Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pour faire face à des manifestations anti-Wade à Bruxelles : Des militants du Pds créent un collectif de défense

Article Lu 1769 fois

Correspondant permanent en Belgique) - Les partisans de Me Wade établis à Bruxelles en ont marre des manifestations souvent organisées à étranger contre leur leader, lors de ses déplacements. Ils ont décidé d’agir en mettant en place ‘un collectif dénommé Collectif pour la sauvegarde de l’intégrité de l’institution Me Abdoulaye Wade, président du Sénégal, chargé d’apporter la réplique aux adversaires du président de la République partout où ce sera nécessaire dans le Benelux’, a indiqué Pape Kane, l’un des initiateurs du collectif, par ailleurs secrétaire général du Pds section Benelux. Notre mission, explique-t-il, est de dire ‘halte aux actes de sabotage orchestrés par certains qui, à chaque fois que le chef de l’Etat effectue une visite à l’étranger, manifestent ou tentent de manifester contre lui pour le dénigrer devant l’opinion internationale’. Amer, M. Kane de marteler : ‘Il n’est plus question pour nous d’accepter que des gens en mal de popularité s’attaquent impunément au président de la République. Nous allons leur barrer la route partout en Belgique.’



Pour faire face à des manifestations anti-Wade à Bruxelles : Des militants du Pds créent un collectif de défense
Les membres de ce collectif qui déclarent avoir constaté une systématisation des manifestations contre Me Wade à l’étranger, croient savoir que les organisateurs de telles actions sont mus par la volonté délibérée de semer la zizanie. Ils les accusent de vouloir ternir l’image de marque du Sénégal et de son président. Un comportement que rien ne justifie et contre lequel, ils comptent apporter la riposte appropriée le moment venu en Belgique, où le champ d’action du collectif se réduit pour le moment.

Pour réussir leur mission, les militants du leader du Pds ont réfléchi à la mise en œuvre d’un plan d’action anti-manifestation. La ligne de défense consistera à se déployer sur terrain à chaque fois que c’est nécessaire pour apporter leur soutien à Me Wade. Et ils envisagent également d’organiser des contre- manifestations. En tout cas, ‘le collectif n’entend plus laisser les pourfendeurs du président Abdoulaye Wade occuper le terrain’, a tenu à préciser Pape Kane qui avertit que, ‘désormais, ils vont nous retrouver sur le terrain de la confrontation’. En outre, le collectif n’exclut pas d’engager des poursuites judiciaires contre ceux qui, à travers leurs discours, lors des manifestations, diffament le président et portent atteinte aux institutions de la République, révèle Pape Kane.

Interrogé sur les risques de confrontations, notre interlocuteur hausse le ton et martèle : ‘S’ils n’évitent pas la confrontation, nous ne reculerons pas’. Pour lui, il est grand temps de mettre un terme aux actions de ceux qui profitent des déplacements à l’étranger du chef de l’Etat pour profaner gratuitement l’institution qu’il représente. C’est d’ailleurs pour éviter qu’il ne soit émaillé par d’éventuels incident que le dernier déplacement du président Wade à Bruxelles avait été soigneusement bien gardé secret par les organisateurs. Au finish, la visite s’était déroulée sans anicroches. Tout le contraire de ce qui s’était passé quelques jours auparavant avec le ministre des Sénégalais de l’extérieur, Sada Ndaiye, qui avait été hué lors des assises du Medes organisées à Bruxelles.

Karim LO
Source Walfadjri

Article Lu 1769 fois

Mardi 6 Octobre 2009





1.Posté par ndiakhoum le 06/10/2009 17:11
DAGNOUY DOULE REK SENE COLLECTIF BI DOU DATAAA NDAYANE THIAPA NDAYOU WAA PDS YEUP

2.Posté par Cheikh Doudou le 06/10/2009 17:55
waaaw pape, bayégoulo PDS ba legui, vraiment tu as du temps à perdre, il y a plus rien a gagner dans ce parti, viens me rejoindre au RWMI mon ami

wade est mort et son parti agonise en plus tu ne fais vraiment pas le poids à bxl où tout le monde boute le pds tu t'entete a vouloir les representer mais representer qui et quoi

courage quand même

Cheikh (MAISAF)

3.Posté par sare le 06/10/2009 18:16
Sénégal : La solitude d'un président
La majorité présidentielle s’effrite comme le pouvoir d’achat des Sénégalais. Une à une, comme l’extinction des lucioles en fin de nuits d’hivernage, les formations politiques qui soutiennent le président Wade lui tournent le dos. La Cap 21, en tant qu’organisation, n’est jamais parvenue à se construire une image en dehors de celle de son porte-parole. Que reste-t-il du conglomérat, théorisé sous le label du Front pour l’alternance (Fal), qui a conduit le Pds au pouvoir? Presque rien…

© D.R. Le président sénégalais, Abdoulaye Wade

Le limogeage du recordman de longévité au ministère des Affaires étrangères (neuf ans), Cheikh Tidiane Gadio, vient de tourner la page des dernières figures de la société civile qui s’étaient engagés avec le «Sopi».

Le Pds gouverne (presque) seul alors qu’il n’a ni la majorité sociologique –l’état de l’opinion en témoigne-, ni la majorité électorale –la claque reçue lors des dernières élections locales le prouve-, pour se le permettre. Mais il semble que c’est n’est pas essentiel aux yeux du chef de la majorité présidentielle. Le président de la République essaie de relever le challenge mais il apparaît bien seul.

Comme l’effet contraire d’un aimant, à l’épreuve du pouvoir, il exclut ceux qui l’ont toujours soutenu et adule d’autres qui l’ont autrefois exécré. Célébration de la culture de la confrontation? Culte du cynisme? Victoire du «soi»? En tout cas, la volonté de porter son fils au pouvoir ne peut elle seule expliquer la tendance du président Wade à faire la politique de «la terre brûlée» avec ses alliances.

Le cas Moustapha Niasse a été très vite réglé. Quand on a des ambitions présidentielles, on ne cohabite pas avec Wade. Idrissa Seck l’apprendra sur le tard. Par contre, Macky Sall a été poussé en à avoir. Aujourd’hui, tout le fameux «Pôle de Gauche», théoricien de la candidature unique entre 1998-2000 pour mettre fin au régime socialiste, est dans l’opposition, à la notable exception de la tendance «Decroix» de Aj/Pads.

Outrageusement parricide, «l’alternance» tue ses fondateurs. Il est aussi filicide car égorgeant ses fils. Aujourd’hui, seuls l’Urd de Djibo Kâ et le Parti de la réforme de Agne Abdourahim siègent en conseil des ministres. Or, ces deux partis ne sont pas connus pour être des foudres de guerre.

Il y a un long listing de mésalliances qui disent long sur l’état du spectre de soutien disponible pour le chef de l’Etat. Passons sur le départ des «historiques» de l’alternance du 19 mars 2000. Le Prc de Samba Diouldé Thiam, le Psd/Jant-Bi de Mamour Cissé, le Ptp de Me El Hadj Diouf (tous députés) sont tous pantois face aux us et pratiques du régime-Pds. Mieux, «le vieux» n’en fait qu’en «sa tête», comme le déplorait récemment, le président Lamine Diack, le patron de l’athlétisme mondial.

La seule chose qui compte à ses yeux semble être son projet de dévolution du pouvoir à son fils, le ministre d’Etat, Karim Wade. Justement, une symbolique très forte a été sublimée et renforcée quand le président de la République s’est rendu au bas de l’immeuble Tamaro abritant les services de son fils pour s’enquérir d’un incendie qui y a eu lieu alors qu’il ne l’a pas fait pour les sinistrés de la banlieue dakaroise en butte aux inondations, pour le monde paysan pourtant requinqué par un bon hivernage, pour des représentants de la classe moyenne urbaine éreintés par la conjoncture difficile; pour personne finalement…

LE PEUPLE QUI TRINQUE

Pire, les Sénégalais, au travers de leurs réactions, semblent particulièrement outrés par l’environnement qui entoure les négociations entre le président de la République et son ancien bras droit, Idrissa Seck. Ils ont l’impression d’être les dindons d’une farce d’autant plus inopportune que le pouvoir en place n’a pas ces fameux ressorts qui permettent à un régime de donner du mou au fil, de pouvoir répliquer, de dire que ses détracteurs ont tort.

La preuve, l’actuel chef du gouvernement, Me Souleymane Ndéné Ndiaye, qui, dans un régime « normal », aurait dû être en première ligne et sous le feu, est aphone, acculé dans ses derniers retranchements de Guinguinéo et du perchoir du building administratif, désarmé avec la posture du supplicié en route vers l’échafaud ; il est traqué comme un renard dans une chasse à courre par des figures de son propre parti politique suivant une logique interne à cette formation politique qui veut que le numéro deux doit être immolé…

Le président Wade, un homme politique isolé ? L’absence de partage des opinions et jugements peut induire chez le sujet une distorsion importante entre ses idées et la réalité objective, renseignent les psychologues. En tout cas, depuis quelques mois, pas à pas, il monte les marches qui mènent au dernier étage de sa tour d’ivoire. Là où l’horizon est dégagé mais où on est seul.

L’un de ses principaux opposants, Ousmane Tanor Dieng répète toujours sa conviction : « Wade gouverne seul, décide seul et se trompe seul ! » Différence de conception sans doute de la posture adéquate du gouvernant. Mais aussi alacrité de l’opposant. Les partisans du président Wade disent par ailleurs que c’est la somme des « trahisons subies » qui explique que la seule personne en qui il puisse faire conscience reste « son » fils. Seulement, dans ces tourments, dans ces horizons nuageux, dans cet avenir incertain, c’est la populace qui trinque ; encore qu’il cherche à avoir à boire…
Publié le 05-10-2009 Source : en-afrique.info Auteur : en-afrique.info

4.Posté par hamedin le 06/10/2009 21:05
Pape Kane, je partage tes courageuses positions. Comment puis-je te joindre? Je vis en Allemagne. Des compatriotes et moi avons créé une cellule de soutien au candidat Wade ; nous aimerions entré en contacte avec le Pds section Benelux (et aussi avec tous les sénégalais de la diaspora qui soutiennent la politique du gouvernement de l´alternance) pour coordonner avec vous nos actions en faveur du président Abdoulaye Wade.

5.Posté par 23 le 06/10/2009 22:04
heing!!

6.Posté par domoda le 06/10/2009 22:56
Wa yaw Hamedin !! tu as tout dit toi tu veux faire partie de la cellule de soutien au candidat Wade.

C'est bien mais tu dois attendre 2012 pour cela. Pour le moment il n'est pas candidat c'est notre PRESIDENT si tu n'es pas au courant.

On a droit au chapitre et si les institutions fonctionnent pas bien on a le droit de manifester c'est la quintessence même de la DEMOCRATIE!

A vous entendre on ne va pas s'étonner du comportement de ces PARVENUS.
Si vous ne tenez pas à votre vie venez en Belgique.

Wassalam!

7.Posté par ox le 07/10/2009 01:09
hamedin ya niak boop deugue deugue

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State