Référence multimedia du sénégal
.
Google

RAPPEL - Les autorités refusent d’allouer 500 millions pour la rénovation du Joola : Négligence d’une catastrophe annoncée

Article Lu 1359 fois


Le temps ne réussira certainement jamais à ôter de la conscience des Sénégalais, les détails liés à la défection d’un des moteurs du bateau Le Joola, très souvent repris comme une des causes profondes de son naufrage survenu le 26 septembre 2002 aux larges de la Gambie. Dans l’affaire des travaux de rénovation de la vedette Signare, la frustration des Sénégalais pourrait découler du constat fait de l’importante somme engloutie par les travaux d’un petit navire présidentiel rarement utilisé, là où un budget largement infime a été négligé quand il s’est agi de la mise en marche du Joola.

L’emblématique navire de rotation Dakar-Ziguinchor était assurément en mauvais état. Pendant plus d’une année, entre août 2001 et septembre 2002, les rotations avaient été suspendues. Les problèmes de moteurs étaient importants et ont obligé les autorités à changer, en août 2002, l’un des deux pour la somme de 250 millions de francs CFA, alors que les techniciens avaient parlé de 500 millions de francs Cfa pour les deux moteurs. En plus de cela, d’autres difficultés ont été décelées, comme celles de communication entre le navire et la terre, devenues récurrentes. Le matériel de transmission aussi était usé : la dernière visite technique du 23 septembre 2002, soit 13 jours après la reprise des rotations et 3 jours avant la catastrophe, révélait encore la défaillance des appareils de bord. La sécurité était minimale : les attaches pour arrimer dans les garages du pont inférieur les marchandises et les véhicules étaient d’une vétusté manifeste.

Le rapport présenté par le Ministère des Forces armées a révélé que la coopération entre les deux ministères chargés de la gestion du navire, n’était pas au beau fixe au moment où se jouait le scénario de la remise à flots du Joola. C’est sous forme d’un aveu explicite : «Suite aux pannes intervenues en août 2001, le ministère de l’Equipement et des Transports terrestres a été sollicité pour le financement des réparations et rénovations des moteurs. La coopération entre les deux ministères dans la remise en état du bateau M/S Le Joola ne s’est pas déroulée en franche collaboration comme en atteste la lettre n° 00967/MFA/CAB du 17 mai 2002.» Jusqu’aux hautes sphères du Pad, les impressions se recoupent et restent constantes à l’idée que «le comble d’arrogance, d’inconscience et d’impudeur, est d’investir près de 600 millions de francs Cfa pour la réfection d’une vedette présidentielle, alors que 500 millions francs Cfa pour la réfection des moteurs du Joola auraient suffi à éviter le drame et la souffrance nés du plus grand naufrage de l’histoire».


Aliou SANE
Source: Le Quotidien

Article Lu 1359 fois

Mardi 31 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State