Référence multimedia du sénégal
.
Google

RACKET ET USURPATION DE FONCTION Le videur du bar «Bon coin» de Pikine se faisait passer pour un policier

Article Lu 1743 fois


Videur dans un bar la nuit et faux-policier le jour, une double casquette qui a fini par installer le sieur Sakhir Touré dans le collimateur des commissariats de police et des brigades de gendarmerie établis dans la banlieue où les plaintes dénonçant les agissements de ce faux policier n'ont cessé de s'amonceler. Au terme des investigations rondement menées par les hommes de l'adjudant-chef Abdou Diallo de la gendarmerie de Thiaroye, Sakhir Touré a été finalement épinglé et envoyé en prison.
Ils ne sont pas nombreux les commerçants et boutiquiers établis dans la banlieue et qui, jusqu'ici, n'avaient pas encore reçu la visite de Sakhir Touré et de son complice. De vrais faux-policiers à qui il n'a manqué qu'une carte professionnelle pour continuer à racketter les boutiquiers et commerçants de la banlieue. Sinon ils avaient tout l'attirail d'un parfait policier: Les menottes, le ton ferme et le travail d'approche, tout a été bien organisé par Sakhir et son complice qui ont toujours agi comme des policiers professionnels. Des agissements qui, s'ils n'étaient pas stoppés, allaient porter un rude coup à l'image de la police nationale. Le premier est un videur au bar « Bon coin » de Pikine alors que le second qui a réussi à prendre la fuite n'a pas encore été identifié. Il y a quelques jours, le videur et son complice, habillés comme des éléments des sections de recherches, avaient fait une descente dans un quartier de Yeumbeul. Après avoir ciblé une boutique gérée par un ressortissant guinéen, ils ont requis les services d'un adolescent en lui remettant une pièce de cent francs avant de lui demander d'aller acheter dans la boutique des comprimés de «Paracétamol ». Naïf et pensant rendre service à des adultes, l'adolescent réussit à acheter des comprimés auprès du ressortissant guinéen avant de porter les «Paracétamol » aux deux faux-policiers postés au coin de la rue. Le tour est ainsi joué pour le videur et son complice qui, quelques minutes plus tard, débarquent à leur tour dans la boutique. Vociférant et agissant comme des policiers professionnels, le videur tance le boutiquier, l'engueule avant que son complice ne se charge de lui poser une paire de menottes aux poignets. On devine alors l'affolement du boutiquier guinéen car conscient qu'il risque gros du fait que la vente de produits pharmaceutiques dans une boutique est interdite. Le boutiquier est alors jeté dans un véhicule qui s'ébranle vers la police. Mais en cours de route un arrangement lui est proposé. En clair s'il consent à verser de l'argent, il recouvre la liberté.

Voilà le mode opératoire mis en place par le videur du bar « Bon coin » de Pikine et qui lui a permis avec son complice de soutirer d'importantes sommes d'argent aux commerçants et boutiquiers de la banlieue. L'une de leurs nombreuses victimes, un Guinéen répondant au nom de Yafaye Iradiang, s'est confiée aux enquêteurs de la gendarmerie de Thiaroye : « Ils m'ont dit qu'ils appartiennent au corps de la police et qu'ils sont en service au commissariat central de Dakar. Et lorsque je leur ai réclamé des cartes professionnelles, ils m'ont dit qu'elles étaient avec leurs collègues qui suivaient en voiture ». Moins chanceux, un autre Guinéen a reçu à trois reprises la visite du videur et de son complice qui, à chaque fois, lui ont posé des menottes avant de repartir des lieux avec dans les poches des sommes d'argent variant entre 20.000 et 30.000 francs. Cependant, le 12 juin dernier, lorsque les deux faux -policiers se sont à nouveau présentés à lui, le Guinéen s'est rebiffé avant d'alerter un gendarme. Sommés de montrer leur carte professionnelle, les deux faux policiers ont très vite pris la poudre d'escampette. Hélas, dans sa précipitation pour vider les lieux, le videur du bar « Bon coin » a malencontreusement laissé tomber sa carte nationale d'identité sur les lieux. Une pièce à conviction qui a permis aux gendarmes de Thiaroye de le localiser avant de procéder à son arrestation. Quant à son complice, il court toujours mais nul doute qu'il ne devrait pas tarder à tomber dans les filets de la gendarmerie.

Source: L'observateur

Article Lu 1743 fois

Jeudi 19 Juin 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State