Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pluies diluviennes à Vélingara : 15 bâtiments et 26 cases détruits par les eaux à Wassadou

Article Lu 1454 fois

Les fortes pluies qui se sont abattues dans le village de Wassadou, chef-lieu de communauté rurale situé au sud du département de Vélingara, y ont causé d’importants dégâts matériels. Le bilan ne cesse de s’alourdir. Ainsi 15 bâtiments et 26 cases ont été détruits par ces eaux de pluie, d’après le recensement fait par les deux chefs de village, Aliou Diao et Kanta Baldé. Et les victimes, devenues des ‘sans domicile fixe’, ont été relogées dans leur majorité par des parents.



(Correspondance) - ‘Depuis le 2 août, des pluies diluviennes s’abattent sur le village de Wassadou. De nuit comme de jour, il pleut. La conséquence a été la destruction de quinze bâtiments et vingt-six cases. La menace est toujours là, puisque la pluie continue de tomber’. Le témoignage est d’Aliou Diao, l’un des chefs de village de Wassadou, un chef-lieu de communauté rurale situé au sud du département de Vélingara. L’humidité du sol a atteint un niveau tel que cela a créé une psychose au sein des populations. Dans les rues comme dans les maisons, les eaux de pluies stagnent. Et il n’est pas rare de voir des cases où les pourtours sont trop humides et menacent de céder. En fait, les habitants de ce gros village du Pathiana perdent le sommeil à chaque fois que le ciel est envahi par les nuages d’autant que toutes les constructions sont faites à base de terre battue, à l’exception des bâtiments construits par les émigrés. ’Nous ne savons pas ce que demain sera, se lamente Aliou Diao. Après chaque nuit de pluie, le lendemain, chacun se précipite chez son voisin pour s’enquérir de la situation. C’est pour voir s’il n’y a pas de dégâts causés par les eaux de pluies. Et la solidarité s’organise aussitôt. C’est pourquoi, nous demandons à l’Etat de l’aide pour atténuer nos difficultés.’
De nombreux villages de la communauté rurale de Wassadou ne sont pas épargnés par ce phénomène. C’est le cas à Niangouré, un village situé à 2 km de la frontière avec la Guinée-Bissau où cinq cases sont tombées. Le pire a été évité de justesse dans un village d’à-côté au moment où la case où se trouvait toute une famille tombait, un immense arbre est tombé dessus. Cette famille n’a eu la vie sauve que grâce aux piquets qui ont bloqué l’arbre et certains pans du mur de la case.

Tous les postes pluviométriques sont excédentaires dans le département de Vélingara. La commune de Vélingara a enregistré, à la date du 30 août 2007, 620,3 mm en 41 jours contre 364,9 mm l’année dernière en 39 jours, soit un écart de 256 mm. Dans l’arrondissement de Bonconto, les précipitations sont de 742,7 mm en 36 jours contre 456,3 mm, soit un excédent de 286,4 mm. A Kounkané, les pluies enregistrées sont de 838 mm en 44 jours alors qu’en 2006, la localité a enregistré 438,6 mm, soit un surplus de 399,4 mm. Et Pakour a dépassé la barre des 1 005,7 mm contre 600 mm en 2006, soit un écart de 405,7 mm Selon Alouise Kantisang, chef de service départemental du développement rural de Vélingara, ‘les écarts sont énormes. Depuis 1997, jamais un poste n’a enregistré une pluviométrie qui a dépassé 1 000 mm au 31 août. Cette année est une saison exceptionnelle’.

L’année dernière, le mois de juillet a été moins pluvieux que cette année.

Pour cette saison, le mois de juillet a connu des pluies régulières.

Cependant, à la deuxième décade du mois de juillet, la pluviométrie avait été très faible. Et selon Alouise Kantisang, cette situation a entraîné une pourriture des graines d’arachide de la variété 69.101. Mais le chef de service départemental du développement rural s’est vite empressé de préciser que ces pourrissements ne sont pas dus à la mauvaise qualité des semences d’arachides, mais plutôt à l’insuffisance de l’humidité. Autre fait à déplorer, selon Alouise Kantisang, l’inexistence de stock de pesticides pour parer à tout péril acridien bien que la situation phytosanitaire soit calme. L’autre difficulté des populations, c’est le fait que les agriculteurs se plaignent de l’enherbement des champs constaté ces derniers jours. Avec ces pluies ininterrompues, les paysans vivent dans l’inquiétude. Ils ne peuvent plus cultiver leurs champs à cause de ces pluies.

Cheikh DIENG
Source: Walfadjri

Article Lu 1454 fois

Mardi 4 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State