Référence multimedia du sénégal
.
Google

Préservation des tortues marines : Les plages de Joal dans le collimateur de Wwf

Article Lu 1739 fois

Ngoussé Diohé, Ngazobil et Finio, tels sont les sites choisis sur les plages de Joal pour la campagne de suivi des tortues marines en vue de leur préservation. Cette phase d’identification de ces mammifères marins qui effectuent des remontées durant la période comprise entre les mois de juillet et de septembre pour pondre leurs œufs, est une des étapes du programme de préservation engagé par le Wwf.



Préservation des tortues marines : Les plages de Joal dans le collimateur de Wwf
Les tortues marines feront l’objet d’une campagne de suivi sur les plages de Joal entre les mois de juillet et de septembre. Cette période qui coïncide avec la remontée de ces mammifères marins pour pondre leurs œufs sur les plages est propice pour un meilleur suivi en vue de renforcer les acquis du programme de préservation des tortues marines. ‘Cette campagne constitue la deuxième phase du programme de préservation des tortues marines. Une première phase de sensibilisation avait été entamée et aujourd’hui, nous avons une adhésion massive des communautés de pêcheurs résidant à Joal sur la nécessité de préserver ces mammifères’, a expliqué le Docteur Mamadou Diallo, chargé du programme espèces au Bureau du programme marin pour l’Afrique de l’Ouest (Wwf Wamer). Selon lui, cette campagne de suivi se justifient en ce qu’elle permet l’identification des espèces qui viennent régulièrement pondre sur ces plages. Les tortues luth et les tortues vertes sont les deux espèces les plus répandues dans cette zone et l’accent sera mis sur ces deux espèces, souligne Mamadou Diallo qui faisait une présentation des techniques de terrain pour le suivi des tortues marines.
Avec cette campagne de suivi, des équipes constituées de pêcheurs, d’écho-guides vont régulièrement effectuer des sorties sur les sites choisis. Il s’agit de la plage de Ngazobil, de Ngoussé Diohé et de Finio qui est la zone des filaos. Les sorties se feront entre 6 h du matin et 8 h. Avec cette campagne, la zone de Joal pourrait être identifiée comme site d’édification au niveau de la sous-région et au niveau continental pour la préservation des tortues marines.

Les tortues luth et les tortues vertes aiment les zones assez sablonneuses, dotées d’un sable assez fin avec de la végétation derrière. Et ces zones ne doivent pas être fréquentées, informe le chargé du Programme espèces de Wwf Wamer.

Joal était une zone réputée pour la capture et la consommation de la viande de tortue. Des abattages clandestins y étaient effectués sur ces mammifères qui viennent régulièrement pondre leurs œufs sur les plages. Le lieutenant Assane Ndoye, conservateur de l’Aire marine protégée de Joal (Amp), affirme avoir trouvé plus de 15 carapaces de tortues abattues sur une partie reculée de la plage de Joal. C’était, dit-il, en 2005, alors qu’il venait juste d’être nommé. Abdou Karim Sall, un pêcheur natif de Joal et président du Comité de gestion de l’Amp, confirme la menace qui pèse sur les tortues. ‘Les abattages de tortues marines étaient assez fréquents dans cette zone. Mais avec la compagne de sensibilisation menée, les populations de pêcheurs restent très vigilantes quant à la menace qui pèse sur ces mammifères marins’, explique-t-il.

Ce programme du Wwf pour la préservation des tortues marines est un des volets de l’Unité régionale des tortues marines de la côte Atlantique de l’Afrique (Urtoma). Selon sa coordonnatrice, le capitaine Ndèye Sène Thiam, du Service des Parcs nationaux et du Secrétariat intérimaire du volet environnement du Nepad (Sinepad/Env), il y a lieu, pour les Etats africains, d’investir davantage de moyens dans la lutte contre la capture et la consommation des tortues marines. ‘La conservation demande beaucoup de moyens pour le suivi et la surveillance. Et ceci n’est pas encore une priorité au sein de nos Etats’, souligne-t-elle, ajoutant la nécessité de renforcer les moyens de lutte pour une couverture rapprochée. Ces moyens se résument, selon elle, au renforcement des ressources humaines et à la mise en place de mécanismes de financement en vue de mettre en place des programmes durables.

Issa NIANG
Source: Walfadji

Article Lu 1739 fois

Mercredi 11 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State