Référence multimedia du sénégal
.
Google

Portrait : Abdourahmane Guèye : la victime sénégalaise de Hissène Habré

Article Lu 1571 fois


Visage serein, teint noir, taille moyenne. Sans activité depuis sa libération des geôles tchadiennes, Abdourahmane Guèye se présente comme l’unique victime sénégalaise de l’ancien Président Hissène Habré. ‘Je suis aujourd’hui l’unique victime sénégalaise de Hissène Habré. Nous étions, mon compatriote Demba Gaye et moi des hommes d’affaires qui résidions à Bangui, en Centrafrique. C’était vers les années quatre-vingt. Nous étions des fournisseurs de bijoux en or et de pierres de diamants montées’, rappelle Abdourahmane Guèye. Aujourd’hui âgé de 61 ans, l’ancien prisonnier sénégalais de Hissen Habré vit avec ses deux épouses, ses fils et petits-fils, à Guédiawaye-Wakhinane, un quartier populeux de la banlieue dakaroise. Dans son salon spacieux et dénudé, Abdourahmane Guèye, assis sur un vieux canapé, se souvient, au détail près, des circonstances qui l’ont conduit dans une prison ‘militaire’ à Ndjaména.
‘Nous étions partis au Tchad pour livrer la commande (bijoux en or et pierre de diamants montés) des militaires français. C’était le dernier régiment (contingent du 20ème Rima) venant de Fréjus en France. C’est un mois après leur commande que ces militaires français ont quitté Bangui pour Abéché, au Tchad’, confie la victime sénégalaise de Hissène Habré. Abdourahmane Guèye dit avoir effectué le voyage, accompagné de Demba Gaye, avec l’armée française sur recommandation du colonel du dernier régiment, le colonel Rey. Avec, entre les mains, une marchandise d’une valeur de seize millions de francs Cfa.

‘Nous avons quitté Bangui, à bord d’un avion militaire français Transal, le 26 mars 1987, à 00 heure. Et nous sommes arrivés à Ndjaména à deux heures du matin’, se souvient encore Abdourahmane Guèye. Les deux hommes d’affaires sénégalais, en route pour Abéché, seront embarqués manu militari par la Direction de la documentation et de la sûreté (Dds), à leur sortie de la base militaire française. Par la suite, ils seront conduits au bureau de ladite direction, logé au palais de la République. C’est ici que va basculer à jamais la vie de Abdourahmane Guèye. Accusé, avec son compagnon d’infortune, d’être des espions du président libyen Moukhmar Khadafi, ils sont condamnés puis jetés dans des prisons séparées. ‘Depuis qu’ils (les agents de la Dds, Ndlr) nous ont conduits au palais, je n’ai plus revu mon ami Demba Gaye. Ils m’ont arraché tout et déshabillé. J’ai été conduit dans un camp militaire où se trouve une prison de la Dds. On m’a fait entrer dans une des six petites cellules que compte cette prison’, raconte avec peine, Abdourahmane Guèye.

Dans cette cellule, le prisonnier sénégalais de Hissène Habré est privé de tout : ‘pas de visite ni de soin’. Aucun contact avec le monde extérieur n’était possible, une fois qu’on franchit les portails des geôles de la Dds, renseigne notre interlocuteur. ‘Il y avait dans notre cellule, au moins, 180 personnes. Pas de lumière, juste des petits trous qui servaient de fenêtre.

J’ai trouvé beaucoup de personnes fatiguées, malades qui parlaient arabe. Moi, je ne parlais pas cette langue. Je suis resté au moins dix minutes devant la porte parce qu’il n’y avait pas d’endroit pour s’asseoir’, se souvient Abdourahmane Guèye. Selon qui, par manque d’hygiène, plusieurs de ses co-détenus rendaient l’âme. ‘C’était une cellule sans natte, juste du ciment. On dormait à même le sol. Pour faire notre toilette, nous devions nous mettre devant la porte. Il y avait chaque jour des morts. On venait, nuitamment, chercher des prisonniers pour les exécuter’ sérine-t-il. L’homme d’affaires sénégalais a vécu dans ces conditions durant six longs mois, avant d’être évacué dans une nouvelle prison de la Dds. Et c’est là, qu’il a appris la mort de son ami et compatriote sénégalais Demba Gaye. Après vingt jour de détention à la prison, Abdourahmane Guèye, malade, retrouve la liberté grâce dit-il, ‘à l’intervention de l’ancien président Abdou Diouf’.

Plus que jamais actif pour que justice soit faite dans l’affaire ‘Hissen Habré’, Abdourahmane Guèye se bat, par la même occasion, pour rencontrer le président Abdoulaye Wade. A ce dernier, la victime sénégalaise de Hissen Habré veut raconter, de vive voix, ‘des choses qui ne peuvent pas être dites dans les journaux’.

Source: Walfadjri

Article Lu 1571 fois

Mercredi 24 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State