Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pour freiner le renchérissement du coût de la vie : Le Ps propose 6 solutions « audacieuses »

Article Lu 1666 fois

« Il existe un lien évident entre le renchérissement insoutenable du coût de la vie et la prodigalité du régime d’Abdoulaye Wade qui s’illustre, depuis 2000, dans une gabegie sans commune mesure avec les ressources publiques et les priorités nationales ». C’est en tout cas la conviction du Ps au sortir de sa réunion hebdomadaire du Bureau politique. Et cette formation ne s’est pas arrêtée à ce simple constat, elle a aussi proposé des solutions « audacieuses » pour freiner le renchérissement du coût de la vie par un train de vie modéré…



Pour freiner le renchérissement du coût de la vie : Le Ps propose 6 solutions « audacieuses »
Dénonçant la gestion du régime libéral, caractérisée par « un gaspillage révélateur d’un goût ostentatoire pour les dépenses somptuaires », le Ps estime que le régime de Wade n’a pas son pareil. Et de poursuivre : « Ce gaspillage des deniers publics concerne autant le train de vie dispendieux d’Abdoulaye Wade lui-même (des voyages incessants à bord d’avions affrétés à des montants faramineux et des libéralités distribuées à tout venant) que la hausse des dépenses de fonctionnement de l’Etat et des dépenses de transfert allouées aux nombreuses agences à laquelle s’ajoute celle des dépenses de téléphone et de carburant, des loyers des logements conventionnés par l’Etat, sans compter l’ouverture tous azimuts d’ambassades et de consulats avec un personnel pléthorique, l’acquisition, dans des conditions opaques, de biens immobiliers pour nos ambassades, l’achat, en toute occasion, de véhicules de luxe, etc. C’est uniquement sous ce rapport de gonflement artificiel des dépenses de l’Etat, dont une bonne partie sans contrepartie réelle qu’il faut analyser la hausse vertigineuse des prix des denrées et produits de grande consommation provoquée par une surtaxation imposée par le gouvernement pour obliger les populations à financer la note d’un régime qui fait vivre l’Etat facticement au dessus de ses moyens. Au lieu de chercher plus que de raison à incriminer l’augmentation du prix du baril du pétrole, ce que récusent du reste ses services de statistiques, Abdoulaye Wade et son régime devraient plutôt expliquer aux Sénégalais comment notre pays a pu subir, comme une fatalité imparable, le taux d’inflation de loin le plus élevé de la zone UEMOA devant des pays comme la Côte d’Ivoire, un pays en crise, comme le Mali, le Niger et le Burkina Faso, des pays handicapés par l’enclavement, ou comme le Togo et le Bénin qui ont des résultats beaucoup plus probants depuis plus de deux ans ». Le constat dénoncé, le Ps assure « qu’une meilleure maîtrise de l’inflation prouvée par ces pays démontre qu’il est bien possible de freiner le renchérissement du coût de la vie par un train de vie modéré et des mesures audacieuses ». Ces mesures que le Ps « a identifiées », doivent entrer dans le cadre d’un plan d’économies budgétaires substantielles avec pour objectif, la sincérité du budget national et la maîtrise des dépenses publiques. Elles concernent la suppression de toutes les dépenses publiques non indispensables et de toutes les niches de gaspillage par la diminution du nombre pléthorique de Ministres d’Etat et de Ministres, des institutions et de leurs coûts de fonctionnement ; la réduction drastique des agences nationales et de leurs coûts bureautiques inconsidérés ; la rationalisation de la carte diplomatique et la réduction du personnel dans les ambassades ; la revue et l’audit systématiques des marchés de travaux, de fournitures et de services d’un certain montant, par exemple trente millions, pour en débusquer les surcoûts et les commandes fictives ; l’audit des effectifs de la Fonction publique afin d’identifier et de supprimer les emplois fictifs ou complaisants et, donc les salaires indus dans les corps civils, militaires et paramilitaires et la suppression des contrats spéciaux. Toujours selon le Ps : « Ces mesures doivent également être orientées vers la neutralisation systématique de la hausse des rentrées fiscales portant sur les denrées et produits de base afin de favoriser la baisse effective des prix en veillant au respect des nouvelles grilles de prix par les commerçants… » Enfin, les camarades de Tanor Dieng ne s’épargneront pas de tirer sur l’Anoci. Ainsi, disent-ils, « par une pression continue, l’opinion publique nationale et internationale doit continuer de réclamer, haut et fort, la reddition détaillée des opérations et des comptes de l’ANOCI, combinée à un audit indépendant de ses structures et de ses activités, de ses méthodes et procédures et enfin du degré de respect des règles qui gouvernent les finances publiques et le souci de l’efficience de la dépense publique ».

Source: Le ferloo.com

Article Lu 1666 fois

Jeudi 10 Avril 2008





1.Posté par malakowax le 10/04/2008 10:29
voila ceux qui savent diriger
mak dafay tok di guisse xale jok taxaw ndax xam xam mome de fe diss
abdou diouf l'avait dit ne "choisissez pas l'aventure à l'experience"

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State