démocratique sénégalais (Pds).

Dans le document proposé aux autorités libérales chargées de réaliser cette refondation qu’ils décrient, les membres du Cis, se signalent à la direction de leur parti. Ils ne veulent pas être laissés en rade dans la réorganisation du Pds. Le secrétaire exécutif de la Cis et par ailleurs président du Conseil régional de Thiès, Serigne Babacar Diop et ses camarades évitent et ne veulent en aucun cas parler de « refondation ».

Pour eux, ce mot est très chargé. Le conférencier a rappelé que ce terme a joué un grand rôle dans la déconfiture, la dislocation du Parti socialiste (Ps) quelques années avant sa défaite du 19 mars 2000. « Cette refondation de l’appareil politique socialiste a occasionné une remise en question fondamentale du système du parti. Les gens ne s’y retrouvaient plus. Ils étaient laissés à eux-mêmes. Et c’est ce qui a expliqué le désintérêt et le départ de beaucoup de ténors et de figures emblématiques de ce parti », a argumenté Serigne Babacar Diop. Le secrétaire exécutif des cadres libéraux a, à cet effet, estimé qu’il faut éviter de mettre les militants et responsables dans cette situation. « Il faut lui donner une orientation », a-t-il ajouté avant de marteler : « nous refusons que notre parti soit confiné dans une perpétuelle guéguerre ».

Dans la foulée, il a souligné que la reconfiguration de leur parti « ne doit pas subir une thérapeutique comparable à celle d’une situation de crise. Le problème de fond est celui de la gestion des structures et de traçabilité de la dévolution des pouvoirs de décision dans le parti ». De l’avis du secrétaire exécutif du Cis, un des proches de Macky Sall, président de l’Assemblée nationale et n°2 du Pds, « la nouvelle restructuration du parti doit, ainsi, être sous-tendue par une philosophie politique différente de celle des années d’opposition, où il fallait surtout se défendre, se protéger, d’où la nécessité du verrouillage de la direction du parti ».

Sous le feu des questions des journalistes, le président du Conseil régional de Thiès a, par ailleurs, avoué que « la Cis n’a pas été consultée dans cette « restructuration » du Pds, mais cela ne les empêche pas de réfléchir, de s’autosaisir comme il est bien indiqué dans leur appellation Cellule initiatives et stratégies ». Et de poursuivre : « nous pouvons nous autosaisir de n’importe quelle question. Nous jugeons que ce débat est très important et c’est ce qui explique ces initiatives que nous avons prises ». Serigne Babacar Diop a, à cet effet, expliqué : « Nous avons rencontré Abdou Fall qui est chargé de piloter cette « restructuration » et nous lui avons promis de le rappeler pour le rencontrer et apporter notre contribution dans ce processus ».

Dans leur projet de contribution, les cadres libéraux sont revenus sur l’évolution de leur formation politique depuis qu’il est au pouvoir en évoquant la Direction politique nationale (Dpn), le Comité directeur devenu pléthorique, en passant par la suspension des Conventions régionales, la disparition du Secrétariat national, des cellules, entre autres. Les dernières élections présidentielle et législatives ainsi que leurs conséquences n’ont pas été passées sous silence dans ce document. « Outre cette contribution, la Cis va soumettre à la direction du parti, des modifications des statuts et du règlement intérieur », indique t-on dans le document.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1352 fois

Jeudi 16 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 13:42 « Khalifa Sall n’est plus dans le Ps »

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State