Référence multimedia du sénégal
.
Google

REBONDISSEMENT DANS LE CONTENTIEUX OPPOSANT JEAN LEFEBVRE A L’ETAT: Le Juge fixe une astreinte de 20 millions par jour de retard à Bara Tall

Article Lu 1977 fois

20 millions de FCfa d’amende par jour de retard. C’est l’astreinte fixée par la Cour d’Appel de Dakar, hier, contre le patron de Jean Lefèbvre Sénégal, Bara Tall, sur le contentieux judiciaire l’opposant à l’Etat du Sénégal. Litige portant construction de la route Kaolack-Mbirkilane, d’un montant de 9 milliards de FCfa, et qui s’est très vite dégradée.



REBONDISSEMENT DANS LE CONTENTIEUX OPPOSANT JEAN LEFEBVRE A L’ETAT: Le Juge fixe une astreinte de 20 millions par jour de retard à Bara Tall
La Cour d’Appel de Dakar a tranché, hier, sur le contentieux judiciaire opposant Bara Tall, patron de l’entreprise de Btp Jean Lefèbvre Sénégal (Jls) à l’Etat du Sénégal. Dans son délibéré, la Cour ordonne à la société Jls de reconstruire la route Kaolack-Mbirkilane sous astreinte de 20 millions de FCfa par jour de retard. Une décision qui infirme celle rendue par le juge des référés. Lequel avait débouté l’Etat de sa plainte.

Le verdict rendu, hier, par la Cour d’Appel invite Bara Tall a redéployé ses bulldozers sur la route Kaolack-Mbirkilane pour refaire ce tronçon de 40 kilomètres. Travaux pour lesquels l’Etat avait débloqué une enveloppe de 9 milliards de FCfa. Seulement, les autorités constatent que la route a été mal faite. Du fait qu’elle s’est dégradée au bout de quelques mois. Un constat qui avait poussé, le ministre des Infrastructures d’alors, Habib Sy, a annoncé que le patron de Jean Lefèbvre sera traduit devant les juridictions. Car, disait M. Sy, «cette route Kaolack-Fatick, d’un coût de 9 milliards FCfa pour une distance de 40 kilomètres, exécutée par l’entreprise Jean Lefèbvre, connaît un état de dégradation très avancée, au grand dam des chauffeurs».

Du coup, l’entreprise de Bara Tall, spécialisée dans les travaux publics, avait sorti un communiqué pour revenir sur le processus de la réalisation de cette route. Dans le document explicatif, Jls souligne avoir attiré l’attention des autorités bien avant le début des travaux, notamment sur la durée de vie de l’ouvrage. Lequel, prévenait l’entreprise Jls, «peut se dégrader rapidement si elle est construite sur la base des données contenues dans le cahier des charges». Mais, avançait le communiqué de Jls : «Souverainement, ces autorités, en tant que représentant du Maître d’ouvrage qu’était l’Etat, avaient maintenu leurs positions, et avaient invité Jls à réaliser l’ouvrage conformément au cahier de charges. Ce qui fut fait sous la supervision du Bureau de contrôle librement désigné par l’Etat pour assurer à son compte un contrôle et un suivi permanent de la réalisation de l’ouvrage jusqu’à son terme.». A noter que, d’ici un an et trois mois, si Bara Tall ne reconstruit pas la route, il perdrait les 9 milliards de FCfa que lui doit l’Etat.

REPLIQUE DE BARA TALL : «Ils veulent détruire Jean Lefèbvre…parce que j’ai refusé de rentrer dans leurs magouilles»

Le patron de Jean Lefèbvre Sénégal (Jls), Bara Tall, qui a été joint hier par la Radio futurs médias (Rfm) après la décision de justice rendue par la Cour d’Appel, balise le chemin aux autorités judiciaires et étatiques pour l’exécution de leur décision. «Ils n’ont qu’à aller démantelé de ce qui reste de Jean Lefèbvre Sénégal et réparer leur route. Moi, j’ai travaillé 36 ans pour bâtir cette entreprise en l’espace de 6 ans. Je n’ai jamais volé, je n’ai jamais tué, je n’ai jamais été corrompu, je n’ai jamais corrompu et j’en ai fait ce que j’en ai fait. Si maintenant ils veulent détruire cela, je les laisse faire et demain, je reconstruirais quand la situation le permettra dans notre pays. Et je me battrais pour ça, parce que je suis un citoyen sénégalais. Je ferai tout ce que m’offre la loi et tout ce que m’offre ma compétence pour reconstruire mon entreprise», déclare Bara Tall en attendant la tenue d’une conférence de presse.

L’entrepreneur dit ne pas être surpris par la tournure des événements. «Je n’ai pas été surpris et personne, parmi les gens qui suivent l’actualité, ne doit l’être à ce niveau. Parce que c’est une décision qui rentre dans le cadre global de ce que Abdoulaye Wade et son fils (Ndlr : Karim Wade) ont dit dès le départ. Ils m’avaient dit, à moi particulièrement, qu’ils allaient détruire Jean Lefèbvre, mon entreprise, depuis l’affaire des chantiers de Thiès. Et depuis qu’ils me l’ont dit, je l’avais pris au sérieux, parce que je fais des travaux publics. Mon métier, ce sont les travaux publics. Je travaille avec le public et je n’ai qu’un seul client qui est l’Etat. Si cet Etat a décidé, parce que j’ai refusé de rentrer dans des magouilles dans lesquelles je ne rentrerais jamais, de détruire mon entreprise, je ne peux que les laisser faire pour en faire le constat à la fin. Ensuite de le leur faire assumer jusqu’au bout. Ça, c’est pour parler dans le cadre général», martèle M. Tall.

Pour ce qui est des travaux litigieux, le polytechnicien précise que «la route Fatick-Kaolack est un problème de conception. Et pour vous rappeler, la semaine dernière nous avions fait un communiqué pour dire que les faits avaient donné raison à Jean Lefèbvre. Parce que toutes les routes qui partent de Kaolack pour aller à Tambacounda sont en train de se dégrader pour les mêmes raisons que nous avions même signalées avant de commencer cette route. On nous a obligés à faire cette route sans prendre les mesures d’accompagnement nécessaires. C’est-à-dire réduire les charges qui passent sur cette route, comme on leur avait dit. Ils avaient le choix, soit augmenter la portance sur cette route comme nous leur avons demandé dans notre étude, soit de nous faire exécuter le cahier des charges. Ce qu’ils ont fait, et de prendre par la suite les mesures administratives. Ces mesures administratives, qu’ils le veuillent ou non, ils sont obligés de les prendre. S’ils n’ont pas honte, les techniciens qui sont en train de danser et qui ont fait polytechnique doivent vraiment s’asseoir et réfléchir sur les solutions techniques qu’ils sont en train de prendre aujourd’hui même sur cette route Kaolack-Mbirkilane qui se dégrade pour les mêmes raisons. Mais, vous n’entendrez jamais personne en parler, parce que c’est fait par Eiffage. C’est fait par des entreprises françaises dont le représentant, qui est ici le délégué de l’Union européenne, a fait ce qu’il devait faire. Il a fait une sortie pour dédouaner ces entreprises en disant que c’est un problème de trafic. Parce que les routes au Sénégal ont des charges au-delà de la norme».

Mamadou Seck
Source L'Observateur

Article Lu 1977 fois

Vendredi 11 Décembre 2009





1.Posté par maf le 11/12/2009 15:13
grand Bara diame bi sougnouko teukouwè moutite rèk moye nguemeutoule yalla, cone bouletite boule ragale, dieu è avec toi, laya wade ak ay nitame tot ou tard dinagnou diarkalo ak sougnou borome, du courage BARA tiens bon lègui moudièkh inchallah

2.Posté par BONITO le 11/12/2009 15:30
LAYE WADE, TA VUS SHARON ( COMA A VIE), ATTEND TOI AU PIRE.

3.Posté par lo le 11/12/2009 15:33
dommage dommage dommage vraiment . mais ils oublien k ya un bon dieu sur terre . BARA accroche toi le peuple sera avec toi au moment auportun

4.Posté par liberersenegal le 11/12/2009 15:45
nous allons bientot prendre le pouvoir et vous retablir dans vos droitsLe Front de liberation nationale se battra par tous les moyens pour arreter les criminels comme wade et sa famille et organiser un grand proces.

5.Posté par BONITO le 11/12/2009 15:48
Laisser moi buté ce merde de wade.
Je vais te tuer si on se croise, et je le jure.
Ta peur de venir en Españ.

6.Posté par raja le 11/12/2009 17:18
c'est vraiment injuste! lui au moins on sait qu'il s'est battu pour obtenir ce qu'il a;c'est sûr qu'il a passé des nuits entières à étudier, à essayer de se battre pour y arriver!Mais grand thiono dou réer té yallah mi ngui fii di atté tkt inchallah lépp di na léerr

7.Posté par jules le 11/12/2009 17:33
JEN AI LES LARMES AUX YEUX DEVANT CETTE SITUATION ET JE PESE MES MOTS " SI LE PEUPLE SENEGALAIS REGARDE SANS PIPER MOT LE DEMANTELEMENT DE JLF ET BARA TALL" N OUS SOMMES QUE DES ANIMAUX . CAR VOILA UN HOMME DONT SON HONNETETE N EST PLUS A DEMONTRER ET UNE BANDE DE VOYOUS ET DE BANBITS DE GRANDS CHEMIN A LEUR TETE LE PREMIER DES SENEGALAIS ABOULAYE WADE excusez moi PABLO ESCOBAR WADE ET SON REJETON DE BATARD DE KARIM astafourla MBALIT WADE " j ai pas trouver mieux" ET LEUR ACCOLYTES VEULENT JUSTE DETRUIRE CE QUE CETTE HOMME A MIS DES ANNEES A BATIR AU MOMENT OU CE BANDIT TRAINER A PARIS SANS UN SOUS ET SON FILS ENTRAIN DE REDOUBLER TOUTES LES CLASSES OU IL EST PASSER
MOI JE SUIS REVOLTER PAR CETTE FAMILLE ET LEUR COUR
GRAND SACHES QUE GOOR GOOR REK LA DONE TE YALLA AMA THI SOOUF AK FAGNOU DIEME

8.Posté par cheikhe nalli le 11/12/2009 18:47
c vrémént injuste de la part de l'état menteur wade é son fille de karim

9.Posté par moussa le 11/12/2009 19:06
GRAND VOYANT ET GUERISSEUR DU TOGO POUR VOS PROBLEMES DE TRAVAIL D'AMOUR aRGENT TEL 774593401

10.Posté par Amadou le 11/12/2009 20:13
jules tu parles rek sans connaitre le fond du probleme
bara a faute
bara a triche
bara a mise et perdu
bara a accepte un marche sans respecter le cahier de charge c est ca le vrai probleme

11.Posté par xy le 11/12/2009 21:34
atté sounou borom rek moy degg ta grand naka khamni fofou mom lép dina lér gni yalla léne eup dolé

12.Posté par bek le 11/12/2009 23:31
abdoulaye wade gueumoul ni yalla amna mai yalla mingkoy khaar tè dina metti thi moom d

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State