Référence multimedia du sénégal
.
Google

QUARTS DE FINALE DE LA CAN 2008 : L’AFRIQUE DE L’OUEST EN FORCE

Article Lu 1513 fois

Kumasi (Ghana) : Après une douzaine de jours de compétition dans les quatre groupes disséminés à travers le Ghana (Accra, Kumasi, Sekondi et Tamale), l’Afrique du football tient son grand 8. Un plateau en or si l’on considère que six parmi ces huit nations, Egypte (1957, 1959, 1986, 1998 et 2006), Ghana ( 1963, 1965, 1978 et 1982), Cameroun (1984,1988, 2000 et 2002), Nigeria (1980 et 1994), Côte d’Ivoire (1992) et Tunisie (2004) pèsent 17 succès en 25 éditions de Coupe d’Afrique des nations. La Guinée (1 place de finaliste en1976) et l’invitée surprise l’Angola qui a mangé un gros, le Sénégal, sont aux côtés des ogres pour ces quarts de finale de la 26è CAN. Un grand huit où se retrouvent également 6 des équipes qui avaient disputé les quarts de finale en 2006 en Egypte. L’Angola et le Ghana, pays hôte remplaçant le Sénégal et le Maroc.



QUARTS DE FINALE DE LA CAN 2008 : L’AFRIQUE DE L’OUEST EN FORCE
Un alléchant Ghana-Nigeria (dimanche à 17h à Accra) et un prometteur Tunisie-Cameroun (lundi à 20h30 à Tamale) constituent les chocs de ce second tour. Les deux autres rencontres Côte d’Ivoire-Guinée (dimanche à 20h 30 à Tamale) et Egypte-Angola (lundi à 17h à Kumasi) apparaissent un peu déséquilibrés. Car, pour leurs pedigrees et leurs parcours impressionnant, « Eléphants » (3 victoires en autant de sorties) et « Pharaons » (2 succès dont un très probant 4-2 contre le Cameroun et un nul) tiennent la corde. Cependant, c’est une nouvelle compétition qui commence. A élimination directe. Plus de droit à l’erreur pour aucune équipe, car la sanction serait immédiate. Au bout de 90 voire de 120 minutes. Ou alors comme à pile ou face lors de la hasardeuse série de tirs au but.

Mais, pour ne rien vous cacher, les hôtes de l’épreuve, les Ghanéens qui montent en régime au fil des jours et les tonnes de talents ivoiriens, impressionnants de maîtrise et d’efficacité, pourraient se retrouver le 10 février jour de la finale au stade Ohene Djan d’Accra.

Face à une valeur étalon du continent, le Nigeria, ce dimanche dans la capitale ghanéenne justement, les « Blacks Stars » version l’entraîneur français Claude Le Roy, sauront si leur rêve de gloire peut se réaliser après vingt six ans de tentatives infructueuses. Les successeurs d’authentique artistes comme Ibrahim Sunday, Osei Koffi, Karim Abdul Razak, Opuku Nti, Abedi Pelé ont troqué depuis belle lurette leurs costumes de « Brésiliens d’Afrique » contre des habits de réalistes froids (5 buts marqués, 1encaissé). Seulement, opposés aux solides et techniques Marocains lundi dernier en match de groupe, l’un des meilleurs footballs africains du moment, le milieu de terrain de Chelsea, Michael Essien, Laryea Kingston, le puissant attaquant de Manchester United, Manuel Junior Agogo et les leurs ont su allier spectacle et efficacité. Au point qu’un pays où « l’obsession nationale » est le football s’est définitivement épris de ses « Black Stars ».

Le miraculé Nigeria qui, pour sa présence à ce stade de la compétition, doit beaucoup à la Côte d’Ivoire déjà qualifiée et victorieuse du Mali (3-0, les Maliens n’avaient besoin que d’un nul pour passer le premier tour), peut contrarier les plans du pays hôte. L’équipe la plus régulière du continent a fait une cure de jeunesse. Les « Anglais » avec la tour de défense Joseph Yobo (Everton), le solide milieu de terrain John Obi Michael (Chelsea) qui s’est trouvé des talents de buteur, Obafemi Martins (Newcastle) même s’il a raté des occasions faciles et l’insaisissable attaquant venu de l’Est de l’Europe Peter Odenwingie (Lokomotiv Moscou), constituent les meilleurs atouts du moment des « Super Eagles ». Leur mental rude à toute épreuve pourrait faire la différence.

Comme le Nigeria (battu par la Côte d’Ivoire d’entrée 0-1), le Cameroun qui a subi une sévère défaite initiale devant l’Egypte (2-4) aurait pu baisser les bras. Mais en vrai leader, l’attaquant de Barcelone, Samuel Eto’o, a depuis pris les choses en main. Marquant but sur but, il ne s’est pas contenté d’égaler le record de buts marqués en phase finale par l’Ivoirien Laurent Pokou (14). Il l’a même, avec 16 réalisations à son compteur, effacé des tablettes, l’attaquant ivoirien des années soixante dix. Et puis en attaque, Eto’o n’est plus seul : le Niçois Joseph Désiré Job a retrouvé ses sensations de buteurs en CAN. Résultat avec dix (10) buts en trois (3) rencontres, les « Lions indomptables » détiennent la meilleure attaque du premier tour. Si le milieu de terrain camerounais avec Achille Emana (Toulouse) tient la route, par contre la défense (5 buts pris) avec le vétéran Rigobert Song ne présente pas toutes les assurances.

La Tunisie de l’entraîneur français Roger Lemerre, mélange de joueurs pro (12) et de locaux (11 venus essentiellement des deux clubs champions d’Afrique, Etoile du Sahel et Club Africain) qui sait profiter des maladresses de l’adversaire -demandez au Sénégal (2-2) et surtout à l’Afrique du Sud (3-1) en matches du groupe D-, pourrait saisir les opportunités en cas d’erreurs de la défense camerounaise. Les « Aigles de Carthage » contrairement à 2004 sur leurs terres où à côté du collectif bien huilé, misaient sur des individualités (Santos plus jeune, il y a quatre ans, Hatem Trabelsi absent) forment un bloc compact. La défense regroupée autour de l’inusable Radhi Jaidi (Birmingham, Angleterre) ne présente pas toutes les garanties malgré la présence de l’excellent Karim Haggui (Bayer Leverkusen, Allemagne). Au Ghana, une fois n’est pas coutume, le milieu qui devrait enregistrer le retour après une blessure de Mehdi Nafti (Birmingham City, Angleterre) qui était blessé, et l’attaque avec la présence du futé Francileudo Silva Santos et surtout du très puissant attaquant très convoité Yacine Chikhaoui (FC Zurich, Suisse).

Sans faire injure à la Guinée de Pascal Feindouno (Saint Etienne, France), Fodé Mansaré (Toulouse, France) et Souleymane Youla (Lille,France) auteur de deux parties mémorables contre le Ghana (1-2) en match d’ouverture et le Maroc (3-2), on pourrait dire que malgré une certaine rigueur tactique, elle risque de ne pas peser lourd face à l’armada de la Côte d’Ivoire. Dans le groupe B jugé le plus indécis, les « Eléphants » sous la houlette de leur capitaine, l’un des meilleurs attaquants du monde qui revient de blessure, Didier Drogba (Chelsea, Angleterre) ont jusqu’ici tout broyé sur leur passage, fussent-ils les coriaces Nigérians (1-0), les ambitieux Maliens (3-0) et les modestes Béninois (4-1). L’équipe de l’entraîneur français Gérard Gili (qui a remplacé l’Allemand Ulie Stilieke) abonde de biens dans tous les secteurs. Elle dispose de joueurs très compétitifs entre autres les défenseurs Kolo Touré et Emannuel Eboué (Arsenal, Angleterre), Arthur Boka (Sttutgart, Allemagne), les milieux de terrain Yaya Touré (Barcelone, Espagne) et Didier Zokora (Tottenham, Angleterre) et les attaquants, outre le capitaine Drogba, Salomon Kalou (Chelsea, Angleterre), Aruna Dindane (Lens, France), kader Keita (Lyon, France). Les vice-champions d’Afrique en titre ivoiriens qui se sont décomplexés depuis la précédente édition en Egypte avec leurs succès sur leurs bêtes noires, le Nigeria (demi-finale) et surtout le Cameroun (1/4 de finale) ont trouvé le parfait équilibre entre les lignes. Si leurs gardiens de but continuent à tenir, un second sacre africain est plus que dans leurs cordes.

Le champion en titre égyptien qu’on disait, comme d’ailleurs toutes les équipes du Nord de l’Afrique, souvent fragile hors de ses bases, a atomisé d’entrée l’ogre camerounais (4-2) prouvant ainsi qu’il ne va pas abandonner facilement son titre. Autour du défenseur du club qatari de Al Silya, Wael Gomaa, le milieu de terrain Mohamed Aboutreika (National El Ahly) et l’attaquant Mohamed Zidan le bien nommé (Hambourg Sv, Allemagne), l’entraîneur Hasan Shehata a su bâtir une machine à jouer au football qui a passé à la moulinette le Cameroun (4-2), et le Soudan (3-0) avant de trembler face à la Zambie (1-1).

L’invitée surprise de ces quarts de finale de la 26è CAN, l’Angola qui, pour la première fois en quatre apparitions (1996, 1998, 2006 et 2008), atteint ce stade de la compétition, ne bénéficiera plus de l’effet de surprise. Les coéquipiers du puissant et longiligne attaquant et nouveau sociétaire de

Manchester United, Manucho Alberto Gonçalves et du buteur patenté Flavio Amado (National El Ahly, Egypte) qui pratiquent un football académique, se sont offert les « Lions » du Sénégal (3-1) et se sont sorti du piège sud-africain (1-1) et tunisien (0-0). C’est dire que les « Palancas Negras », hôtes de la CAN 2010 ont beaucoup appris en 12 jours sur les pelouses ghanéennes. Cette petite expérience suffira-t-elle pour perturber le métier des « Pharaons » et les détrôner ? On attend pour juger.

Le programme

Dimanche 17h (Accra) : Ghana - Nigeria. 20h30(Sekondi) : Côte d’Ivoire-Guinée. Lundi 17h (Kumasi) : Egypte - Angola. 20h30 (Tamale) : Tunisie-Cameroun.

Source: Le Soleil

Article Lu 1513 fois

Samedi 2 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State