Référence multimedia du sénégal
.
Google

RAMADAN 2009: LES BARS ENCORE RESISTANTS AUX SOUBRESAUTS DU MOIS DE RAMADAN

Article Lu 1956 fois

Juste après le démarrage du mois de ramadan, ce n’est pas le grand rush dans les bars. Les chiffres d’affaires ont quelque peu baissé. Alors que tout le secteur commercial se voit «amputé» par les durs débuts du mois de Ramadan, les Bars semblent pourtant échapper aux influences du «Koor». Un tour aux alentours de Dakar Ville a suffi pour constater que les bars battent encore le record de fréquentation. Snooker Place est un bar- billard situé non loin du marché Sandaga. Casses en vert vides, tables bien rangées et odeur de vin nous ont accueilli juste à notre entrée dans la salle presque exempte de patients. «Contrairement à ce que tout le monde pense, les bars ne sont pas seulement les lieux pour se procurer du vin. Ils sont aussi un passe-temps favori pour certains qui préfèrent jouer au billard», déclare M. Sams Mboup, gérant de ce bar. Ce qui explique, peut-être, le fait que les bars ne sont pas encore touchés par la rareté grandissante des clients ailleurs.



RAMADAN 2009: LES BARS ENCORE RESISTANTS AUX SOUBRESAUTS DU MOIS DE RAMADAN
Autre chose, ajoute M. Mboup, c’est «le nombre important de patients qui ne consomment pas», mais qui en font un «moment de détente et de divertissement». M. Sams Mboup montre que le chiffre d’affaires n’a presque pas bougé depuis le début du ramadan. «Il est de 200 000 FCfa par jour», même si une petite baisse est notée et cela, du fait que «le bar ouvre à 18H au moment où les patients optent pour la rupture du jeûne chez eux». Mais, même si ces derniers se rendent aux bars après la rupture du jeûne, force est de reconnaître que «cela n’a pas, en tout cas pour le moment, ligoté le chiffre d’affaires qui tourne autour de 200 à 250 000 FCfa», affirme-t-il.

Cet avis de M. Mboup est partagé par Mme Diassy, une gérante d’un bar à côté de la VDN. Pour elle, les bars ne peuvent pas trop souffrir du «Weeru Koor», car «ceux qui s’intéressent au jeûne ne sont pas en général ceux qui fréquentent le plus les bars». Les bars alors, parce qu’ils ouvrent la nuit, souffrent moins de la «fuite des clients», car un bon nombre de personnes considèrent que le jeûne, c’est exclusivement le jour. «Je viens tous les jours au bar la nuit après avoir rompu mon jeûne, car «Koorgui beuthieuk la», (le jeûne, c’est seulement pendant la journée), déclare Papa Ibrahima Guèye, un patient rencontré devant le bar Snooker Place.

SEYDINA OUSMANE MBAYE (Stagiaire)
Source L'Observateur

Article Lu 1956 fois

Lundi 31 Août 2009





1.Posté par casaboy le 31/08/2009 10:37
ah bon je savais pas qu'on pouvait se soigner dans un bar.

2.Posté par robert le 31/08/2009 11:47
que dieu vs guide ds le droit chemin car il n'est jamais trop tard de se repentir

3.Posté par Correcteur le 31/08/2009 12:14
Un client n'est pas un patient, mon cher journaliste!

4.Posté par real le 31/08/2009 14:00
mane lolou diakhalouma sakkh ki di wakh ni il jeune le matin et le soir toth casssse mais plus besoin de jeuné pcq kan tu touche a ça 40 jours aprés rien n est plus valable sa way gorgorloule wayy

5.Posté par grammaire le 01/09/2009 08:11
"...Casses en vert vides, tables bien rangées..." Moi qui croyais qu'on dit Tasses en vert.... Est-ce que je me trompe les gars?

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State