Référence multimedia du sénégal
.
Google

Quelques jours après la naissance du Christ : Les Chrétiens ont célèbré hier l’Epiphanie

Article Lu 1432 fois


Les Chrétiens ont célèbré hier dimanche la fête de l’Epiphanie. Une occasion saisie par le Frère Louis Marie du Sanctuaire Marial de Popeguine pour donner le sens et l’historique de cette fête après celle de la famille qui a eu lieu la semaine dernière.

L’Epiphanie en grec signifie mettre en évidence, manifester. L’Epiphanie est donc ce jour où le Verbe de Lumière, caché dans la chair d’un nouveau né, manifesta sa divinité aux sages venus d’Orient. C’est ce que les Chrétiens du monde entier célèbrent hier. Ils célèbrent donc, ces sages venus d’Orient n’ayant rien qui les assurât de la vérité pour laquelle ils se sont mis en route. Ils n’avaient pas de lumière surnaturelle, ni de révélation particulière. Seulement leur intelligence et leur science d’astrologues. Ils se sont mis alors en route car ils ont beaucoup étudié. Leur travail de réflexion et leur rigueur scientifique leur ont permis de discerner ce signe de Bonne nouvelle à travers cette étoile qui avait une trajectoire insolite. Ils savaient que Dieu qui a créé toutes choses, ne pouvait les tromper et leur parlait par ce signe. Ils avaient une intention droite et possédaient en leur âme un anxieux désir de chercher la vérité et de comprendre la signification de ce signe qui venait d’en haut. « N’oublions pas que, pour les anciens, les étoiles par leur immutabilité appartenaient au domaine du divin. Ils ne s’épargnèrent pas une longue route, les fatigues et les dangers d’un voyage, ils ne cherchèrent pas de compensation humaine mais uniquement que Dieu leur donne sa lumière. C’est cela la soif de contemplation pour les hommes de la terre » commente le Frère Louis Marie du Sanctuaire Marial de Popeguine. Avant d’ajouter que « l’Epiphanie est donc la fête de la vocation des hommes à vivre la béatitude de la foi, qui s’épanouira un jour dans la vision de Dieu ». Car la foi et la vision ont le même objet, il s’agit selon Louis Marie de Dieu qui se révèle aux comme Lumière et Amour. « Ce qui fait que les rois mages nous manifestent que tout homme qui cherche humblement, patiemment la vérité et va jusqu’au bout de sa quête, sera un jour illuminé par Celui qui est la Vérité et qui révèle le Mystère de son être aux hommes de bonne volonté » déclare-t-il. Le fondement du dialogue inter religieux n’est-il pas d’être un homme qui craint Dieu, qui l’adore et qui cherche humblement la vérité en s’appuyant sur tous ceux qui peuvent l’aider dans cette quête de la sagesse ? Et quand on a rencontré le Christ, même dans la pauvreté, si on va rendre témoignage de soi-même et tout de suite devant les puissants, on massacre le Royaume de Dieu indique le commentateur. La conversion dit-il « implique de repartir par un autre chemin et cela sauve en nous le Royaume de Dieu ». Ces trois sages, explique le frère Marie Louis, sont réellement humbles quand ils arrivent à Jérusalem et lorsque l’étoile s’éteint, ils demandent à ceux qui savent : tout d’abord au Roi Hérode, et comme ce dernier ignore les Ecritures, ils se tournent vers les maîtres en Israël, vers ceux qui savent. Les scribes et les pharisiens font partie des superbes de ceux qui savent, qui connaissent mais qui ne se laissent plus éclairer par Dieu lui-même. Aucun d’eux ne se mettra en route vers Bethléem et plus tard, ils rejetteront le Messie avec une violence incroyable.

Mais ils devraient comprendre que Dieu se révèle d’abord aux humbles ; les rois mages en font partie car malgré leur grande science et leurs richesses, ils se considèrent comme néant devant Dieu, poussière devant l’Eternel. C’est pour cela qu’ils sont tout éveillés dans leur intelligence et avides d’être éclairés par Dieu lui-même. Lorsqu’ils arrivent à la crèche, devant cette pauvre et indigente demeure, ils ne disent pas : « On s’est trompé » ou « C’est impossible, allons plus loin ». Mais ils fléchissent les genoux, s’humilient en leur cœur et adorent celui qui se révèle à eux comme le Roi des Rois et le Seigneur des Seigneurs. S’ils mettent leurs plus beaux habits, c’est que dans leur coutume, on se présente ainsi devant un Roi. Et leur or nous apprend-t-on sera bien précieux à Joseph qui devra fuir le lendemain comme un fugitif ; leur myrrhe permettra joindre l’enfant Jésus durant le voyage et adoucira les chocs d’un voyage bien rude pour la sensibilité d’un bébé ; l’encens brûlé purifiera l’air de la crèche rendu fétide et âcre par la présence des animaux.

Source: Le Soleil

Article Lu 1432 fois

Lundi 7 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State