Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pour barrer la route du pouvoir aux descendants du président : Des députés de l’opposition s’attaquent à l’article 8 de la Constitution

Article Lu 1504 fois

Les députés de l’opposition parlementaire étaient hier, les hôtes de la conférence des leaders du Front Siggil Sénégal (Fss), en vue d’exposer leur projet de proposition de loi relative à la modification de l’article 8 de la constitution dans l’optique de barrer la route aux descendants directs du président de la République dans le combat pour sa succession. Une « hibernation obligée » d’au moins, 5 ans après son départ.



Pour barrer la route du pouvoir aux descendants du président : Des députés de l’opposition s’attaquent à l’article 8 de la Constitution
Les honorables députés de l’opposition parlementaire Imam Mbaye Niang du Mrds, Me Ndèye Fatou Touré du Mouvement Tekki et Mousli Diakhaté de Jëf-jël (parti de Talla Sylla) sont en train de mener une tournée d’écoute de l’opinion sur leur projet de proposition d’une loi relative à la modification de l’article 8 de constitution. Et cela, dans l’esprit d’ôter, toute possibilité à un descendant direct du président de la République de le succéder au pouvoir, au moins, avant 5 ans, après son départ. Cet article stipulait que : « La République du Sénégal garantit à tous les citoyens les libertés individuelles fondamentales, les droits économiques et sociaux, ainsi que les droits collectifs. Ces libertés et droits sont notamment : Les libertés civiles et politiques : liberté d’opinion, liberté d’expression, liberté de la presse, liberté d’association, liberté de réunion, liberté de déplacement, liberté de manifestation, les libertés culturelles, les libertés religieuses, les libertés philosophiques, les libertés syndicales, la liberté d’entreprendre, le droit à l’éducation, le droit de savoir lire et écrire, le droit de propriété, le droit au travail, le droit à la santé, le droit à un environnement sain, le droit à l’information plurielle, les libertés et ces droits s’exercent dans les conditions prévues par la loi ». Ainsi, après la Confédération des syndicats autonomes (Csa), le Forum civil (Fc) et la Fédération générale des travailleurs du Sénégal (Fgts), Imam Mbaye Niang et ses collègues ont été les hôtes de la conférence des leaders du Front Siggil Sénégal (Fss), en vue d’expliquer leur projet. Aussi, après les avoir bien écoutés, les camarades de Moustapha Niasse comptent leur donner leur avis dans les tout prochains jours sur la question. En effet, selon un de nos interlocuteurs : « le motif de cette idée de proposition de loi est d’empêcher au moins, pendant cinq (5 ans), aux descendants et aux descendantes d’un Chef d’Etat de briguer un suffrage électif ». Autrement dit, il s’agit d’empêcher ces derniers et ces dernières de profiter de la position de leur parent au pouvoir pour se faire élire. D’ores et déjà, la conférence des leaders du Front Siggil Sénégal « se dit favorable à la multiplication des fronts pour la défense de la République et de ses institutions ». Par ailleurs, les camarades de Dansokho honoreront de leur présence, aux côtés des travailleurs, la célébration de la fête du travail du 1er mai. « Nous serons aux côtés des travailleurs, le jour du 1er mai en vue des les encourager pour leur combat pour l’amélioration de leurs situations », déclare Madior Diouf, le porte-parole du jour.

Source: Ferloo.com

Article Lu 1504 fois

Mardi 29 Avril 2008





1.Posté par SAKHO96 le 29/04/2008 06:40
SALUT. C'EST UNE BONNE IDEE que le bon DIEU vous soutienne. je vous propose une autre idee . proposez aussi un projet de loi qui dirait son presidentiable au senegal ceux qui ont seulement la nationalite senegalaise seulement .toute prsonne ayant double nationalite sont discalifies.
ce Wade vivra en france comme diouf avec notre argent.

2.Posté par Saliou Démanguy Diouf Artiste peintre. le 29/04/2008 20:01
J'ajouterai à cela qu'il faudra exclure des candidats à la présidentielle tout homme politique ayant fait au moins une fois la prison pour raison de corruption.C'est le cas de Idrissa Seck (et il n'est pas le seul. Il y a les grands corrompus comme Abdou Diouf et une part de ses gouvernements successifs ainsi beaucoup de membres des différents gouvernement de Wade). Ils peuvent nous servir à mieux nous préserver de la corruption qui explique largement les raisons de notre retard. Il ne sert à rien de mettre en prison un traitre, un beau parleur, un larron, un voleur, pour le disculper dans le but de le propulser à la tête de l'Etat. Je croyais que nous sommes assez avancés dans ce pays mais ce que je lis dans la presse me déçoit énormément. Les immigrés passent bcp de temps sur le net pour écouter notre pays en comparaison avec le reste du monde. Nous sommes bien placés pour savoir décortiquer les infos. Il faut metre en place un moyen de faire voter tous les sénégalais où qu'ils se trouvent. Nous qui sommes aux antilles, en Guyane, au Brésil, en Argentine et au Mexique, sommes exclus de nos droits de vote. Ce n'est pas normal puisque nous tous participons par notre labeur à l'équilibre de notre pays. Les immigrés sont presque tous dans un calvaire physique, psychologique ou moral parce que tout simplement nul ne veut vivre loin de sa famille surtout quand il en a la charge exclusive, normal qu'il s'inquiète et cherche toujours les solutions meilleurs pour l'équilibre de notre société. Ceux qui sont loin du pays depuis plus de 30 ans en ont plus assez. Nous voulons au moins exercer notre droit de vote pour décider ou participer à l'élection de notre président. Un homme sans faculté de prévision et sans principe basé sur la probité et le patriotisme ne doit pas vouloir diriger même pa une prcherie. Excusez moi mais je crois que l'Afrique a besoin non pas d'un mais de 53 SANKARA. Et ce n'est pas parce que je suis de sa génération que je prends son exemple. Je sais que quand j'avais 18 ans en mai 68, le gouvernement du Sénégal parlait déjà de l'OMVS. Qu'avons nous fait depuis avec l'irrigation? Avons pris l'exemple mouride de Cheikh Moustapha Bassirou Rabiala Anhou, pour planter au bord du fleuve 180 000 hectares de riz et de canne à sucre? Avons nous peur du travail ou bien refusons nous de voir la vie en grand? Que n'importe quel gouvernement de droite ou de gauche et même le gouvernement le plus corrompu me prenne pour conseiller dans ce secteur afin que je démontre au pays ce que doit être un homme vrai et un vrai patriote panafricain. Je suis excédé, chargé à bloc par toutes ces années perdues dans la palable, le reniement, la peur et l'amour immodéré de toutes les luxures de l'occident, et le Xawaré et la frime et la corruption, alors que notre peuple reste dans l'attente d'un leader africain carismatique, capable de l'instruire et de le faire travailler dans la seule perspective de notre développement. Je vous assure que ce n'est pas difficile. Prenez n'importe quel sénégalais d'un niveau doctorat, quelle que soit sa discipline et qui a vécu 20 à 30 dans le racisme occidental, il sera plus utile que 10 000 beaux parleurs comme nous en avons au pays. Cette racaille n'a ni l'envergure, ni la volonté de développer ce pays. Regardez l'Inde et la Chine pour vous rendre compte de l'importance de l'originalité tout comme celle de l'intégrité et de l'amour de son pays. Je signe toujours mes interventions que cela plaise ou non car je peux dire que je respecte et adore le Sénégal et dormir tranquillement. A chacun sa conscience. La votre est-elle tranquille? Wa salam.


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State