Référence multimedia du sénégal
.
Google

Projet de la Grande Muraille Verte : 2000 hectares d’arbres prévus en 2008 dans la région de Louga

Article Lu 1514 fois


Projet de la Grande Muraille Verte : 2000 hectares d’arbres prévus en 2008 dans la région de Louga
Le projet de la Grande Muraille Verte (Gmv) avance à petits pas. Lors d’un dîner de presse tenu à l’hôtel Teranga vendredi dernier, les experts de la Commission Scientifique du projet ont fait le point sur les avancées réalisées jusqu’à présent.



Entre 2006 et 2007, quatre mille hectares soit environ sept kilomètres d’arbres ont déjà été plantés sur le tracé sénégalais de la Grande Muraille Verte. Ces arbres produisent de la gomme arabique. Selon le directeur des Eaux et Forets, Mactar Cissé, ces plantations initiées par des privés sont prises en compte par le projet de la Gmv parce qu’elles sont sur le trajet de la muraille végétale. M. Cissé ajoute qu’en 2008, l’Etat plantera des arbres sur une superficie de deux mille hectares dans la région de Louga. Ces végétaux sélectionés et adaptés au territoire, seront boisés en bloc contrairement aux plantations déjà existantes qui sont cultivées de façon discontinue.

Le Ministre de l’Environnement, Djibo Leyti Kâ, à quant a lui annoncé que, pendant l’hivernage, le premier lac artificiel de la Gmv, coté sénégalais, verrait le jour à Ranérou.

Professeur Abdoulaye Dia, président de la Commission Scientifique de la Grande Muraille Verte, a expliqué que les travaux avancent considérablement. Il s’est réjouit du fait que la Commission de Coordination basée à Dakar ait enfin ses propres locaux.

La Grande Muraille Verte est un projet de la Communauté des Etats Sahélo-sahariens (Cen-Sad) qui est soutenu par l’Union Africaine. Ce vaste programme de reboisement qui ira de Dakar à Djibouti consiste à lutter contre l’avancée vertigineuse du désert. Cette bande verte fera quinze kilomètres de large et plus de sept mille kilomètres de long.

La muraille traversera le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Soudan, l’Erythrée et finira à Djibouti. Il est également prévu la construction de quatre vingt (80) bassins de rétention par pays traversé et l’introduction d’animaux sauvages dans la végétation qui sera ainsi formée. Au Sénégal, la muraille passera par les régions de Saint Louis, Matam, Tambacounda et Louga soit environ cinq cent kilomètres de long.

Les scientifiques qui dirigent le projet ont affirmé que les populations des régions traversées par ce mur végétal pourront exploiter les fruits des arbres. Elles pourront également développer le tourisme écologique et retrouver les surfaces cultivables perdues avec la désertification. Le professeur Dia a annoncé que la désertification a fait perdre au Sénégal près de deux millions d’hectares de terres arables. Un documentaire projeté sur le sujet au cours du dîner de presse a montré que l’exploitation des arbres produisant de la gomme arabique permettrait de créer des emplois dans les localités se trouvant sur le tracé de la Gmv

Selon le ministre de l’Environnement, le coût global du projet et le délai ne sont pas encore établis parce que le document final est toujours en cours d’élaboration. Mais il rappelle que la Banque Africaine de Développement (Bad) et l’Union Européenne sont disposés à contribuer à la réalisation de la Grande Muraille Verte.

Source: African Global News

Article Lu 1514 fois

Lundi 28 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State