Référence multimedia du sénégal
.
Google

Poursuivi pour escroquerie Le faux marabout homosexuel risque deux ans ferme

Article Lu 11790 fois

Poursuivi par 5 plaignants pour trois chefs d'inculpation (escroquerie, faux, usage de faux et homosexualité), le nommé Serigne Saliou Seck risque gros. Ses accusateurs prétendent qu'il se faisait passer pour le fils de Serigne Saliou Mbacké. Et que, sous cette casquette, il est parvenu à les arnaquer, en biens et argent en espèces estimés à différents montants, et des médicaments destinés à la maman du prévenu. La liste est loin d'être exhaustive. C'est ainsi que Serigne Saliou Mbacké, le vrai, a donné l'ordre de mettre fin à ces agissements qui ternissent l'image de la famille maraboutique ; ordre exécuté par les Talibés, qui ont arrêté le jeune marabout au domicile de sa maman, à Mboro.



Son véritable nom est Serigne Saliou Seck. Il porte le nom de son père adoptif, Djibril Seck, qui a épousé sa maman alors qu'il n'avait pas encore cinq ans. Serigne Saliou Seck est né de parents catholiques. Divorcée avec le père biologique des enfants, la maman du prévenu, enseignante de son état, aurait reçu des signes en provenance de la famille du Mouridisme… Et de se convertir aussitôt à l'Islam, en devenant talibé mouride. Elle sera ensuite épousée par un nommé Djibril Seck. Etant en service en Mboro, elle recevra alors Serigne Saliou Mbacké lui-même, alors que son fils n'avait que cinq ans. C'est le marabout lui-même qui lui a donné le nom de Serigne Saliou. Depuis lors, le prévenu ayant étudié jusqu'en classe de Terminale, abandonne l'école française au profit de l'apprentissage du Coran. C'est dans la famille du Serigne Saliou Mbacké qu'il fera ses premiers pas en Islam. Mais les plaignants le poursuivent des délits d'escroquerie, faux, usage de faux et homosexualité. Ansoumana Ouatara a expliqué à la barre qu'il a fait la connaissance du prévenu par le canal de son fils adoptif. « Comme c'est un homonyme de Serigne Saliou Mbacké, je l'ai accueilli à bras ouverts, car tout ce qui est issu de la famille Mbacké est bienvenu chez moi. C'est sous cet angle que je lui ai rendu maints services dont des médicaments destinés à sa maman diabétique etc. C'est après que j'ai eu des échos mettant en doute son identité… ; alors, j'ai tenu à faire la vérification à Touba où j'ai rencontré le vrai Sérigne Saliou Mbacké, chez qui je me suis informé, ce dernier m'a donné le feu vert de mettre fin à ses agissements en le conduisant soit à la police, soit à la gendarmerie », a déclaré Ansoumana Ouatara, délégué médical. Demba Diallo abondera dans le même sens, tout précisant que c'est lui l'auteur de l'arrestation du marabout à Mboro. Abdou Diaw, également, a tenu le même son de cloche ; soutenant qu'il lui avait remis une somme de 150.000 francs. Quant à Bamba Guèye, il soutiendra que Serigne Saliou Seck a, à trois reprises, tenté de lui faire l'amour, sur la plage, à Ouakam ; et la dernière, dit-il, c'était à Mboro où il lui a dit d'éteindre la lumière… « J'étais réticent, mais en fin de compte j'ai exécuté son ordre », renseigne-t-il. C'est ce Demba Diallo qui a pris en photo Serigne Saliou Seck, dans le quotidien le Populaire, montrant qu'il n'est pas marabout ; mais homosexuel ; c'est à partir de cette information qu'il a été épinglé. Un premier témoin a confirmé les agissements du marabout. Mais sa maman, comparaissant en qualité de témoin, a fait l'historique de sa conversion à l'islam. Le procureur a requis contre lui 2 ans ferme. Parmi les plaignants, seul Abdou Diaw a réclamé ses 150.000 francs. Les avocats de la défense, Me Ousseynou Gaye et El-hadji Mame Gningue, ont plaidé la relaxe du prévenu ; il n'y a pas de preuve, selon eux, sa pièce d'identité est établie au ministère de l'Intérieur au nom de Serigne Saliou Seck. Me Gaye a mis l'accent sur la torture que les plaignants ont infligée au prévenu. « Ils l'ont brûlé avec des cigarettes, ils m'ont menacé de mort, ils lui ont fait de mauvais traitements, et la police n'a pas fait son travail, le prévenu n'a même pas été entendu », a-t-il plaidé. Puis de demander au tribunal de le relaxer au bénéfice de doute à titre principal ; et à titre infiniment subsidiaire, de lui faire une application bienveillante de la loi pénale. Le jugement sera rendu demain, 31 mai.

Lassana Sidibé
Source: L'office

Article Lu 11790 fois

Jeudi 31 Mai 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State