Référence multimedia du sénégal
.
Google

Quand l'amour s'invite au bureau

Article Lu 11069 fois

Avoir une relation amoureuse sur le lieu de travail n'est pas rare. Loin s'en faut. Le sujet n'est pas neuf mais aujourd'hui, il n'est plus tabou. En effet, de nombreux facteurs, liés à la nouvelle organisation de travail, peuvent multiplier la possibilité d'échanges amoureux. Cependant, il faut souligner que saisir les contours de ces relations amoureuses entre collègues relève du parcours du combattant, car il est difficile de faire parler les tourtereaux dans les entreprises.



Quand l'amour s'invite au bureau
L'amour ne se cantonne pas à un métier ou à un domaine d'activité ! Cela dit, il y'a des environnements professionnels plus propices que d'autres aux relations amoureuses et amicales. Ainsi avec les nouvelles organisations du travail où beaucoup d'entreprises fonc­tionnent de plus en plus par projet : une équipe de quatre ou cinq personnes tra­vaille pour arriver à un objectif et ce, de manière intensive, même le week end et le soir, favorisent naturellement des échanges amoureux entre collègues. A. S, une jeune femme de 26 ans, travaillant dans une entreprise de BTP, nous confie « je suis arrivée dans la société depuis 2002. J'attendais à l'accueil que l'on vienne me chercher pour un entretien et il (son futur copain) est passé devant moi. Et là, une pensée que je ne m'explique toujours pas m'a traversé l'esprit : et si c'est mon futur mari ? ». Mon interlocutrice s'esclaffa de rire avant de continuer. « Mon entretien s'est terminé par une embauche et figu­rez vous je suis mis dans un projet de réha­bilitation d'une route avec la personne en question. On s'est tout de suite bien entendus. Il me faisait beaucoup rire. De plus, il était très gentil, très charmeur. Et bien voila j'ai fini par craquer ! ». Les deux tourtereaux sont restés longtemps dans la discrétion. Mais souligne A S, la situation devenait de plus en plus stressante car il ne fallait pas laisser entrevoir aucun doute ou supputation sur leur relation. Les regards devenaient pesants aussi bien pour lui que pour elle. « Et d'un commun accord pour garder notre travail et éviter ces regards, nous avons décidé de mettre terme à notre relation » explique A.S d'un air triste.


Les facteurs favorisant

Outre ce facteur de rapprochement entre les employés liés à la méthode de travail par projet, il y a également la flexi­bilité et la mobilité dans le travail. En effet, de plus en plus de sociétés prônent
le travail mobile avec des employés qui travaillent dans les hôtels et qui sont ame­nés à rencontrer beaucoup de gens. On demande aussi aux collaborateurs plus de flexibilité en matière d'horaire de travail notamment : les séminaires longue durée. Il faut également noter que sociologiquement, certains milieux sont plus propices au développement de relations amoureu­ses entre collègues. C'est le cas des milieux clos comme les hôpitaux. Il y a une coupu­re avec l'extérieur, les gens changent de vêtement, ont des horaires atypiques. C'est par conséquent un environnement qui favorise le mariage à l'intérieur de la même catégorie professionnelle. Il n'est pas rare de voir un médecin épouser un autre médecin. Sans oublier les classiques pilotes et hôtesses de l'air pour ce qui est des compagnies aériennes. Et dans ces classiques, O.D, une jeune femme de ans, nous déclare entretenir une relation amoureuse avec un de ses collègue: Depuis huit mois nous sommes ensemble. On s'efforce que notre amour ne modifie pas la dynamique au sein de notre équipe de travail en ne bouleversant pas règles et conventions établies dans cadre du travail ». A la question de savoir si elle va garder secret leur relation ? elle rétorque « notre relation est sérieuse il arrivera un moment où tout le monde s’en doute, nous informerons notre supérieur hiérarchique et collègues. Car nous envisageons de nous marier dans un avenir proche ». Et le regard des autres collègues Ce que nous vivons est plus fort que ces regards. Cependant, nous faisons autant que faire se peut pour nous comporter de manière correcte et, surtout, professionnelle pour éviter toute critique au niveau du travail ».

Toujours dans le cadre de cette enquê­te, nous avons rencontré I. S, un jeune banquier de la place. Ce dernier déclare avoir une relation amoureuse dans sa banque avec une dame plus âgée que lui de 10 ans. « Elle a commencé à me faire des compliments sur mon habillement, des appels téléphoniques par moment même au service » dit I.S. C'est ainsi que, selon ce dernier, « s'est tissé une certaine affinité entre elle et moi, finalement j'ai craqué même si je suis moins âgé qu'elle. » Toujours selon M. S. « aujourd'hui nous vivons notre amour dans la quiétude et j'avoue que cela est facilité par le fait que nous ne partageons pas le même service dans la banque ». Quant à R.S employée dans une agence d'assurance de la place, elle n'a pas encore conquis l'élu de son cœur. « L'amour que je ressens pour lui est inexplicable. J'utilise tous les astuces : regard fougueux, invitation, compliment etc. mais je peux vous assurer que j'aurais ma proie », nous avance-t-elle. Sûrement qu'elle obtiendra gain de cause car comme le dit l'adage, ce que femme veut. Dieu le veut.

Pour A N'D, secrétaire de direction, dans une boîte de la place. Voulant très vite s'insérer dans la vie professionnelle, elle ne s'est pas aventurée à l'université. Juste après avoir décrochée son bac, elle s'est inscrite en secrétariat bureautique, le seul métier qu'elle jugeait correspondre à son profil. Une série d'expériences mal­heureuses l'ont convaincue du contraire. Dans les bureaux entre les quatre murs, les intentions sont aussi touffues et téné­breuses que dans la jungle. « Pour avoir refusé d'être la maîtresse de mes patrons, je me retrouve sans boulot » affirme cette dernière. Puisque la plupart de ces patrons tombaient sur son charme et lui faisaient la cour, elle va se retrouver sans travail. Le premier exemple qu'elle donne, c'est un comptable avec qui elle partageait le boulot dans la même boîte. Celui-ci lui faisait un odieux chantage : soit elle accepte d'être sa maîtresse soit il la fait virer de l'entreprise. Elle perdra finalement sa place parce qu'ayant refusé le chantage. Très frustrée elle qualifie d'ingrat le métier de secrétaire. Parce que non seulement, il faut se faire le complice de son patron, mais on est obligé de «mentir » dans certaines circonstances.

Par Souleymane SECK
Source: Performance

Article Lu 11069 fois

Vendredi 3 Août 2007





1.Posté par leuz le 03/08/2007 18:09
gnou liguèèy tè wagni nobantè bi

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State