Référence multimedia du sénégal
.
Google

Proposition de loi Sada Ndiaye : Y’ avait-il un nègre derrière l’initiative?

Article Lu 1804 fois

Sada Ndiaye aurait-il un nègre pour la rédaction de sa proposition de loi pour « liquider Macky Sall » ? De sources dignes de foi, on nous apprend que le député dont la proposition de loi pour réduire le mandat du président de l’Assemblée nationale de 5 à 1 an a été rejetée par ses pairs pour une « coquille » ne décolèrerait pas contre un éminent constitutionnaliste que beaucoup de nos confrères n’arrivent plus à obtenir au bout du fil, car ayant fermé son téléphone. Il serait accusé d’être le nègre de Sada Ndiaye ou l’auteur de la proposition de loi devant sceller le sort de Macky Sall et qui, finalement a été rejetée, la semaine dernière, pour « coquille ».



Proposition de loi Sada Ndiaye : Y’ avait-il un nègre derrière l’initiative?
Dans des pays comme les Usa, « le nègre est une nécessité compréhensible, parce qu’il est quasi-impossible pour un candidat en campagne de trouver le temps d’écrire ses discours », raison pour laquelle, le jeune Jon Faveau (26 ans), ancien “speechwriter” est devenu la plume de Obama. C’est peut-être en voulant s’inspirer de cet exemple que des personnalités haut placées du Sénégal auraient rencontré un grand Constitutionnaliste pour lui dire de se débrouiller pour donner la recette qui permettrait de neutraliser définitivement Macky Sall. C’est pourquoi, nous indiquent nos sources : « Le choix porté par le Pds sur Sada Ndiaye qui, de tout temps, depuis la disgrâce de Macky Sall disait à qui voulait l’entendre qu’il n’est pas du camp de son neveu, mais beaucoup de ses frères (qui ne portent pas l’enfant de Fatick dans leurs cœurs) ne le prenaient pas au sérieux). C’était là, alors une belle occasion pour lui de prouver que plus rien ne le liait politiquement à celui que lui et ses militants appelaient l’homme des 3F (Fatick, Fouta, France). Ainsi, pour montrer que ce combat n’avait aucun caractère ethniciste, Sada Ndiaye était bien placé pour jouer ce rôle. Et pour le motiver, les libéraux lui auraient dit qu’il est le meilleur profil à devoir porter ce projet, car celui-ci devrait être porté par un responsable du Fouta. Et Sada était donc tout trouvé pour le faire ». Nos sources ajoutent que cette étape passée, on lui aurait demandé de venir "réciter simplement son texte écrit par des mains expertes". Erreur. Le texte n’était pas un chef d’œuvre comme ils le pensaient. Car, à en croire notre confrère « L’As » : « Sada Ndiaye a écrit : « proposition de résolution du règlement intérieur », une erreur monumentale. La proposition de loi adoptée, l’attitude à adopter vis-à-vis de la résolution préoccupe. Pour gagner du temps, Modou Diagne Fada propose une suspension de séance. Ce qui devait permettre aux députés de « corriger » la proposition de règlement intérieur, de revenir en salle, et d’évacuer le tout dans la journée. Une ruse que décèlent les souteneurs de Macky Sall, qui proposent plutôt de lever la séance. Dans ce cas, il faudrait que le Président de l’Assemblée nationale convoque une deuxième rencontre du bureau pour étudier le projet de résolution. Le professeur Iba Der Thiam, qui ne semble pas comprendre la ruse de Fada, proposera la levée de la séance. Ainsi dit, ainsi fait. Il faudra attendre une deuxième rencontre du bureau pour que la résolution soit adoptée. Pour une « coquille », Macky Sall va bénéficier d’un sursis ». Et nos interlocuteurs de nous informer que "depuis lors, Sada rumine sa colère contre ce spécialiste devenu muet et invisible sur les débats politiques". Si un de ses pairs, en l’occurrence Babacar Guèye a brisé le silence dans les colonnes de Wal Fadjri en donnant son point de vue sur la rétroactivité de la loi devant réduire le mandat du président de l’Assemblée nationale. « En effet, l’adoption d’une loi expressément rétroactive pour abroger les dispositions de l’article 62 qui dispose que le président de l’Assemblée nationale est élu pour une durée de cinq ans, constitue une violation grave de la charte fondamentale du pays comme du reste l’a souligné avec beaucoup de force le professeur Babacar Guèye, juriste émérite et respecté. C’est une redondance que de le dire : une loi sauf, dans de rares cas en matière pénale pour sanctionner des faits aussi graves que les crimes contre l’humanité ou génocide, ne peut avoir d’effet rétroactif ». Nous avons tenté de joindre Sada Ndiaye, mais en vain. Néanmoins, un de ses proches a tout nié, avant de dire : « C’est manquer de respect que de dire à Sada qu’il y avait un nègre derrière sa proposition de loi ». Quant à l’éminent juriste, n’ayant pas pu le joindre au téléphone, nous nous gardons de donner son identité pour le moment.

Alassane DIALLO

Source: Ferloo.com

Article Lu 1804 fois

Lundi 6 Octobre 2008





1.Posté par daradara le 06/10/2008 11:42
attention attention le regime liberale est en train de preparer une elimination physique du president de l'assemblée nationale.c"est ce qui explique le silence de maitre wade et son entourage .ils veulent l'eliminer pour donner une version de accident .
que le peuple senegalais prend temoins :sad::sad::sad::sad::sad::sad::sad:

2.Posté par nemka le 06/10/2008 23:45
c'est la faute de wade

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State