Référence multimedia du sénégal
.
Google

REÇUS AU PALAIS PAR ME WADE: Ce que cachent les audiences de Fada et Djibo Kâ

Article Lu 11025 fois

Exclu officiellement du Parti démocratique sénégalais (Pds) le jeudi 28 décembre 2006, par le Comité directeur, l’ex-porte parole des libéraux, par ailleurs ancien ministre de la Jeunesse et de l’Environnement, a subi les assauts répétés de certaines de ses frères qui le percevaient, à tort ou à raison, comme un proche du «banni» Idrissa Seck qu’il fallait envoyer à la potence. Toutes choses qui font que l’entrevue, mardi, au Palais, entre Me Abdoulaye Wade et Modou Diagne Fada, suscite beaucoup de questions dans le Landerneau politique et dans l’opinion. Tout comme l’audience entre le président de la République et Djibo Kâ.



REÇUS AU PALAIS PAR ME WADE: Ce que cachent les audiences de Fada et Djibo Kâ
Les «experts» sénégalais de la chose politique ont bien eu raison de parler de réaménagement ministériel. Dans la mesure où des sources concordantes font état d’un «lavage à grande eau prévu sous peu pour restaurer les idéaux du Sopi originel». L’audience accordée, avant-hier, entre 19 et 20 heures, à Modou Diagne Fada, tête de file de la Coalition Waar-Wi, dans ce contexte de redistribution des cartes, ne fait que relancer le débat. Sur ce que notre interlocuteur, figure de proue du Parti démocratique sénégalais (Pds), appelle «la course contre la montre d’un patriarche obsédé par le souci de voir son œuvre lui survivre». «Ce souci légitime doit inévitablement s’accompagner de mesures, courageuses et hardies, allant dans le sens de prendre les plus crédibles et les plus représentatifs d’entre les héritiers supposés ou réels», tranche, sur le vif, un collaborateur du Chef de l’État.

Come-back annoncé aux affaires ?

Une grille de lecture qui, selon ce responsable libéral, «donne toutes ses chances à quelqu’un comme Modou Diagne Fada qui n’a jamais renié son attachement à Me Wade. Même du temps où il était farouchement combattu par certains responsables du Pds». Aussi, il avait soutenu le candidat de la coalition Sopi lors de la dernière présidentielle. Pour, ensuite, mettre sur pied sa propre liste lors des locales et des sénatoriales organisées, respectivement, en juin et août 2007. Fin manœuvrier politique, qui serait adoubé par Karim Wade himself, il a réussi à entrer en force à l’Assemblée nationale dont «le président, Macky Sall, est de ceux qui ont créé les conditions de son exclusion du Pds». Mieux, il a pu «avoir», en sensibilisant les autres députés, un groupe parlementaire dénommé «Démocratie et Progrès». Dès lors, il n’est pas étonnant d’entendre le «Père», peut-être par nostalgie, évoquer, à chaque fois qu’il est question des retrouvailles de «sa famille éclatée», le nom de l’enfant de Darou Mousty. Nos sources renseignent, à ce sujet, que le dernier exemple en date est la sortie de Me Wade, lors du dernier Comité directeur du Pds, pour souligner que «depuis le départ de Fada, il n’est plus défendu comme il se devait». Va-t-il alors le rappeler à ses côtés ? Attendons de voir.

L’ombre de l’ex-Pm Idrissa Seck

Curieusement, cette audience en «plein calme précédant la tempête que devrait être la prononciation d’un non-lieu total de Idrissa Seck dans le dossier politico-judiciaire des chantiers de Thiès». Attendu dans l’entourage immédiat de Me Wade, l’ancien Premier ministre et ex-numéro 2 du Pds doit faire face à la Commission d’instruction de la Haute Cour de Justice le 15 avril prochain. Un rendez-vous qui ne sera, selon une source autorisée, «qu’une simple formalité, dans la mesure où l’actuel Maire de Thiès a déjà fini de bouffer son pain noir». Mais, au fait, quel rapport y a-t-il entre cette audience et Idrissa Seck ? Notre interlocuteur, un brin surpris, de rappeler «les relations entre deux hommes qui, malgré tout, sont des valeurs sûres pouvant aider à pérenniser l’héritage du Vieux». Il semblerait même, selon certaines sources, que «la mutation de Cheikh Tidiane Sy, pour le faire remplacer par Madické Niang, entre en droite ligne de la stratégie visant à ne pas prendre le risque de voir quelque malfaisant torpiller le retour de Ngorsi». Qui disait que l’heure est aux grandes manœuvres ?

L’Urd «en route vers» le grand parti présidentiel

Siégeant au gouvernement, dans le cadre d’une «alliance stratégique» avec Me Abdoulaye Wade, le Secrétaire général de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd), le ministre d’État Djibo Leïty Kâ, a été aperçu, après l’audience accordée à Modou Diagne Fada, au Palais où il devait, selon toute vraisemblance, tailler bavette avec le maître des lieux. Et là, nos sources sont formelles : «Même si on n’est pas dans le secret des dieux, on peut affirmer que Me Wade est en train de tout faire pour convaincre Djibo Kâ à dissoudre son parti dans le Pds. Mais, comme le rénovateur en chef n’est pas né de la dernière pluie, il ne veut pas prendre ce risque». Toutefois, notre interlocuteur croit savoir que «les négociations entre les deux hommes sont très avancées, d’autant plus que la plupart des souteneurs du Chef de l’État semblent déjà acquis à l’idée, qui lui est si chère, de mettre sur pied un grand parti présidentiel». Comme l’ex-responsable socialiste n’a jamais caché son désir d’être le 4ème président du Sénégal, il ne faut pas désespérer de le voir répondre à «un appel patriotique qui peut lui être bénéfique en mettant à son service une formidable machine électorale». Peut-être que d’ici-là les divergences entre lui et celui qui le qualifiait naguère de … tortueux.

Source: L'observateur

Article Lu 11025 fois

Jeudi 3 Avril 2008





1.Posté par zeund le 03/04/2008 16:13
Tout ce supterfuge pour le pouvoir!!! et encore si c'était pour aider le peuple.Ces gens doivent dégager pour le bien de ce pays et de sa population

2.Posté par zeund le 03/04/2008 16:18
Le pire ce n'est pas le comportement de ces dirigeants ou leur manigance ainsi que leur incompétence,non; le pire c'est de voir des jeunes qui devaient etre l'espoir et l'avenir de notre pays etre de connivence avec ces personnes.J'éspére que l'on se réveillera assez tot pour notre salut,et pour construire un avenir descent à nos enfants0.

3.Posté par diop papis le 03/04/2008 17:18
Le Réseau des Intellectuels
et Cadres de Saint-Louis
Pour le Développement
(RES.I.CA.S / D)
Rue Thiérno Ousmane SY / Sor
Ndiolofène 4e rue à droite Villa n°111.
Tel : 33 96131 45 // 77 553 20 62


COMMUNIQUE DE PRESSE


Le Bureau Exécutif du Réseau des Intellectuels et Cadres de Saint-Louis pour le Développement RESICAS / D s’est réunit le Samedi 22 Mars 2008 à Saint-Louis sous la présidence de son Coordonnateur Général à l’effet de discuter des points de l’Ordre du Jour suivant :

I. / L’Actualité Locale ;

II. / Situation Politique Nationale ;

III. / Situation Socio-économique Nationale ;

IV. / Questions Diverses.

 Examinant le premier point de l’Ordre du Jour relatif à l’Actualité Locale, le Bureau Exécutif du RESICAS/D s’est félicité de la décision du Conseil municipal d’instaurer la circulation en sens unique sur l’Avenue Général de Gaulle. Ceci participera activement au désencombrement de celle-ci, facilitant ainsi un fluide trafic des personnes et des véhicules. A cet effet, le RESICAS/D lance un appel aux populations et à tous les usagers de cette voie pour le respect strict de cette décision afin de donner à cette Avenue une belle image digne de la ville de Saint-Louis.
Néanmoins, le Réseau considère que cette pertinente mesure des autorités municipales en appelle d’autres. A ce titre le RESICAS/D demande à la municipalité de poursuivre ou de rouvrir les discussions avec les marchands ambulants qui occupent de façon anarchique cette voie en vue de trouver par consensus d’autres sites qui conviendraient mieux à leurs activités.
Dès lors, le RESICAS/D suggère aux autorités de penser davantage à l’éclairage et à l’embellissement de l’avenue, en y plantant des arbres, et en y construisant des bancs publics. L’annonce du bitumage de neuf nouvelles routes contribuera sans nul doute à une meilleure mobilité dans la ville.

• Toujours sur l’Actualité Locale, le RESICAS/D déplore vivement l’état de délabrement total du Centre Culturel Africain Abdel Kader FALL qui constitue, avec l’Ifan, les lieux de culture les plus appropriés dont bénéficient les populations de Saint-Louis. Dans ce sens le Réseau demande aux autorités administratives et politiques de veiller à la protection, à l’entretien et à la modernisation de ces espaces afin d’assurer une formation de qualité à la jeune génération, mais aussi offrir aux intellectuels et hommes de culture des espaces d’épanouissement dans la ville.

• Le RESICAS/D a exprimé lors de cette réunion ses vives félicitations à la Linguère de Saint-louis pour sa large victoire sur l’ES Bingerville de Côte d’Ivoire par la marque de trois buts à zéro (3 à 0). Le Réseau lui témoigne de son soutien et de ses encouragements pour la suite de la compétition afin qu’elle nous gratifie encore d’autres succès nationaux et internationaux.
Cependant, le Réseau lance un appel aux différentes autorités politiques de Saint-Louis afin qu’elles manifestent leurs appuis financiers et matériels à cette équipe. Il est temps d’arrêter leurs soutiens d’éclats qui consistent à faire du « m’as-tu vu » de dernière minute, cherchant ainsi à procéder par récupération qui en fait, ne fait que déstabiliser sa concentration, sa cohésion et sa sérénité.
Le RESICAS/D demande également aux autorités de faire un tour au stade Maître Babacar Sèye ; certainement, l’état de délabrement des lieux stimulera leur fibre saint-louisien afin qu’ils s’attellent à sa réhabilitation dans les plus brefs délais.

• Avant de terminer avec ce point de l’Ordre du Jour, les membres du Bureau Exécutif du RESICADES/D se sont joints à la tristesse des Saint-Louisiens suite à la disparition de BAYE GUALAYE. Le rappel à Dieu de cet homme d’une dimension nationale considéré comme un des totems de notre ville, créera forcement un vide dans les cœurs et les esprits de tous ceux qui l’ont connu. Ainsi en cette triste occasion, l’ensemble des membres du Réseau présente ses condoléances à sa famille éplorée.

 Abordant le deuxième point de l’ordre du jour consacré à la situation politique nationale, le bureau exécutif du RESICAS/D s’est appesanti sur la 11ème Conférence Islamique au Sommet tenue dans notre pays les 13 et 14 Mars 2008 pour la seconde fois. A cet effet, il salue les différentes opportunités que cette organisation a offertes à notre capitale tant sur le plan des infrastructures routières de nouvelle génération que sur les emplois temporaires.
Le Réseau a adressé sur ce point ses félicitations aux responsables de l’ANOCI, de l’Apix, de la Mairie de Dakar, aux entrepreneurs et ouvriers Sénégalais, bref à tous ceux qui de près ou de loin se sont surpassés pour la réalisation de ces grands Chantiers.
Cependant, le RESICAS/D exhorte les autorités de l’ANOCI à fournir, à la fin de leur mission, un bilan financier et technique détaillé et exhaustif afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur les coûts réels de ces ouvrages.
• Les intellectuels et cadres de Saint-Louis pour le développement se sont réjouis de la médiation du Président Abdoulaye Wade, sanctionnée par la signature d’un protocole d’accord en vue d’apaiser la tension entre le Soudan et le Tchad.
Néanmoins, le Réseau a constaté et regretté l’absence lors ce 11ème sommet, de certains chefs d’état de la Ummaa considérés comme des piliers de cette organisation.

• Examinant toujours la situation politique nationale, le RESICAS/D a condamné vigoureusement le renvoi pour la deuxième fois des élections locales au 22 Mars 2009. Le réseau constate que le mandat des élus locaux est passé, de manière subtile, de cinq à sept ans violant ainsi les dispositions constitutionnelles de notre pays. Sur ce plan, le RESICAS/D regrette la manière mécanique et discourtoise avec laquelle la mouvance présidentielle exerce sa majorité parlementaire ternissant de la sorte l’image de notre démocratie. A cet effet, le Réseau demande à l’Etat de veiller au respect du calendrier républicain pour permettre aux collectivités locales d’évoluer dans un environnement démocratique, serein, crédible et sécurisé.

• Appréciant les relations entre les différentes acteurs politiques de notre pays (pouvoir, opposition, société civile, acteurs de développement…), le RESICAS/D juge opportune la restauration d’un dialogue sérieux pour éviter les tensions qui menacent la cohésion nationale vu la demande insistante des assises de toutes natures (politique, éducation, sport, …), mais aussi les marches réprimées de tout bord par les forces de l’ordre.

 Statuant sur le troisième point de l’ordre du jour réservé à la situation socio économique du pays, le Réseau des Cadres a exprimé ses inquiétudes sur l’impuissance du gouvernement face à la flambée fréquente et abusive des prix des denrées de première nécessité. Il considère que cette attitude inexplicable de l’Etat ne fait qu’encourager les spéculations notées provoquant et accentuant ainsi, de jour en jour, les difficultés des Sénégalais dans leur vécu quotidien.
Le Réseau suggère donc au Gouvernement plus de concentration et une vision prospective dans le sens d’alléger la souffrance des populations en revenant à la politique de l’encadrement des prix. Pour ce faire, Il doit impérativement, à l’image du Burkina Faso, entamer des concertations tripartites sérieuses (Etat - Secteur Privé - Commerçants) dans le souci exclusif d’alléger le coût de la vie des Sénégalais. L’Etat doit également comme promis, s’atteler à la création des magasins témoins avec des prix administrés en vue de barrer la route aux spéculateurs. Seulement, ceci ne pourrait se faire efficacement sans la redynamisation effective du Contrôle Economique et l’extension des domaines de compétence de l’Agence de Régulation des Marchés (l’A.R.M).

• La situation préoccupante du monde rural provoquée par une succession de mauvaises campagnes hivernales a été également examinée lors de cette réunion. Le Réseau considère à cet effet que nul n’a le droit de minimiser leur souffrance ou faire semblant de croire que tout marche. D’ailleurs il salue la décision du chef de l’Etat octroyant la somme de 10 milliards aux paysans pour l’achat de vivres de soudures.
Seulement, le RESICAS/D demande à ce que des commissions crédibles et consensuelles soient mises en place dans le souci d’une distribution optimale de cette assistance aux véritables destinataires.
Au delà de ce soutien, l’Etat doit également revoir systématiquement sa politique agricole pour le redressement définitif de ce secteur qui constitue un maillon essentiel de notre économie.

 En Questions diverses, le Bureau Exécutif du Réseau des Intellectuels et Cadres de Saint-Louis pour le Développement a exprimé son ouverture à tous ceux qui voudraient y adhérer dans le souci exclusif de l’intérêt des populations.










Le Coordonnateur Général
Fait à Saint-Louis le 30/03/2008
Baye Biram DIOP Par le Bureau Exécutif

4.Posté par toume le 03/04/2008 17:47
du courage fada tu es un exemple pour la jeunesse sénégalaise

5.Posté par De Montreal le 03/04/2008 23:50
Fada exemple pour la jeunesse? Soyez serieux!

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State