Référence multimedia du sénégal
.
Google

QUAND KORITE RIME AVEC GASPILLAGE ET CASSE-TETE

Article Lu 11564 fois

L’aïd el fitr communément appelé koritè approche. Cette fête qui marque la fin du mois de ramadan est l’occasion des festivités. Malgré la crise économique qui sévit comme une épée de Damoclès sur la tête de bon nombre de sénégalais, elle est préparée avec faste par toute la communauté musulmane. A une semaine de la fête, c’est la ruée vers les marchés, salons de couture et de coiffure qui font déjà le trop plein.



QUAND KORITE RIME AVEC GASPILLAGE ET CASSE-TETE
La koritè est appréhendée par la communauté musulmane sur tous les plans en achats. Raison pour laquelle les marchés et alentours sont bondés de monde. Le motif reste le même pour chacun. Mais l’affluence est marquée par une dominance féminine. Rama « Je suis au marché pour faire des achats pour la fête, je veux que le jour – j, tout soit nickel parce que la koritè consacre un mois de pénitence. Donc, il est normal qu’on se fasse plaisir et pour la circonstance. J’ai déjà acheté de la soie parce que c’est la tendance du moment. Je l’ai même amenée chez mon couturier, il ne me reste que les bijoux et un ensemble chaussures et sac ». Si les uns ont presque fini leurs shoppings, il n’en est pas de même pour les autres qui restent indécis. C’est le cas de Maïmouna « je suis arrivée ici vers 13H et vous voyez ; il est presque 17H et je n’arrive pas encore à acheter quelque chose car toutes les boutiques ont les mêmes articles. Soit, c’est de la soie, du « perlage » ou du « gagnila ». Et, je ne veux ni l’un ni l’autre car j’ai horreur de faire ce que tout le monde fait ». A trop vouloir sortir du lot, se singulariser de la masse, on risque de ne pas être à temps le jour de la fête. Et pour sa gouverne, qu’elle sache que la nouvelle donne, c’est aussi, le « Sari » à l’indienne ou à la vaidehi (la célèbre actrice de la série éponyme qui fait fureur).

L’affluence est au summum au marché hlm où malgré les eaux de pluie mélangées à celles nauséabondes qui sortent des égouts, les visiteurs pataugent et les commerçants ne savent plus où donner de la tête. L’un d’eux explique « mon étal est pris par les eaux car je vends à même le sol. Maintenant, je suis obligé d’acheter du bois pour en faire une cantine de fortune. Ce n’est pas facile et ce sont des dépenses de plus ». Les inondations font aussi des victimes. Ce qui n’arrange en rien la situation. Paradoxalement, ce triste constat va de pair avec un décor où l’ambiance est joyeuse : du tintamarre des vendeurs à la criée, de la sonorisation à longueur de journée tout y passe « c’est le marché des grands jours » précise Seynabou, commerçante avant de continuer « mais attention, il y a aussi des voleurs qui sont aux aguets et attendent la moindre inattention de leurs proies ».

Malgré la crise, les tailleurs et les marchés refusent du monde

A coté des marchands, il y a les ateliers de couture qui refusent du monde. «Depuis la semaine dernière, je ne prends plus de commande car je suis saturé. Certaines clientes se fâchent mais, je couds selon la limite du possible. Je ne veux pas avoir de problèmes avec quiconque mais elles ne le comprennent pas ainsi. Je fais de mon mieux pour livrer les commandes à date échue » nous dit Mbaye SECK, tailleur à Ben Tally. Ne quittons pas de sitôt le marché hlm et alentours où le brouhaha semble y élire domicile. « C’est un peu difficile de faire ses courses tranquillement, il y a trop de bruit. Vendeurs et acheteurs n’arrivent même pas à s’entendre et le pire c’est qu’il y a des voleurs qui s’immiscent et des gens qui ne sont là que pour faire du lèche-vitrine. Personnellement, je n’aime pas cette situation. C’est la raison pour laquelle j’ai fait mes achats depuis belles lurettes mais j’accompagne ma copine, qui d’habitude, faisait la même chose. Malheureusement cette fois-ci, elle a reçu son argent tardivement » rumine Fanta. Boubacar vendeurs de chaussures confirme les propos de FANTA « franchement les sénégalais aiment faire les choses à la dernière minute. Je comprends que pour la majeure partie, c’est l’argent qui leur fait défaut. J’avoue qu’avec la crise ce n’est pas chose aisée et nous commerçants, on la sent nettement car nos bagages ne se vendent plus comme de petits pains. Et on est obligé de brader à vils prix ».

La situation économique actuelle du pays n’aidant pas, la koritè devient un casse- tête pour certains parents. « Ce qui me préoccupe, ce sont mes enfants, mon mari et moi allons mettre nos vieux habits car ce sont eux qui priment d’abord. Jamais on ne leur laisserait faire pareil que nous car ils ne vont rien comprendre. La situation est critique et si on se mettait à acheter de nouveaux vêtements, on n’aurait pas de quoi manger. Il faut savoir se passer de certaines envies pour se focaliser sur l’essentiel ». L’avis de Mme FALL est raisonnable et doit être de mise puisque les temps sont durs et qu’on devrait prendre de la hauteur dans une situation donnée.

La koritè pointe le bout de son nez avec une appréhension différente. Tantôt soucieuse car la vie est dure et la crise économique touche toutes les couches sociales. Tantôt gaie car c’est la consécration d’un mois de jeûne, d’abstinence, de pénitence et de dévotion à Allah et à son prophète MOHAMED (psl). Mais la connotation qu’en fait une partie de la communauté musulmane et qui, devrait être d’ordre religieux est autre. Elle est plutôt marquée par des gâchis incommensurables, vue les préparatifs qui tournent autour de l’aïd el fitr .Qu’ Allah accepte notre jeûne. DEWENATY.

Rokhaya Nar DIOP
Source Siweul.com

Article Lu 11564 fois

Mercredi 16 Septembre 2009





1.Posté par deugeu bi le 16/09/2009 09:49
salut a tout le monde , bon personelement j´ai toujours été en contre de gaspillage au senegal parceque c´est le 31 , korité , tabaski, car je pense que YAK POUR BENEU BEUSS , certain quantité d´argent AMOUL SENS.
Et en faite c´est ça notre grand probléme vivre au dessus de nos possibilités.
DEF LEN LOU NEN MEUN car il faut toujours penser a demain .
je peux vous assurer qu´un personne en europe avec un solde de 200.000 cfa n´aurait jamais depense pour un jour de fête des sois a 50000fcfa , des gagnilas a 60000fca sans compter les coifures , chaussures ect..
et c´est ça le probléme de l´africain vivre le jour le jour sans economiser.
et je vous rapelle que l´islam n´a jamais forcé a personne DI DEF LOU MEU MOUNOUL.
donc soyez conscient que les temps sont durs, et il ya des trucs dans la vie plus important que faire la fête est gaspillé le revenu mensuel d´une famille en un jour.
bal len meu ak et bon ramadan et bon fête de korité

2.Posté par ziz le 16/09/2009 10:51
et tout ce qui fait mal , c l' argent d' autrui qu' ils gaspillent , personne d' entre eux parmis ces gens qui bondent sur les marches n, ont travaille cet argent c l' argent des emigres ,qui n' ont meme pas de fete de korite ou de tabaski, qu' ils sont entrain de gacher , tandis que le modou modou et la fatou fatou sont entrain de tirer le diable par sa queue en europe ou en amerique ,les emigres sont les sacrifies et les oublies , senegalais reveillez vous ???.la vie ne se limite pas en un seul jour . les gens souffrent a l' etranger , quiconque t' envoie une somme faudra le remercier mille fois et de ne pas faire ce qu'il n' a pas ose faire avec son argent

3.Posté par deugeu bi le 16/09/2009 11:01
ziz parfaitement d´accord avec toi, ici en europe je peux vous assurer que les emigrés la majorité des fêtes de korité , et d tabaski sont en train de travailler comme des chiens tandis qu´au senegal ils sont en train de gaspiller comme des bourgeois.
LI MO TAKH SENEGAL DOU AVANCÉ JAMAIS.
aussi je me demande comment une jeune fille qui ne travaille pas , d´une famille pauvre peut penser a acheter des habilles si cher et des cheveux naturels tandis que sa famille n´a même pas a manger.

4.Posté par korirté 2009 le 16/09/2009 14:37
je vend du poulet de chaire. retrouver mes annonce sur le site tewmoutew.com
Promo Special

5.Posté par l'Ouïe le 16/09/2009 15:07
« Ce qui me préoccupe, ce sont mes enfants, mon mari et moi allons mettre nos vieux habits car ce sont eux qui priment d’abord. Jamais on ne leur laisserait faire pareil que nous car ils ne vont rien comprendre."
C'est dommage vous venez de manque la une belle occasion pour éduquer vos enfants, en leur faisant comprendre qu'il est nécessaire parfois de se serrer la ceinture pour parer à l'essentiel... c'est l'erreur que font beaucoup de parents en se disant que les enfants ne vont jamais comprendre... C’est faux expliquer leur la situation et essayer de les responsabiliser un peu en leur expliquant les réalités d’une crise pour que demain face à de tels situation ils puissent prendre de bonnes initiatives, ce ne sont pas des moutons.... cela s'appelle "éducation" un concept que le Sénégalais ne connais plus malheureusement !
Force est de constater que nos citoyens n'ont pas encore pris la pleine mesure des difficultés que traversent notre pays. Et dans ce combat la j'incite nos sœurs et mères à montrer la voie en faisant violence sur elle même, dans les foyers d'abord car elles seules peuvent mettre le Sénégal dans la direction d'un sursaut citoyen et de fait une autre alternative de développement pourras s'ouvrir à nous!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State