Référence multimedia du sénégal
.
Google

Prise en charge des pensionnaires de la maison d'arrêt de Liberté VI : ‘Dialyss coiffure’ apprend à coiffer à 30 détenues du Camp pénal

Article Lu 1396 fois


Prise en charge des pensionnaires de la maison d'arrêt de Liberté VI : ‘Dialyss coiffure’ apprend à coiffer à 30 détenues du Camp pénal
L’Académie sénégalaise de coiffure ‘Dialyss coiffure’ va voir sortir en 2009 ses premières détenues diplômées. Trente pensionnaires de la Maison d’arrêt de Liberté VI bénéficient depuis la mi-janvier d’une formation en coiffure qui va durer vingt mois. Celle-ci est entièrement prise en charge par cette école.

Depuis le 15 janvier dernier, la Maison d’arrêt des femmes de Liberté VI compte une école de coiffure. Avec deux groupes de 15 élèves chacun, les détenues suivent une formation de coiffeuse comme cela se fait dans les écoles normales de coiffure. Les horaires des études dispensées du lundi au vendredi sont fixés entre 9 h et midi pour le premier groupe et entre 15 h et 18 h pour le second. Ce programme d’études en coiffure au profit de trente pensionnaires de la Maison d’arrêt de Liberté VI est initié par l’Académie sénégalaise de coiffure ‘Dialyss coiffure’. L’idée de dérouler une telle expérience en milieu carcéral, souligne la directrice de Dialyss Coiffure, Ndèye Marième Bâ, a germé en 1993 lors d’un séjour aux Etats-Unis. ‘Un ami de mon mari dispensait gratuitement des cours de comptabilité dans une prison aux Usa’, explique Mme Bâ. Trouvant ce travail très noble, la directrice de ‘Dialyss coiffure’ a voulu, depuis cette date, expérimenter le projet au Sénégal. Il a été mené, depuis lors, pour aboutir aujourd’hui à cette session de formation en coiffure dispensée aux pensionnaires de la prison du Camp pénal. Avant de choisir les détenues, soutient notre interlocutrice, les femmes handicapées physiques ont été aussi ciblées. Mais les difficultés dans l’exercice du métier qui exige plus une station debout qu’une station assise, l’ont orientée vers les pensionnaires de Camp pénal.
Selon Ndèye Marième Bâ, l’objectif est surtout de permettre à ces jeunes filles de recevoir une formation qui facilitera leur réinsertion sociale et professionnelle. Et aussi pour éviter qu’elles ne récidivent. Car, pour elle, ses ‘sœurs sont là par erreur’. Et de l’avis de Mme Bâ, une telle initiative doit être perpétuée dans les autres régions par d’autres bonnes volontés ou Ong. Les autres corps de métiers comme l’hôtellerie, la pâtisserie, la couture, les professionnels des Ntics, doivent, selon elle, investir le milieu carcéral.

Cette formation en coiffure est financée entièrement en matériels et produits de travail à hauteur de deux millions par ‘Dialyss coiffure’. Elle s’étale sur vingt mois pour deux ans et va permettre aux pensionnaires d’avoir une occupation pendant leur séjour carcéral. Le programme d’étude dispensé à ces élèves coiffeuses tourne autour de la coiffure, du défrisage, des tresses, des chignons, du traitement de cheveux, de la pédicure et manucure, etc. Les cours théoriques et pratiques sont délivrés en wolof par quatre professeurs femmes de l’Académie de coiffure. ‘Des documents imagés et des projections en vidéo sont utilisés pour une plus grande compréhension des cours’, explique l’une d’elles, Rokhaya Diène. Pour les professeurs interrogées, l’effet de surprise des bénéficiaires donne une ambiance de bonne entente entre les élèves et elles. ‘A notre arrivée, elles sont déjà en place avec salles et matériaux biens rangés pour suivre le cours’, se réjouit Mame Khady Badji. La finalité pour ces femmes qui seront les premières détenues diplômées de l’Académie sénégalaise de coiffure l’année prochaine est de leur trouver du travail après leur libération. Et l’idée de les organiser en Gie de quatre à cinq personnes et solliciter un financement des Ong a été brandie. En outre, précise la directrice de ‘Dialyss coiffure’, ‘je vais essayer d’en recruter une ou deux à l’Académie ’.

Source: Walfadjri

Article Lu 1396 fois

Jeudi 6 Mars 2008





1.Posté par khadi le 06/03/2008 22:36
C`est une tres bonne idee.Apres tout elles sont des etres humains.

2.Posté par Lady le 11/03/2008 13:44
Bonne initiative, yalla nala yalla faye

3.Posté par kytzie le 12/01/2009 15:08
tres bonne initiative, je l encourage de toutes mes forces, c est vraiment un exemple pour nous les femmes, felicitations


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State