Référence multimedia du sénégal
.
Google

Présidence du SENAT: POURQUOI C’EST PAPE DIOP

Article Lu 1262 fois

Le Conseil constitutionnel vient de publier les résultats des élections sénatoriales caractérisés par une écrasante victoire du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui dispose déjà de 34 sièges sur les 35 en jeu. En attendant la publication de la liste du Président de la République, Me Abdoulaye Wade, les cinq sages donnent ainsi le signal pour une nouvelle étape de l’histoire du Sénégal d’autant plus ardente et féconde que le Futur Sénat sera au cœur du dispositif institutionnel.



Maintenant que l’élection est derrière nous, c’est un autre enjeu qui se profile à l’horizon avec une course effrénée à la candidature à la présidence du Sénat.

Le Président a déjà désigné son candidat et l’a fait savoir officiellement par le porte-parole du Parti qui s’est félicité du consensus qui a prévalu au sein du comité directeur à l’évocation du nom de Pape Diop pour diriger la deuxième chambre

Le choix du maire de Dakar, responsable politique du Pds dans la même localité, membre du Comité directeur du Pds, militant de la première heure et par ailleurs ex président ne surprend aucun Sénégalais.

Pape Diop est en effet le candidat le mieux préparé à impulser une innovation et une dynamique salutaire à la nouvelle chambre, contrairement à ceux qui sont longtemps restés dans le flou, l’incertitude et l’impréparation. En fidèle héritier de tous ceux qui, dans l’histoire, ont porté haut les idées de la République et de la Décentralisation, quelque soit leur Parti, l’ancien président de la République et actuel maire de Dakar incarne plus que tout le monde cette nouvelle ambition de donner beaucoup plus de sagesse à notre dispositif institutionnel par une représentation équilibrée des communautés et des collectivités de base. Il a plus d’humanité, de sensibilité et de profondeur qu’on ne le dit généralement. Il est également un homme de convictions fortes qui ne se laisse pas forcer la main et qui riposte aux pressions par l’intransigeance. En même temps, il n’est pas amateur de conflits inutiles et veille à respecter les intérêts de chacun de même que leurs droits légitimes. Il a toujours la préoccupation de l’équilibre et n’entend pas se laisser enfermer dans des attitudes qui restreignent sa liberté. De même, c’est un homme qui n’aime pas la violence ni le côté ridiculement théâtral de la politique. C’est d’ailleurs une manière d’être et une façon de faire propre au maire de Dakar que les Sénégalais, dans leur immense majorité admirent en lui et le lui témoignent tous les jours.

Tous les sénégalais s’accordent sur sa fidélité au président de la République, jamais démentie même dans les moments les plus critiques de l’histoire du Pds et dans la longue marche du Sopi vers le pouvoir. Pourtant, dans ces moments d’épreuves, beaucoup, parmi ceux qui s’agitent, n’avaient pas montré autant d’ardeur pour défendre le Parti et son Secrétaire général. Sur ce plan précis, Wade ne s’est donc pas trompé : Oui à un Sénat de sagesse et d’équilibre, non à un Sénat qui inquiète.

Mais il ne suffit pas simplement d’incarner une sagesse pour prétendre diriger le Sénat, il faut aussi une force d’entraînement, être capable de rompre l’éloignement qui existe entre le pouvoir et les citoyens, ne pas voir le pouvoir comme le prolongement naturel de sa carrière. Le président du Sénat c’est un engagement aux côtés des populations et des collectivités locales, des minorités et des couches sociales les plus fragilisées pour sans cesse conseiller l’exécutif, l’orienter dans la bonne direction pour mettre en œuvre la politique souhaitée par tous dans un climat aussi serein que possible, aux prix de concessions de forme. Le tempérament de Pape Diop, sa fibre populaire l’y prédisposent naturellement et facilement. A la mairie de Dakar où il a contribué à donner l’image d’un bâtisseur et d’un bon gestionnaire ayant réussi à faire passer les recettes réelles de 9 à 23 milliards sans aucune pression fiscale, il a montré qu’il était capable d’être un bon dirigeant. A l’Assemblée nationale où il a impulsé le vote de centaines de projets de lois de grande envergure comme l’abolition de la peine de mort et la refonte du fichier électoral qui a permis des élections apaisées, dans le calme et la transparence et instauré une tradition de dialogue parlementaire au-delà des partis et des groupes parlementaires , il a prouvé qu’il avait une vision claire des problèmes de l’avenir du Sénégal, des solutions pour y remédier, le désir de rassembler au-delà des contingences politiques et le souci de la tolérance.

Il y a là autant de symbole et de raison qui montrent que le président ne s’y est pas trompé en choisissant Pape Diop pour un SENAT de rupture pour l’accompagner dans sa mission de réformer de fond en comble l’architecture institutionnelle du pays.

YATMA DIAO

Délégué général du C.L. D. de Dakar

Directeur du Crédit Municipal
Source: Sud Quotidien

Article Lu 1262 fois

Jeudi 30 Août 2007





1.Posté par korfatu le 30/08/2007 12:42
Pourquoi pas Djibo KA au Sénat?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State