Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pour une contribution ''Injurieuse'' à l'encontre du president Wade : Le directeur de publication du journal ''Le Quotidien'' passe 7H à la Dic

Article Lu 11123 fois

L’audition de l’ancien ministre Farba Senghor a éclipsé la convocation, hier, devant la Brigade des affaires générales de la Division des investigations criminelles (Dic), d’El Malick Seck, dirpub de 24 heures chrono, en garde-à-vue depuis jeudi dernier, de Sambou Biagui, rédacteur en chef dudit quotidien et du directeur de publication du journal Le Quotidien, Mamadou Biaye.



Pour une contribution ''Injurieuse'' à l'encontre du president Wade : Le directeur de publication du journal ''Le Quotidien'' passe 7H à la Dic
Les limiers de la Brigade des affaires générales (Bag), un démembrement de la Di­vision des investigations criminelles (Dic), ont procédé, hier, à des auditions tous azimuts de journalistes. Des auditions éclipsées sans doute par celle de Farba Sen­ghor par le procureur de la République près le tribunal hors classe de Dakar, Ous­mane Diagne. Ainsi le directeur de publication de 24 heures chrono, El Malick Seck, placé en garde à vue depuis jeudi dernier suite à la publication d’un article accusant le chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade et de son fils Karim de blanchiment d’argent d’un montant de 20 milliards provenant du braquage du siège de la Bceao à Korogho, en Côte d’Ivoire, en 2004 a été, à nouveau, entendu. Puis, dans la même journée, les enquêteurs se sont rendus avec lui au siège de son journal pour une perquisition. Le rédacteur en chef de ce même quotidien qui ne paraît plus depuis l’arrestation de son patron, a été entendu hier. Mais avant de faire face aux enquêteurs, il s’est offusqué du manque de solidarité du Comité pour la protection et la défense des journalistes à l’endroit de son patron, El Malick Seck, en garde-à-vue depuis 96 heures. Aux dernières nouvelles, Salif Biagui a été ensuite placé en garde à vue. Ils sont tous les deux sous la menace de l’article 80 du Co­de pénal. Et à ce titre, ils de­vraient être inculpés et placés en détention à la fin de leur garde à vue.
Si l’audition de Salif Biagui et d’El Malick Seck relève de la routine dans ce genre de procédure, la convocation, hier, par les policiers de la Brigade des affaires générales de la Dic du directeur de publication du Quotidien a pris de court les reporters présents dans les locaux de la Dic. De fait, Ma­madou Biaye a été entendu hier de 10 h à 17 h par les policiers de la Bag à propos d’une contribution ju­gée ‘injurieuse’ et ‘insultante’ et qui a été pu­bliée jeudi dernier dans les co­lonnes de son journal. D’ail­leurs, hier lundi, la direction du Quotidien a reconnu, dans une ‘Note d’excuses’, que cette contribution ‘contient des passages violents, outrageants et/ou injurieux à l’endroit de l’institution et de l’homme qu’est le président de la Ré­publique’. Et la note de con­clure : ‘Le Quotidien présente ses sincères et profondes excuses au président Wade et à sa famille.’

Ces excuses n’ont pas empêché la police de convoquer Mamadou Biaye, le di­recteur de publication du Quo­tidien pour en savoir plus sur l’auteur de cette contribution. Finalement, Mamadou Biaye que nous avons joint hier, a été relâché en début de soirée.

Mamadou SARR

Source: Walfadjri

Article Lu 11123 fois

Mardi 2 Septembre 2008





1.Posté par ZO le 02/09/2008 16:07
journaliste waroul féén waroul saga moun na khasté.té do indi béena fitna.



wa quotidien nak beugue naniou doug ci mbiir yi.





madiambal boul faaté ni article 80 la.

2.Posté par Khoulibayi le 02/09/2008 16:08

Je vous soumets cet texte qui ne fait que décrire la véritable situation que vit notre pays. C'est un drame qui s'annonce puisque nous n'accepterons jamais que cet "individu" que je ne veux même pas nommer puisse prétendre nous diriger. Voldemort comme l'appelle l'auteur le sait mieux que qui conque, mais comme il est devenu gaga, il faut lui pardonner.



Le sacre raté du prince Karim, héritier du trône de sa majesté Voldemort
28-08-2008
Au nom du père et du fils…
Bonjour, Prince Karim. J’espère que tu te portes bien. Tout d’abord, permettez-moi de m’enquérir de la santé de sa Majesté, votre père, Lord Voldemort. Au nom du père et du fils…
Bonjour, Prince Karim. J’espère que tu te portes bien. Tout d’abord, permettez-moi de m’enquérir de la santé de sa Majesté, votre père, Lord Voldemort. J’espère qu’il est en bonne santé. Prie le Seigneur qu’il le laisse encore en vie, il y va de ta survie, jeune prince. Le jour où il ne sera plus, à coup sûr, tu ne seras plus.
Au passage, j’ai appris la semaine dernière, que le Président zambien, beaucoup moins âgé que votre père, a rendu l’âme, à 59 ans seulement. Paix à son âme, il était si jeune, comparé à votre père ! Un coup d’Etat a eu lieu en Mauritanie, ça ne vous ébranle pas, évidemment. La démission du puissant général Musharraf, non plus, pas de quoi fouetter un chat.
Etant donné que votre père a élu domicile dans les airs, je pensais que le crash aérien survenu à Madrid le ferait réfléchir, au moins, pour qu’il pose enfin ses pieds et ses valises sur terre, qu’il sache qu’il perturbe la montée de nos prières au ciel, mais non.
Sa Majesté, votre père, ne serait-il pas atteint du syndrome de la montgolfière ?
Voldemort et les Mangemorts sont de retour
Je me rappelle encore les propos de votre père, je le cite : «Je ne marcherai jamais sur des cadavres pour conquérir le pouvoir.» C’est vrai, mais aujourd’hui, on sait que Voldemort est capable de piétiner des milliers de cadavres pour vous introniser, afin de bien assurer ses arrières, jusque dans l’au-delà, pour assouvir ses instincts d’immortalité et échapper à la justice. Ses bras de fer répétés et son entêtement à en découdre avec les moldus Idrisssa Seck, puis Macky Sall, et dernièrement la presse privée, montrent à quel point il n’hésitera pas à décréter l’Etat d’urgence, le jour où les Sénégalais se réveilleront avec Prince Karim à la tête du pouvoir.
Lorsqu’on fréquente trop les monarchies du Golf, on finit toujours par prendre la République pour une cour.
Karim, votre père a usé de toutes les voies et recours possibles et impossibles que lui autorise la démocratie, pour vous tailler un costume de Président. Seulement, l’habit est trop grand, et au lieu de vous arriver à la ceinture, il vous couvre jusqu’aux pieds, et vous risquez de faire un faux pas, beaucoup de faux pas, lorsque vous gravirez les marches.
Si l’on se mettait à énumérer les signes précurseurs de l’effondrement imminent de votre château de cartes, nous y passerions la journée. Evidemment, difficile de déclencher un brasier avec des allumettes sous la pluie. Rappelez-vous que lors des évènements de Chicago, les vautours qui se sont acharnés sur Souleymane Jules Diop l’ont traité de toubab, et pire, «qu’il n’était pas Sénégalais». Réfléchissez un peu, cela ne vous donne-il pas des frissons, Karim ? «Lorsque vous êtes Noir, et que vous entendez ‘sale Juif,’ prenez garde, c’est de vous qu’on parle», disait Césaire.
Ignoriez-vous, Karim, que les Sénégalais nourrissent un racisme anti-blanc qui ne dit pas son nom ? Rassurez-vous, petit prince, vous n’êtes pas blanc ; vous êtes bien Sénégalais, seulement, vous êtes moins noir que les Sénégalais, et plus bronzé qu’un Français de souche. Un vendeur d’ombre ferait mieux de décamper avant la tombée de la nuit.
Bravo à la jeune génération d’économistes dont parlait Voldemort lors de son dernier takhawaalou (tourisme) aux pays de l’Oncle SAM, pour l’excellent travail de l’ex-ministre du Budget dont on ne sait toujours pas ce qui l’est advenu de son trou de 209 milliards, et des soi-disant sanctions que Voldemort nous avait annoncées. A quand le prochain scandale financier ?
Voldemort est certes démocrate, mais pas républicain car la démocratie est un couteau à double tranchant, dont se servent les monarques d’aujourd’hui pour aliéner leurs peuples et les réduire au silence. Ce vieux Voldemort s’est emparé de la pierre philosophale pour transformer une République en monarchie. Ignore t-il qu’Harry est à ses trousses, et l’arrêtera tôt ou tard ?
Quand les abeilles sucent les frelons…
Cher Karim, votre allégeance au premier des mourides ne peut vous servir d’immunité, le jour où les Sénégalais décident d’en découdre avec vous, ce qui ne va pas tarder. Et d’ailleurs, à partir de maintenant, il faut que les choses soient claires, que les lignes ennemies soient définies. Toutes les personnes qui vous défendront, vous et votre père, dans vos initiatives machiavéliques, trouveront les Sénégalais sur leur passage, fussent-elles Khalifes ou simples talibés. Si ces religieux restent insensibles aux cris de détresse et aux souffrances du peuple sur lesquels ils refusent de se prononcer (pour ne pas frustrer le régime), nous les combattrons aussi, sans hésitation.
Le parasitisme, voire la prostitution de ces «guides» religieux égarés a assez duré : ce ne sont rien d’autre que des fainéants, des abeilles oisives qui vivent aux dépens des frelons, pour reprendre la parabole de Saint-Simon. Ces vautours opulents et affamés ont dévalorisé la valeur travail. Ils font la manche à domicile, pendant les cérémonies religieuses, profitent des nantis et des pauvres, subtilisent les maigres ressources des honnêtes citoyens valeureux qui se lèvent très tôt pour aller travailler. Karim, si vous comptez sur le soutien de ces parasites à cause des masses qu’ils drainent, vous vous fourrez le doigt dans l’œil.
Continuez à les inonder de centaines de millions pendant les gamous et magals. Soyez conscient, qu’un seul centime de cet argent que vous dilapidez ne vous appartient. Parce que vous ne l’avez pas gagné à la sueur de votre front, vous en faites ce que vous voulez.
Vivement le jour de votre procès.
Viol sur mineure : pédophilie au sommet de l’Etat
Karim, vous et votre père, êtes responsables de tous les remous institutionnels dont souffre la Constitution sénégalaise, cette fille pauvre de l’alternance, que votre père n’arrête pas de tripoter de partout, y compris les parties les plus intimes. Et pourtant, elle a vainement crié «au secours» devant le silence complice et assourdissant du clergé musulman, aucunement ébranlé par les cris de désespoir de cette fille que désire posséder un vieil homme véreux. Malheureusement, vous et votre père venez de la dépuceler, cette fille pauvre sans défense dont vous avez déchiré l’«hymen» avant de la pénétrer pour la faire souffrir dans la profondeur de sa chair. Cette jeune fille mineure, née en 2001 seulement, voudrait porter plainte pour attouchement, pédophilie, inceste et viol répété sur mineure, parce qu’elle n’a que sept années d’existence. Seulement, aucun tribunal ne veut prendre sa déposition.
A quand la cure définitive, pour soigner cette justice pathologique, voire cancérigène, à la merci de Voldemort, et qui gangrène ce grand corps malade que sont les institutions de la République ?
Que serait il arrivé à notre cher Sénégal, si Voldemort était élu pendant tout ce temps qu’il a pataugé dans l’opposition, vingt six années durant ?...
Je vous comprends, cher Karim, vous voulez y croire jusqu’au bout, votre sacrement, votre intronisation. Continuez à prendre vos ‘fantasmes’ pour des réalités, jusqu’à votre réveil brutal. Il est certain que, même si l’on vous réveillait à quatre heures du matin pour vous apprendre que Voldemort vous a légué les commandes, vous sentiriez trop faible et trop solitaire pour vous tirer une balle en pleine cervelle, parce que vous n’avez aucun mérite, avouez-le, si ce n’est d’être le fils du président.
Jean Sarkozy, plus jeune que vous, a, lui au moins, eu le courage de descendre dans l’arène, pour faire face à ses adversaires, mais vous, vous retardez encore l’échéance. De quoi avez-vous peur, enfin ? Vous m’avez l’air de trop aimer la facilité, jeune prince.
Quoiqu’on puisse lui reprocher, Voldemort vaut mieux que vous. Il a quand même le mérite d’avoir bravé tous les dangers, séjourné plusieurs fois à Rebeuss, lutté pour l’implantation de la démocratie et de la justice sociale, avant de se renier pour malheureusement renoncer à ses principes d’antan. Cela se comprend, en politique, il faut avoir les mains sales.
Rimka, permets moi de te tutoyer de temps à autres.
Tu restes toujours derrière le paravent du père protecteur, et pourtant, tu aimerais pouvoir parler aux Sénégalais, seulement tu ne parles pas leur langue. Est-ce la raison de ton mutisme assourdissant ?
Jamais le Sénégal ne se pliera au nouvel ordre politique que veut lui imposer Voldemort. À moins que tu t’imposes de force, comme l’ont fait tes grands ancêtres pendant l’esclavage et la colonisation, afin de te construire une légitimité acquise dans un bain de sang. «L’obéissance et l’adhésion à un ordre politique suppose la croyance en la légitimité de cet ordre», disait Marx Weber. Dans votre cas, l’on ne vous reconnaît aucune des trois légitimités dont Weber faisait allusion. Ce rêve d’intronisation, vous pouvez y renoncer pendant qu’il est encore temps, avant que le pays ne sombre dans l’anomie.
Un 1789 à la sénégalaise, est-il inévitable ?
Cher Karim, j’ai beau fouillé dans les archives du Sénégal, rien que pour trouver ton nom, parmi ceux qui en 1988, 1993 ou 2000, se sont levés pour dire non aux Socialistes, pour sanctionner le régime de Diouf ; seulement, ton nom n’apparaît nulle part. Une erreur de l’histoire, une omission, sans doute. Pensez-vous une seule fois, que votre parachutage à la tête du Sénégal puisse passer comme lettre à la poste ?
Un 1789 à la sénégalaise est inévitable, et serait, à la limite, salutaire pour venir à bout de ce clergé musulman, ces frelons qui ont déjà capitulé face au pouvoir, ce cancer complice des malheurs dans lesquels pataugent le Sénégal sous Lord Voldemort. (…)
Il était une fois, Karim…
Je pense que Voldemort ne se rend pas compte dans quel bateau il vous embarque, en essayant de vous introniser à la tête d’un Etat qu’il aura monarchisé en si peu de temps, un Etat dont tu ignores le fonctionnement, encore moins la mentalité de la population. Vous avez la mémoire courte, Voldemort et vous, autrement, vous sauriez que le Sénégal qui s’est mobilisé en 2000 pour chasser Abdou Diouf, est toujours là, prêt à vous faire face le moment opportun. En fait, le 19 mars 2000, les Sénégalais n’ont pas élu votre père, ils ont sanctionné Abdou Diouf.
Ne perdez pas de vue que les vautours qui vous entourent, ne vous soutiennent que pour leur propre intérêt. Jamais ils ne vous contrediront, jamais ils ne manifesteront leurs ambitions, tant que votre père est en vie. Vous vous sentez trop fort aujourd’hui, remerciez-en Voldemort, vous lui devez tout. Le jour où il ne sera plus, ces vautours assoiffés et affamés seront les premiers à vous assommer avant de vous sucer, sans hésitation, jusqu’à la moelle épinière, pour enfin vous incinérer. Et les plus chanceux d’entre eux, raconteront à leurs petits enfants l’histoire du Petit Prince Karim qui voulait devenir Président…
Complexe atlantiste, quand tu nous tiens !
Alors que Macky court après les soi-disant «invitations» d’Obama, Karim convoite les «félicitations» de Kennedy pour avoir construit une superbe corniche, réquisitionné des hôtels pour les invités du sommet de l’Oci sur lequel je ne m’attarderai pas, malgré tous les moyens de l’Etat mis à sa disposition. Même un imbécile, fût-il plus débile que le fou du roi, finirait les travaux dans les délais.
Avquand l’arrêt de ce mises en scènes à la limite, puériles ?
Lorsque les groupes de presse alimentaire créés par le Fou du Roi sont incapables de vous défendre par manque de crédibilité, évidemment, il faut innover. Certains journalistes sont mal formés, certes. Même ceux qui sont bien formés racontent parfois, un peu n’importe quoi, alors que certains membres du gouvernement dégradent la fonction et le statut de ministre…
Après la capitulation du Groupe Wal Fadjri face au monstre (rien que pour avoir une licence de chaîne de télé), c’est maintenant à l’Aps de venir à la rescousse du Prince mal aimé, dans sa quête désespérée de légitimité et de reconnaissance internationale. Nous avions beaucoup d’estime pour l’Aps, et ne les croyions pas capables de tomber si bas, d’aller aussi loin dans l’intoxication et la propagande. Un article qui manque de crédibilité, qui frôle même le ridicule ! Décidément, vous manquez d’inspiration ! Le virus de Voldemort surgit toujours, là où l’on s’y attend le moins.
Karim, ce n’est pas en te repliant derrière tes lunettes noires fumées que tu pourras voir la souffrance du peuple sénégalais. Il est grand temps que tu les enlèves pour regarder la lumière du jour qui risque de t’éblouir.
Evidemment, vous êtes plus que désespéré, jeune Prince. Une personne qui se noie s’agripperait même à un cheveu, pour rester au large. Karim, vous pouvez acheter autant de pages que vous voudrez dans Jeune Afrique, pour soigner votre image, et faire de votre personne un héros au dessus de la mêlée. Vous pourrez commanditer autant d’articles et de sondages que possible, autant de ‘soi-disant soutiens internationaux’, mais jamais vous ne pourrez acheter notre silence, le silence de tous les hommes intègres que Voldemort et vous essayez de museler.
J’espère que vous serez assez intelligent pour partir pendant qu’il est encore temps. De grâce, pourquoi ne retournez vous pas dans votre succursale, à Londres, où vous seriez plus utile ?
Attentat au cocktail Molotov, ça sent mauvais !
L’histoire se répète, encore une fois. Je crains seulement que cette histoire d’attentat ne soit l’œuvre des inconditionnels lieutenants de Voldemort pour faire diversion, afin de mieux enfoncer les organes de presse (ayant reçu le Sms) que le monstre jugera plus tard pour complicité et appel à l’insurrection. Votre parti est le seul à avoir intérêt à plonger le Sénégal dans le chaos. C’est votre seule façon de réveiller la fitna et de mieux incriminer les journalistes que vous avez réussi à diaboliser. De toute façon, ça va finir par péter un jour où l’autre, si les Sénégalais et la justice internationale n’arrêtent pas Voldemort et sa bande pour haute trahison et abus de confiance.
Si seulement cette attaque contre la police est vérifiée (permettez-moi d’en douter), à qui devrons confier notre sécurité ? Une police qui n’est même pas en mesure d’assurer sa propre sécurité, comment peut elle garantir celle de nos concitoyens ?
«Nous préférons mourir debout, que de vivre à genoux», disait Sékou Touré. La liberté est très précieuse, elle a un prix : seulement, sommes nous prêts à le payer ?


Momar MBAYE - Auteur de La Sénégauloise à Matignon

3.Posté par galsen le 02/09/2008 16:26
a ce que je vois ya du taf a la dic moi aussi je vais postuler lol

4.Posté par vrai le 02/09/2008 17:03
Le Sénégal n’a pas créé des institutions pour qu’on les foule au pied. Celles ci sont à respecter dans une république. Les journalistes le savent pourtant très bien mais ils adorent fleurter avec le sensationnel en défiant toutes nos lois mais heureusement que la justice est là pour leur rappeler cela et les contraindre à les respecter.

5.Posté par MARVEL le 02/09/2008 19:51

Qu'y a-t-il d'injurieux dans cette contribution ?
Rien que la vérité, encore la vérité.


Le sacre raté du prince Karim, héritier du trône de sa majesté Voldemort
28-08-2008
Par Momar Mbaye


Au nom du père et du fils…
Bonjour, Prince Karim. J’espère que tu te portes bien. Tout d’abord, permettez-moi de m’enquérir de la santé de sa Majesté, votre père, Lord Voldemort. Au nom du père et du fils…

Bonjour, Prince Karim. J’espère que tu te portes bien. Tout d’abord, permettez-moi de m’enquérir de la santé de sa Majesté, votre père, Lord Voldemort. J’espère qu’il est en bonne santé. Prie le Seigneur qu’il le laisse encore en vie, il y va de ta survie, jeune prince. Le jour où il ne sera plus, à coup sûr, tu ne seras plus.

Au passage, j’ai appris la semaine dernière, que le Président zambien, beaucoup moins âgé que votre père, a rendu l’âme, à 59 ans seulement. Paix à son âme, il était si jeune, comparé à votre père ! Un coup d’Etat a eu lieu en Mauritanie, ça ne vous ébranle pas, évidemment. La démission du puissant général Musharraf, non plus, pas de quoi fouetter un chat.
Etant donné que votre père a élu domicile dans les airs, je pensais que le crash aérien survenu à Madrid le ferait réfléchir, au moins, pour qu’il pose enfin ses pieds et ses valises sur terre, qu’il sache qu’il perturbe la montée de nos prières au ciel, mais non.
Sa Majesté, votre père, ne serait-il pas atteint du syndrome de la montgolfière ?
Voldemort et les Mangemorts sont de retour

Je me rappelle encore les propos de votre père, je le cite : «Je ne marcherai jamais sur des cadavres pour conquérir le pouvoir.» C’est vrai, mais aujourd’hui, on sait que Voldemort est capable de piétiner des milliers de cadavres pour vous introniser, afin de bien assurer ses arrières, jusque dans l’au-delà, pour assouvir ses instincts d’immortalité et échapper à la justice. Ses bras de fer répétés et son entêtement à en découdre avec les moldus Idrisssa Seck, puis Macky Sall, et dernièrement la presse privée, montrent à quel point il n’hésitera pas à décréter l’Etat d’urgence, le jour où les Sénégalais se réveilleront avec Prince Karim à la tête du pouvoir.
Lorsqu’on fréquente trop les monarchies du Golf, on finit toujours par prendre la République pour une cour.

Karim, votre père a usé de toutes les voies et recours possibles et impossibles que lui autorise la démocratie, pour vous tailler un costume de Président. Seulement, l’habit est trop grand, et au lieu de vous arriver à la ceinture, il vous couvre jusqu’aux pieds, et vous risquez de faire un faux pas, beaucoup de faux pas, lorsque vous gravirez les marches.
Si l’on se mettait à énumérer les signes précurseurs de l’effondrement imminent de votre château de cartes, nous y passerions la journée. Evidemment, difficile de déclencher un brasier avec des allumettes sous la pluie. Rappelez-vous que lors des évènements de Chicago, les vautours qui se sont acharnés sur Souleymane Jules Diop l’ont traité de toubab, et pire, «qu’il n’était pas Sénégalais». Réfléchissez un peu, cela ne vous donne-il pas des frissons, Karim ? «Lorsque vous êtes Noir, et que vous entendez ‘sale Juif,’ prenez garde, c’est de vous qu’on parle», disait Césaire.

Ignoriez-vous, Karim, que les Sénégalais nourrissent un racisme anti-blanc qui ne dit pas son nom ? Rassurez-vous, petit prince, vous n’êtes pas blanc ; vous êtes bien Sénégalais, seulement, vous êtes moins noir que les Sénégalais, et plus bronzé qu’un Français de souche. Un vendeur d’ombre ferait mieux de décamper avant la tombée de la nuit.
Bravo à la jeune génération d’économistes dont parlait Voldemort lors de son dernier takhawaalou (tourisme) aux pays de l’Oncle SAM, pour l’excellent travail de l’ex-ministre du Budget dont on ne sait toujours pas ce qui l’est advenu de son trou de 209 milliards, et des soi-disant sanctions que Voldemort nous avait annoncées. A quand le prochain scandale financier ?

Voldemort est certes démocrate, mais pas républicain car la démocratie est un couteau à double tranchant, dont se servent les monarques d’aujourd’hui pour aliéner leurs peuples et les réduire au silence. Ce vieux Voldemort s’est emparé de la pierre philosophale pour transformer une République en monarchie. Ignore t-il qu’Harry est à ses trousses, et l’arrêtera tôt ou tard ?


Quand les abeilles sucent les frelons…

Cher Karim, votre allégeance au premier des mourides ne peut vous servir d’immunité, le jour où les Sénégalais décident d’en découdre avec vous, ce qui ne va pas tarder. Et d’ailleurs, à partir de maintenant, il faut que les choses soient claires, que les lignes ennemies soient définies. Toutes les personnes qui vous défendront, vous et votre père, dans vos initiatives machiavéliques, trouveront les Sénégalais sur leur passage, fussent-elles Khalifes ou simples talibés. Si ces religieux restent insensibles aux cris de détresse et aux souffrances du peuple sur lesquels ils refusent de se prononcer (pour ne pas frustrer le régime), nous les combattrons aussi, sans hésitation.

Le parasitisme, voire la prostitution de ces «guides» religieux égarés a assez duré : ce ne sont rien d’autre que des fainéants, des abeilles oisives qui vivent aux dépens des frelons, pour reprendre la parabole de Saint-Simon. Ces vautours opulents et affamés ont dévalorisé la valeur travail. Ils font la manche à domicile, pendant les cérémonies religieuses, profitent des nantis et des pauvres, subtilisent les maigres ressources des honnêtes citoyens valeureux qui se lèvent très tôt pour aller travailler. Karim, si vous comptez sur le soutien de ces parasites à cause des masses qu’ils drainent, vous vous fourrez le doigt dans l’œil.

Continuez à les inonder de centaines de millions pendant les gamous et magals. Soyez conscient, qu’un seul centime de cet argent que vous dilapidez ne vous appartient. Parce que vous ne l’avez pas gagné à la sueur de votre front, vous en faites ce que vous voulez.
Vivement le jour de votre procès.


Viol sur mineure : pédophilie au sommet de l’Etat

Karim, vous et votre père, êtes responsables de tous les remous institutionnels dont souffre la Constitution sénégalaise, cette fille pauvre de l’alternance, que votre père n’arrête pas de tripoter de partout, y compris les parties les plus intimes. Et pourtant, elle a vainement crié «au secours» devant le silence complice et assourdissant du clergé musulman, aucunement ébranlé par les cris de désespoir de cette fille que désire posséder un vieil homme véreux. Malheureusement, vous et votre père venez de la dépuceler, cette fille pauvre sans défense dont vous avez déchiré l’«hymen» avant de la pénétrer pour la faire souffrir dans la profondeur de sa chair. Cette jeune fille mineure, née en 2001 seulement, voudrait porter plainte pour attouchement, pédophilie, inceste et viol répété sur mineure, parce qu’elle n’a que sept années d’existence. Seulement, aucun tribunal ne veut prendre sa déposition.
A quand la cure définitive, pour soigner cette justice pathologique, voire cancérigène, à la merci de Voldemort, et qui gangrène ce grand corps malade que sont les institutions de la République ?

Que serait il arrivé à notre cher Sénégal, si Voldemort était élu pendant tout ce temps qu’il a pataugé dans l’opposition, vingt six années durant ?...

Je vous comprends, cher Karim, vous voulez y croire jusqu’au bout, votre sacrement, votre intronisation. Continuez à prendre vos ‘fantasmes’ pour des réalités, jusqu’à votre réveil brutal. Il est certain que, même si l’on vous réveillait à quatre heures du matin pour vous apprendre que Voldemort vous a légué les commandes, vous sentiriez trop faible et trop solitaire pour vous tirer une balle en pleine cervelle, parce que vous n’avez aucun mérite, avouez-le, si ce n’est d’être le fils du président. Et quel piètre président !

Jean Sarkozy, plus jeune que vous, a, lui au moins, eu le courage de descendre dans l’arène, pour faire face à ses adversaires, mais vous, vous retardez encore l’échéance. De quoi avez-vous peur, enfin ? Vous m’avez l’air de trop aimer la facilité, jeune prince.

Quoiqu’on puisse lui reprocher, Voldemort vaut mieux que vous. Il a quand même le mérite d’avoir bravé tous les dangers, séjourné plusieurs fois à Rebeuss, lutté pour l’implantation de la démocratie et de la justice sociale, avant de se renier pour malheureusement renoncer à ses principes d’antan. Cela se comprend, en politique, il faut avoir les mains sales.


Rimka, permets moi de te tutoyer de temps à autres.

Tu restes toujours derrière le paravent du père protecteur, et pourtant, tu aimerais pouvoir parler aux Sénégalais, seulement tu ne parles pas leur langue. Est-ce la raison de ton mutisme assourdissant ?

Jamais le Sénégal ne se pliera au nouvel ordre politique que veut lui imposer Voldemort. À moins que tu t’imposes de force, comme l’ont fait tes grands ancêtres pendant l’esclavage et la colonisation, afin de te construire une légitimité acquise dans un bain de sang. «L’obéissance et l’adhésion à un ordre politique suppose la croyance en la légitimité de cet ordre», disait Marx Weber. Dans votre cas, l’on ne vous reconnaît aucune des trois légitimités dont Weber faisait allusion. Ce rêve d’intronisation, vous pouvez y renoncer pendant qu’il est encore temps, avant que le pays ne sombre dans l’anomie.
Un 1789 à la sénégalaise, est-il inévitable ?
Cher Karim, j’ai beau fouillé dans les archives du Sénégal, rien que pour trouver ton nom, parmi ceux qui en 1988, 1993 ou 2000, se sont levés pour dire non aux Socialistes, pour sanctionner le régime de Diouf ; seulement, ton nom n’apparaît nulle part. Une erreur de l’histoire, une omission, sans doute. Pensez-vous une seule fois, que votre parachutage à la tête du Sénégal puisse passer comme lettre à la poste ?
Un 1789 à la sénégalaise est inévitable, et serait, à la limite, salutaire pour venir à bout de ce clergé musulman, ces frelons qui ont déjà capitulé face au pouvoir, ce cancer complice des malheurs dans lesquels pataugent le Sénégal sous Lord Voldemort. (…)
Il était une fois, Karim…

Je pense que Voldemort ne se rend pas compte dans quel bateau il vous embarque, en essayant de vous introniser à la tête d’un Etat qu’il aura monarchisé en si peu de temps, un Etat dont tu ignores le fonctionnement, encore moins la mentalité de la population. Vous avez la mémoire courte, Voldemort et vous, autrement, vous sauriez que le Sénégal qui s’est mobilisé en 2000 pour chasser Abdou Diouf, est toujours là, prêt à vous faire face le moment opportun. En fait, le 19 mars 2000, les Sénégalais n’ont pas élu votre père, ils ont sanctionné Abdou Diouf.

Ne perdez pas de vue que les vautours qui vous entourent, ne vous soutiennent que pour leur propre intérêt. Jamais ils ne vous contrediront, jamais ils ne manifesteront leurs ambitions, tant que votre père est en vie. Vous vous sentez trop fort aujourd’hui, remerciez-en Voldemort, vous lui devez tout. Le jour où il ne sera plus, ces vautours assoiffés et affamés seront les premiers à vous assommer avant de vous sucer, sans hésitation, jusqu’à la moelle épinière, pour enfin vous incinérer. Et les plus chanceux d’entre eux, raconteront à leurs petits enfants l’histoire du Petit Prince Karim qui voulait devenir Président…


Complexe atlantiste, quand tu nous tiens !

Alors que Macky court après les soi-disant «invitations» d’Obama, Karim convoite les «félicitations» de Kennedy pour avoir construit une superbe corniche, réquisitionné des hôtels pour les invités du sommet de l’Oci sur lequel je ne m’attarderai pas, malgré tous les moyens de l’Etat mis à sa disposition. Même un imbbécile, fût-il plus débile que le fou du roi, finirait les travaux dans les délais.
A quand l’arrêt de ces mises en scènes à la limite, puériles ?

Lorsque les groupes de presse alimentaire créés par le Fou du Roi sont incapables de vous défendre par manque de crédibilité, évidemment, il faut innover. Certains journalistes sont mal formés, certes. Même ceux qui sont bien formés racontent parfois, un peu n’importe quoi, alors que certains membres du gouvernement dégradent la fonction et le statut de ministre…
Après la capitulation du Groupe Wal Fadjri face au monstre (rien que pour avoir une licence de chaîne de télé), c’est maintenant à l’Aps de venir à la rescousse du Prince mal aimé, dans sa quête désespérée de légitimité et de reconnaissance internationale. Nous avions beaucoup d’estime pour l’Aps, et ne les croyions pas capables de tomber si bas, d’aller aussi loin dans l’intoxication et la propagande. Un article qui manque de crédibilité, qui frôle même le ridicule ! Décidément, vous manquez d’inspiration ! Le virus de Voldemort surgit toujours, là où l’on s’y attend le moins.

Karim, ce n’est pas en te repliant derrière tes lunettes noires fumées que tu pourras voir la souffrance du peuple sénégalais. Il est grand temps que tu les enlèves pour regarder la lumière du jour qui risque de t’éblouir.

Evidemment, vous êtes plus que désespéré, jeune Prince. Une personne qui se noie s’agripperait même à un cheveu, pour rester au large. Karim, vous pouvez acheter autant de pages que vous voudrez dans Jeune Afrique, pour soigner votre image, et faire de votre personne un héros au dessus de la mêlée. Vous pourrez commanditer autant d’articles et de sondages que possible, autant de ‘soi-disant soutiens internationaux’, mais jamais vous ne pourrez acheter notre silence, le silence de tous les hommes intègres que Voldemort et vous essayez de museler.

J’espère que vous serez assez intelligent pour partir pendant qu’il est encore temps. De grâce, pourquoi ne retournez vous pas dans votre succursale, à Londres, où vous seriez plus utile ?


Attentat au cocktail Molotov, ça sent mauvais !

L’histoire se répète, encore une fois. Je crains seulement que cette histoire d’attentat ne soit l’œuvre des inconditionnels lieutenants de Voldemort pour faire diversion, afin de mieux enfoncer les organes de presse (ayant reçu le Sms) que le monstre jugera plus tard pour complicité et appel à l’insurrection. Votre parti est le seul à avoir intérêt à plonger le Sénégal dans le chaos. C’est votre seule façon de réveiller la fitna et de mieux incriminer les journalistes que vous avez réussi à diaboliser. De toute façon, ça va finir par péter un jour où l’autre, si les Sénégalais et la justice internationale n’arrêtent pas Voldemort et sa bande pour haute trahison et abus de confiance.

Si seulement cette attaque contre la police est vérifiée (permettez-moi d’en douter), à qui devrons confier notre sécurité ? Une police qui n’est même pas en mesure d’assurer sa propre sécurité, comment peut elle garantir celle de nos concitoyens ?

«Nous préférons mourir debout, que de vivre à genoux», disait Sékou Touré. La liberté est très précieuse, elle a un prix : seulement, sommes nous prêts à le payer ?


Momar MBAYE - Auteur de La Sénégauloise à Matignon

**********************

Une superbe contribution que n'importe quel digne fils du Sénégal aurait signé les yeux fermés, moi en premier. Je ne comprends donc pas pourquoi Le Quotidien se croit obligé de présenter des excuses après la parution de cette contribution, et en quoi cette contribution est insultante pour ce vieux cleptomane et son fils élevé pour être aussi voleur que son père ?

Je ne comprends pas la frilosité de ces journalistes qui se voient tous les jours traités comme des chiens par ces deux cleptomanes et leurs larbins respectifs, et ces mêmes journalistes qui s'excusent pour avoir donné la parole à des sénégalais.


MARVEL
marvel@hotmail.fr

6.Posté par dgfdg le 02/09/2008 20:05
Injurieux je ne sais pas , mais il n'y a pas plus immature,impertinent, et déshonorant que ce texte, c'est inquiétant pour le pays.

7.Posté par naomed le 02/09/2008 20:07
Marvel, je savais que tu étais un rien vain et prétentieux, maintenant je sais que tu est bête, à manger du foin.

Tu t'étonnes, tu t'indignes, tu ne comprends pas les journalistes... Mais toi tu es où ? Dans quel pays ? Tu parles dans les outils des autres et tu en profites dans le même temps pour leur refiler le chapeau des problemes que tes textes peuvent causer.

C'est quand et où que tu prends des risques, tes propres risques ?

8.Posté par tamay naar le 02/09/2008 20:09
C'est quoi?
La journée mondiale du BLASPHEMISME?.
Copier coller jusuq'a quand....Foutez nous la paix avc vos texte kilometrique ki n'ont aucun sens chacun peut se mettre sur son peti coin et rediger un texte avc toutes les saletés imaginables et vien les verser dans ce poubelle DE XIBAR.NET...Je me demande ou est la conscientisations des uns et des autres... des vulgarités rien que des vulgarité... Travailler et arreter de bavarder! vous etes tous les meme wade fui ces responsabilités devant les multiples blem que rencontre le pays et recoivent des hotes dans un pays etrangers on dirait qu'il a honte de son pays...
Mai ya de quoi vu la situation qui prevau dan ces pauvres banlieu de la capitale..

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State