Référence multimedia du sénégal
.
Google

Présidentielle guinéenne : Dadis Camara annonce sa candidature

Article Lu 12836 fois

Le capitaine Moussa Dadis Camara, le tonitruant chef de la junte militaire au pouvoir en Guinée, vient d’annoncer sa candidature à l’élection présidentielle du 31 janvier prochain. Il a profité du séjour récent à Conakry d’une délégation du Groupe de contact international sur la Guinée (Gci-G), pour annoncer cette nouvelle. C’est prochainement, a-t-il dit, qu’il fera une déclaration officielle, pour informer ses compatriotes. Cette décision, d’avance rejetée par la majorité des Guinéens, a d’ores et déjà suscité un profond sentiment de déception de la communauté internationale, qui menace de reconsidérer ses promesses d’aide, pour le financement des prochaines élections.



Présidentielle guinéenne : Dadis Camara annonce sa candidature
Le capitaine Moussa Dadis Camara vient de mettre fin, la semaine passée, au flou qu’il entretenait depuis des mois sur ses intentions de briguer ou pas, la magistrature suprême de son pays. Il a déclaré, lors d’une rencontre avec une délégation du Groupe de contact international sur la Guinée (Gci-G), qu’il sera candidat à sa propre succession. Cette annonce met ainsi fin aux supputations et rumeurs les plus fantaisistes, qui circulaient depuis des semaines, sur sa participation à la présidentielle de l’an prochain. Ce revirement spectaculaire du chef de la junte militaire n’est pas, en soi, une surprise. Il démontre le caractère combien versatile de l’homme, qui n’hésite pas à fouler aux pieds sa parole d’honneur pour atteindre ses objectifs. Ainsi, au lendemain de la prise de pouvoir par l’armée au mois de décembre dernier, il s’était engagé à ne pas se présenter à cette élection.
En fait, le président du Conseil national pour la démocratie et le développement (Cndd) à la tête de la Guinée depuis huit mois, n’a pas pu résister aux délices du pouvoir et on se demande si ce n’est pas le contraire qui aurait pu être surprenant. En prenant cette décision très controversée, le capitaine Dadis Camara a raté une belle occasion de rentrer dans l’histoire de son pays, à l’image d’Amadou Toumani Touré du Mali et du capitaine Jerry Rawlings du Ghana. Il a aussi ruiné le capital de confiance qu’il avait suscité auprès de ses concitoyens au lendemain de la prise de pouvoir par l’armée. C’est dire combien l’espoir des 9 millions de Guinéens qui rêvaient enfin d’une vie meilleure, est en train de fondre comme du beurre au soleil. Les souvenirs de la sanglante dictature du règne de Sékou Touré et celui corrompu du feu général Lansana Conté qui fit de la Guinée un narco-Etat, sont encore vivaces dans les esprits. Et le capitaine Dadis Camara ne semble pas être le messie attendu pour conduire la Guinée vers des lendemains enchanteurs.

Un officiel membre de la délégation du Groupe de contact international sur la Guinée (Gci-G), cité par le site africaguinee.com, a déclaré à l’issue de la rencontre : ‘…. Pour ne pas être les premiers à annoncer publiquement cette nouvelle (de la candidature Ndlr) à la presse, le Gci-G a jugé nécessaire de laisser Dadis lui-même annoncer cela à son peuple. Pour éviter qu’il ne dise après, que ses propos ont été mal interprétés par les membres du Groupe de contact’.

Dans tous les cas, l’annonce de la candidature du chef de la junte militaire à l’élection présidentielle du 31 janvier prochain, a suscité un sentiment de déception chez la majorité des Guinéens. Le Gci-G a également déploré cette décision, tout en regrettant l’absence de consensus entre lui, les forces vives, les syndicats et la société civile. Le même Gci-G a aussi exprimé ses profonds regrets, face aux multiples entraves à la liberté de la presse et aux restrictions des libertés fondamentales, dont sont victimes les partis politiques et les citoyens depuis l’arrivée des militaires au pouvoir. Il estime aussi, que le non-respect des engagements pris par l’armée pourrait compromettre le partenariat, qui existait jusque-là entre la junte militaire et la communauté internationale.

Mohamed Ibn Chambas, le président de la Commission de la Cedeao, avait demandé la semaine dernière au capitaine Dadis Camara et à ses lieutenants, de résister à la tentation du pouvoir et de tout mettre en œuvre pour faciliter comme promis, la tenue des élections présidentielles et législatives de l’an prochain. Cet appel n’a visiblement pas été entendu par l’homme fort de Conakry. Le diplomate de la Cedeao a, par ailleurs, laissé entendre que les promesses d’aide à la Guinée par la communauté internationale pour le financement des prochaines consultations électorales, pourraient être compromises si le Cndd s’entête dans sa volonté de présenter un candidat à la prochaine présidentielle.

Les Etats-Unis et la France, avaient eux aussi adressé la même requête à la junte militaire et la majorité des Guinéens est opposée à la candidature du capitaine Camara. Il y a quelques semaines, la Commission de l’Union européenne avait décidé de mettre la Guinée sous surveillance pour deux ans et l’Union africaine (Ua) n’exclut pas d’adopter des sanctions contre la junte militaire, pour non respect des engagements pris devant la communauté internationale. Des manifestations ont été organisées, au cours de ces dernières semaines dans plusieurs quartiers de Conakry et devant l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée, par les populations pour dénoncer la candidature de Moussa Dadis Camara.

Un tiers des Guinéens en âge de voter vit à l’étranger

Le ministre de l’Administration du territoire et des affaires politiques, Frédéric Kolié a donné, jeudi dernier, le coup d’envoi des opérations d’inscription sur les listes électorales des Guinéens vivant à l’étranger. Près de 3 millions de personnes sur les 9 que compte la Guinée sont ainsi concernées par ces opérations qui se dérouleront du 14 au 28 septembre prochain. Ces opérations se dérouleront dans plus d’une dizaine de pays africains. Il s’agit notamment de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, du Liberia, du Mali, de la Sierra Leone, du Nigeria, de l’Angola, du Gabon et du Maroc. En outre, l’Allemagne, la Belgique, la France, les Pays-Bas, l’Espagne et les Etats-Unis qui abritent une forte communauté guinéenne, font également partie de la longue liste des pays ciblés par les autorités guinéennes pour ce recensement électoral. Les électeurs devront ainsi présenter soit une carte consulaire, soit une carte nationale d’identité guinéenne ou un passeport, pour pouvoir s’inscrire sur les listes électorales, selon la Loi électorale guinéenne.

Mamadou Aliou DIALLO
Source Walfadjri

Article Lu 12836 fois

Lundi 7 Septembre 2009





1.Posté par migthy le 07/09/2009 17:24
ha afrique! pauvre afrique

2.Posté par paul le 07/09/2009 17:35
Tout le monde savait qu'il serait candidat.
Croyez-vous qu'on fait un coup d'état pour rendre le pouvoir qulques mois aprés?
C'est comme ça en Afrique.
Quel chef d'état pourra lui jeter la piérre? Personne.
Tous les chefs d'état de votre continent volent, pillent les ressources de votre pays et organisent des élections que tout le mon sait frauduleuses.
C'est dans l'ordre des choses.

3.Posté par biba le 07/09/2009 20:19
tu viens de signer ton arret de mort petit,wait and see.

4.Posté par adama le 18/05/2010 14:13
bjr le retour de dadis le menace rien apres les elections

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State