Référence multimedia du sénégal
.
Google

REACTION - Auditions de Alioune Tine : Le Congad exige l’arrêt de la procédure

Article Lu 1311 fois


Dans une déclaration rendue public, hier, le Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (Congad) donne son avis sur la procédure engagée par les pouvoirs publics contre la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho). Pour Le consortium de plusieurs Ong, la procédure engagée contre la Raddho n’honore pas notre pays. Ainsi, «espérant que l’audition de Alioune Tine, secrétaire exécutif de la Raddho ne s’inscrit pas dans une dynamique de harcèlement et de tentative de musellement de la parole citoyenne», le Congad demande aux pouvoirs publics d’y mettre fin.

Le Congad, qui rappelle dans sa déclaration que les organisations de la société civile jouent un rôle important dans les processus de prévention et de gestion des conflits mais aussi dans la construction de la paix, invite les pouvoirs publics à faire preuve de discernement. «La participation et le contrôle citoyens de l’action publique sont constitutifs de l’Etat de droit démocratique», mentionne le document.

En effet, rappelle le Congad, «depuis mercredi, le siège de la Raddho est sous contrôle policier. Deux éléments de la police nationale, qui ont pris les clés du centre d’information et de la documentation de cette organisation membre du Congad, occupent les lieux».

«Cette situation inacceptable fait suite à une inspection des locaux de la Raddho organisée dans le cadre d’une opération de sécurisation menée par la police pour préparer la visite du président de la République au domicile de feu Me Babacar Niang où il devait présenter ses condoléances à la famille éplorée», explique encore le Congad.

Au cours de cette opération de sécurisation, souligne le conseil d’administration du Congad, «des policiers ont trouvé des armes sans gâchette dans les toilettes du siège de la Raddho, qui est contiguë au domicile de Me Babacar Niang». Ces armes inutilisables disent les membres du conseil, «ont été mises, le plus légalement du monde, à la disposition de la Raddho par l’état-major des Armées. Les animateurs des programmes de sensibilisation menés dans le cadre de la construction de la paix, utilisent ces engins rendus inopérationnels pour inciter les combattants à déposer les armes en vue de leur incinération».

Et, selon le Congad, «en dépit des explications données par la Raddho, qui a présenté les correspondances échangées avec l’état-major de l’armée sénégalaise pour obtenir des armes inopérationnelles utilisées dans le cadre des campagnes d’information et de sensibilisation, le secrétaire exécutif de la Raddho, Alioune Tine a été convoqué et auditionné au commissariat de Dieuppeul. Au cours de cette audition, on lui a posé des questions désobligeantes. Ce lundi 16 juillet 2007, il a encore déféré à une convocation au commissariat central de Dakar». Les pratiques susmentionnées estime le Congad, «sont constitutives d’atteintes à l’exercice des missions de service public d’une organisation de défense des droits humains qui s’investit dans la construction de la paix en utilisant les supports de sensibilisation d’un usage courant».


Dialigué FAYE
Source: Le Quotidien

Article Lu 1311 fois

Mardi 17 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State