Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pour exiger le paiement de leurs salaires : Les vacataires de l’Université font le siège de l’Agence comptable

Article Lu 11026 fois

Si les vacataires de la Faculté de droit ont été payés, ce vendredi, ce n’est pas le cas pour ceux des autres facultés. C’est la raison pour laquelle, hier, ces derniers ont improvisé un sit-in devant l’Agence comptable de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar pour exiger le paiement de leur dû.



Un groupe de délégués de vacataires de la Faculté des sciences et techniques, de Lettres et sciences humaines, de Médecine, de Sciences économiques et de gestion ont assiégé, ce lundi vers 8 heures, les locaux de l’Agence comptable de l’Université Cheikh Anta Diop, située à proximité du Rectorat. Cependant, le sit-in n’a pas duré. Le Secrétaire général de l’Ucad, Assane Cissé et Matar Seck, Doyen de la faculté des Sciences ont vite fait d’appeler, les vacataires en grogne à la négociation. Mais, force est de reconnaître que ces derniers sortiront déçus des pourparlers avec l’intérimaire du recteur Abdou Salam Sall et le secrétaire général du rectorat. ‘La situation n’a pas évolué. On a assisté à de gros discours. Mais le problème c’est qu’ils n’ont pas d’enveloppe pour nous payer’, s’est désolé le Dr Omar Niasse, au sortir de cette rencontre d’une quarantaine de minutes durant laquelle le secrétaire général a expliqué les difficultés financières de l’Ucad. Pour le contingent des vacataires de l’Université, toutes les facultés confondues sont à bout de patience ‘C’en est trop, maintenant, des promesses non tenues’. Par conséquent, le délai de 24 heures sollicité par le secrétaire général de l’Université a été concédé du bout des lèvres par les vacataires qui ont promis de revenir aujourd’hui s’enquérir l’évolution de la situation. ‘Pour moi, il n’y a qu’une seule chose à faire, il ne faut pas leur laisser le temps, sinon ce sera bientôt les vacances. Ils attendent toujours le dernier moment. Tout dépend maintenant de notre détermination’, déplore un délégué qui n’y comprend plus que dalle.
En échos, Amadou Diao, président des jeunes doctorants et jeunes docteurs, par ailleurs vacataire à la Faculté des sciences, déclare avec une once de regret : ‘on ne peut même pas se fier aux propos de ces gens-là’. Pour lui, l’Etat est le principal responsable de la situation difficile que vit l’Ucad et, par ricochets, les vacataires. ‘L’Etat ne joue pas le jeu. Il laisse pourrir la situation. Et pourtant les textes sont très clairs : les vacations sont payées tous les trois mois’, souligne Amadou Diao. Il dénonce la récurrence de ce genre de problème depuis dix ans. ‘C’est la même situation depuis dix ans’, regrette un enseignant qui a fait dix ans de vacation.

Pour éviter des situations de cette nature, les vacataires demandent que ‘l’Etat prenne ses responsabilités en prenant à bras le corps les problèmes de l’université’. Les vacataires qui font environ 50 % des effectifs du corps enseignant de l’Université invitent les autorités décanales, rectorales et gouvernementales à se pencher sérieusement sur leur sort dont ils sont peu satisfaits. ‘On déploie des moyens énormes pour faire fonctionner l’Université. Mais on ne fait rien pour régler nos problèmes. Il n’y a pas de plan de carrière pour nous, pas de couverture sanitaire. On est utilisé ; à la fin de l’année, on ne nous dit même pas merci !’, regrette ainsi Amadou Diao, le président des doctorants et jeunes docteurs. Omar Niasse de renchérir : ‘la vacation n’est pas structurée à l’Université. Le recrutement est contourné par la vacation. Avec les 55 800 étudiants, il va falloir recruter des enseignants, ce qui ne se fait pas. Le problème de l’Université c’est l’absence de recrutement de nouveaux enseignants. Aujourd’hui, il n’y a plus d’assistants à l’Université. Pourtant le besoin est là. Je ne vois pas pourquoi on ne recrute pas ?’, s’interroge Omar Niasse, vacataire à la Faculté des sciences. Pour lui ‘cette culture de la misère’ encourage la fuite des cerveaux. ‘Il faut que les autorités soient plus responsables. Ce qu’ils font c’est encourager l’émigration. Nous, nous refusons de partir, car nous voulons servir notre patrie’, soutient-il.

A signaler qu’hier, les vacataires des différentes facultés déjà en mal de reconnaissance ont ressenti comme injuste le fait que leurs collègues de droit qui avaient refusé de délibérer sur les résultats de la session rapprochée soient payés, vendredi dernier, en laissant en rade les autres. ‘Ils ne devraient pas payer les vacataires de la Faculté de droit et nous laisser en rade. Nous sommes des collègues, nous faisons le même travail, c’est aussi notre seule source de revenus. Payer les gens de manière sectorielle n’est pas la solution. Car le problème des vacataires est global’, signale Omar Niasse.

Mamadou SARR
Source: Walfadjri

Article Lu 11026 fois

Mardi 4 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State