Référence multimedia du sénégal
.
Google

Quand les militaires dissimulent les preuves de leurs crimes

Article Lu 11009 fois

Human rights watch a, dans son rapport, rassem­blé «des preuves formelles, y compris des témoignages de sources confidentielles militaires et de membres d'équipes médicales, attestant que les militaires ont entrepris de cacher de manière systématique les preuves de leurs crimes et de min­imiser le nombre réel de victimes ayant trouvé la mort le 28 septembre». En effet, le document indique qu'«immédiatement après le massacre, les membres de la Garde présidentielle ont fermé les portes du stade, pris le contrôle des morgues de la ville et enlevé les corps pour aller les enterrer dans des lieux connus ou non». Hrw de citer «une source (qui) a vu 65 corps entreposés dans un camp militaire être emmenés au milieu de la nuit pour être, selon toute vraisemblance, enterrés dans une fosse commune. Une autre source a dit avoir vu les troupes de la Garde présidentielle emmener des corps depuis la morgue d'un hôpi­tal, tôt le matin du 29 septembre, pour aller lesenterrer dans deux fosses communes». Ce qui fait que parmi les familles de plus de 50 personnes décédées, plus de la moitié ont déclaré qu'elles «n'ont pas réussi à retrouver le corps de leur proche».



Quand les militaires dissimulent les preuves de leurs crimes
Human rights watch a, dans son rapport, rassem­blé «des preuves formelles, y compris des témoignages de sources confidentielles militaires et de membres d'équipes médicales, attestant que les militaires ont entrepris de cacher de manière systématique les preuves de leurs crimes et de min­imiser le nombre réel de victimes ayant trouvé la mort le 28 septembre». En effet, le document indique qu'«immédiatement après le massacre, les membres de la Garde présidentielle ont fermé les portes du stade, pris le contrôle des morgues de la ville et enlevé les corps pour aller les enterrer dans des lieux connus ou non». Hrw de citer «une source (qui) a vu 65 corps entreposés dans un camp militaire être emmenés au milieu de la nuit pour être, selon toute vraisemblance, enterrés dans une fosse commune. Une autre source a dit avoir vu les troupes de la Garde présidentielle emmener des corps depuis la morgue d'un hôpi­tal, tôt le matin du 29 septembre, pour aller les

enterrer dans deux fosses communes». Ce qui fait que parmi les familles de plus de 50 personnes décédées, plus de la moitié ont déclaré qu'elles «n'ont pas réussi à retrouver le corps de leur proche».

En plus de cela, le document, recoupant des témoignages de victimes, explique comment les forces de sécurité sont entrées et ont ouvert le feu sur les dizaines de milliers de partisans de l'opposi­tion, en «balayant le terrain central de coups de feu» et en laissant «derrière eux des corps blessés ou sans vie». D'autres témoins ont également décrit «comment des soldats ont abattu des man­ifestants paniqués qui tentaient de fuir le stade en escaladant les murs d'enceinte, ont tiré à bout por­tant sur des manifestants qui essayaient de se cacher dans des galeries, des toilettes ou sous des sièges, et ont massacré d'autres personnes après leur avoir assuré qu'elles pourraient sortir en toute sécurité».

Bachir Fofana
Source Le Populaire

Article Lu 11009 fois

Samedi 19 Décembre 2009





1.Posté par baye fall le 19/12/2009 10:47
ce dadis c'est Wade kif kif

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State