Référence multimedia du sénégal
.
Google

Polémique autour de 200 millions de Rufisque versés à la Présidence : Ndiawar Touré s'explique

Article Lu 1744 fois

Ndiawar Touré, ex-maire de Rufisque, ancien ministre, vice-Président de l’Assemblée nationale et conseiller municipal de la vieille Cité de Tengeudj a déclaré à Genève où il participait à la 121e Assemblée de l’union Interparlementaire, cette ‘Nations Unies’ des Parlements que ceux qui l’ont accusé de verser 200 millions mensuellement à la Présidence de la République, lui ont rendu service. ‘Désormais, la Présidence se fera une idée claire que toutes les attaques sur ma personne n’étaient que de la contre-vérité’, dixit Ndiawar Touré qui appelle l’équipe de Mamaya Sène à se ressaisir et à travailler pour l’intérêt de Rufisque qu’il appelle à ‘protéger contre toute tentative de destruction’.



Polémique autour de 200 millions de Rufisque versés à la Présidence : Ndiawar Touré s'explique
Wal Fadjri : Vous avez lu sur le net les propos du représentant de la Ld, qui ont été relayés par la presse, vous accusant de verser chaque mois 200 millions de francs Cfa à la présidence de la République. Qu’en dites-vous ?

Vous savez, moi, j’avais décidé de ne plus parler de ces attaques qui n’ont aucun sens et qui sont dénuées de vérité ; elles sont à la limite ridicules. C’est de l’enfantillage. Aujourd’hui, c’est à partir de Genève que j’ai vu dans la presse une attaque qui me fait véritablement rire. Et comme j’ai dit, c’est très ridicule et venant de l’opposition, on comprend parfaitement. C’est pourquoi je ne veux pas répondre à cela.

Wal Fadjri : Ne pensez-vous pas que vous devez clarifier la situation, au moins pour l’opinion publique ?

Je laisse les populations apprécier parce que parler de 200 millions de FCfa à donner chaque mois au profit de la Présidence de la République, c’est quand même ridicule. Comment peut-on décaisser une telle somme dans une mairie ? On m’avait même accusé d’offrir des postes d’emploi à Doudou Wade et à Farba Senghor.

Mais cette nouvelle accusation a un grand avantage pour moi. Cela démontre à la Présidence que ce que les gens ont raconté sur moi depuis longtemps, c’est de la contrevérité. Ce n’est quand même pas décent de donner de l’argent comme ça à la Présidence parce que ce n’est pas correct et cette accusation ne mérite même pas qu’on y réponde surtout que celui qui l’a faite était adjoint au maire dans mon équipe sortante dont il a voté tous les comptes administratifs. Veut-il dire alors qu’il a lui-même approuvé un vol! (Rires).

Wal Fadjri : Votre successeur Badara Mamaya Sène est aussi attaqué. Etes-vous content pour cela ?

Ce que je peux vous dire, c’est que je suis triste pour ma ville. C’est tout. (Rires)

Wal Fadjri : Avez-vous un plan pour revenir à la tête de la mairie ?

J’ai tourné la page de la mairie. Du moins, pour le moment. Je suis dans d’autres stations. Je pense avoir bien été écouté lors de ma passation de service pendant laquelle je déclarais toute ma volonté d’être à la disposition de ma ville. Là où je suis, je peux aider autant mon pays que ma ville.

Wal Fadjri : Etes-vous fier de votre bilan à Rufisque ? Vos projets ont-ils été tous réalisés ?

Bien sûr, des choses qu’on aurait pu faire, il en existe toujours. On est des êtres humains, on réalise certaines choses et on rêve d’en faire d’autres. Je préfère laisser les Rufisquois apprécier mais il est clair que je marche la tête très haute à Rufisque tant au point de vue de mes réalisations que de la prise en charge de l’attente des populations. Je suis très fier, quand bien même, j’aurais aimé faire plus. Ainsi va la vie. La vie est une continuité de même que l’administration. On vient, on trouve une situation initiale, on essaie de l’améliorer. On fait des choses bien, d’autres pas bien, et il restera des choses à faire.

En définitive, je suis très fier du travail réalisé. Les Rufisquois vous le diront. D’ailleurs, ils commencent à écrire sur les murs ‘nous voulons le retour de Ndiawar’. Mais, que l’équipe municipale se rassure, moi, j’ai d’autres choses à faire parce que la vie, ce n’est pas uniquement les mairies quand même. Il y a l’Assemblée nationale et d’autres structures.

Wal Fadjri : Pouvez-vous nous donner une idée du budget municipal avant et après votre arrivée ?

Avant mon arrivée à l’institution municipale, le budget qui était réalisé par la Délégation spéciale était de 2 milliards de F Cfa. A mon départ, le budget prévisionnel était de 7 milliards. On l’atteignait à peu près de 60 à 70 %. Ce, dès la première année. En 2002, on était à 2 milliards. En 2003, on était à 4 milliards et l’année suivante, le budget a été porté à 7 milliards de F Cfa. Malheureusement, on a connu un problème en 2008, avec la crise financière qui a eu un impact négatif sur l’économie mondiale et sur les budgets des Etats. Naturellement, aussi, sur le budget des collectivités locales. C’est pour cela qu’on n’a pas pu réaliser tout ce qu’on voulait faire. Et c’est avec regret que je laisse un projet qui aurait pu être réalisé si l’on n’avait pas cette crise. Il s’agit du projet d’installation d’une usine de traitement d’ordures qu’on avait finalisé mais il restait tout simplement à continuer la procédure.

Il y a également un autre projet portant création d’un centre de formation dans les métiers de l’agriculture avec nos partenaires du Le Soleil dans la région de Perpignan. C’est un centre de formation dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication avec le Global City Dialogue qui regroupe les deux cents collectivités locales qui travaillent sur les Ntic. J’en assurais la vice-présidence. C’est donc la non réalisation de ces projets que je regrette. Mais je les ai laissés à mon successeur. J’ai pensé aussi qu’il allait sauter sur cette occasion pour les réaliser au bonheur des populations. Ce n’est malheureusement pas le cas. Les Rufisquois font confiance à la nouvelle équipe, pour ma part, tout ce que je regrette, c’est que ces projets ne soient pas réalisés. J’espère par ailleurs que d’autres projets plus importants seront réalisés. Le plus important, ce n’est pas Ndiawar, ni Mamaya, ni Mbaye Jacques. Quelle que soit la personne qui dirige, ce qui urge, c’est qu’elle travaille pour l’intérêt de Rufisque. De toute façon, nous, nous passons mais l’institution va demeurer et je pense que l’actuelle équipe municipale va se ressaisir pour une bonne marche de la municipalité.

Wal Fadjri : Vous pensez qu’elle n’est pas sur la bonne voie ?

Si j’en parle c’est pour uniquement les pousser, pour les aider à se mettre sur la bonne voie parce que cette ville nous appartient et personne n’a le droit de la détruire. Nous avons le devoir impérieux de nous opposer à toute tentative dont les résultats seraient la destruction de Rufisque. Si je parle, c’est surtout dans ce sens et Dieu sait que j’aurais aimé le faire, pas en tant que maire sortant. Et si vous avez bien observé, il y a eu des attaques quotidiennes sur ma gestion mais je n’avais jamais voulu répondre à cela. Et pour une fois que je suis sorti de ma réserve pour donner des réponses, je reçois d’autres attaques. Mais je ne regrette pas du tout de l’avoir fait en tant que citoyen. Encore que mon ambition était d’aider l’équipe municipale à se ressaisir.

Propos recueillis à Genève par El Hadji Gorgui Wade NDOYE (ContinentPremier.Com)
Source Walfadjri

Article Lu 1744 fois

Vendredi 23 Octobre 2009





1.Posté par rimg le 23/10/2009 15:56
espece de voleur .di diapa diabarou diambour yow akh ndiaga sow ,et tous tes proches. journalistes allez photographier sa maison tout en marbres, et une autre de ses maison kil etait en train de transformer lorkil a ete debarker. en tt cas tt rufisk t a deja tourne le dos

2.Posté par ideu président mouvement réélre wade 2012 le 23/10/2009 16:30
reelir wade 2012 sotien le president de la federation depardementale de rufisque ndiawar toure pour ne pas trop dire le mouvement avec ses hommes politiques et intelectuels est derriere le president wade pour la reelection en 2012 pour un seneqal meilleur et une afrique unie ida gueye club de l alliance panafricaniste de rufisque.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State