Référence multimedia du sénégal
.
Google

Peut -on encore leur faire confiance ?

Article Lu 11458 fois

En cette période de consultations diverses, les populations ont-elles encore confiance en leur classe politique? Papa a enquêté.



Peut -on encore leur faire confiance ?
C'est presque un secret de polichinelle que de dire que les hommes politiques n'attirent plus les électeurs. Ces derniers désertent de plus en plus les bureaux de vote lors des scrutins. Pourquoi les électeurs se détournent-ils des politiques? Moustapha Bitéye un étudiant en Droit trouvé en pleine révision de ses cours tente de trouver une justification au phénomène: "les hommes politiques ont perdu pour moi toute crédibilité. C'est la raison pour laquelle les populations se sont détournées des politicien". Le constat est presque généralisé dans tout Dakar, le divorce est prononcé. Pour Badou Ndiaye, cadre dans une banque de la place, les hommes politiques ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes. S'ils ont perdu du crédit ce n'est pas la faute des électeurs. Selon lui, "le contrat qui lie les politiques et le peuple, ce dernier l'a toujours respecté. A chaque élection les citoyens se rendaient massivement aux urnes mais au finish rien ne bouge".

La désolation se ressent dans toutes les couches sociales de la population. Des plus aisées aux plus défavorisées. L'augmentation du coût de la vie, le chômage endémique qui frappe de plein fouet les jeunes (frange de la population la plus importante), les scandales financiers, l’opacité entourant la gestion de certains fonds publics, sont autant de facteurs qui ont exacerbés le mécontentement populaire.

Pierre Faye fulmine: "Moi, je ne voterai plus pour un candidat quelle que soit sa tendance. A chaque élection je me présente devant les urnes, mais je n'ai constaté aucun changement dans ma vie quotidienne". Les déçus sont nombreux et les raisons de trouver un espoir dans la classe politique se cherchent. Que faire donc pour renouer le fil du dialogue entre politiques et électeurs ? Pierre croit détenir la formule magique: "le lien peut être renoué si les politiques respectent leurs engagements envers la population. Je trouve injuste que lors des campagnes électorales ils fassent des promesses mirobolantes et qu'à la fin ils ne respectent pas leur parole. C'est vraiment déplorable, il faut rectifier cela le plus vite possible". Si pour Pierre il faut un respect scrupuleux des engagements, Badou milite plutôt pour un renouvellement de la classe politique sénégalaise. Il faut selon lui "créer un nouveau leadership pour donner plus de vie à la chose politique". Car tout pouvoir use et le peuple a besoin parfois de sang neuf et d'un nouveau souffle".

Si certains pensent que le respect des engagements sera la panacée, d’autres suggèrent que l'on associe plus les femmes à la politique et qu'elles soient responsabilisées davantage. Nafissatou Ngom, secrétaire, pense que les hommes ont montré leurs limites et qu’il est temps de donner leur chance aux femmes afin qu'elles puissent s'exprimer sur le terrain et montrer ainsi leur savoir faire. Du moment où il y a une émergence des femmes sur la scène politique internationale, quoi de plus normal que les sénégalaises aspirent également a occuper des postes politiques d’envergure. Et notre interlocutrice d’y aller avec un plaidoyer: "vous avez été déçu par les hommes politiques, donnez la chance aux femmes et je vous promets que vous ne le regretterez pas". Affaire à suivre…

Papa Keita

Source: Dakarblog.info

Article Lu 11458 fois

Mardi 3 Juin 2008





1.Posté par deukeubii le 03/06/2008 09:57
une question Absurde
le titre me pousse a ne pas lire le contenu

2.Posté par PATRIOTE le 03/06/2008 10:26
L'ideal se serait une république sans hommes et femmes politiques.
Cette race d'homme n'a qu'une seule obsession :
obtenir le pouvoir et surtout le garder !!!!
Alors, si nous pouvons faire sans eux, il faut le faire.

3.Posté par REBELE le 03/06/2008 16:45
NON, pas que les marabouts. C'est la faillite de tout un système social. Les repères sont mouvants et les modèles défaillants. Aprés on s'étonne d'une jeunesse dépravée et perdue. On fustige le peuple qui aspire à s'en sortir par "tous" les moyens à sa disposition. Quand le politique avoue ses détournements impunis, quand le Religieux se bat pour sa part du gâteau, la jeunesse s'enivre et se cherche.

4.Posté par aaaaaa le 03/06/2008 17:00
Non c est termine pour cette generation.
Wade termine et c est fini

5.Posté par pithios le 03/06/2008 17:09
ils se sont montres volontaires pour participer aux affaires de la cite quelques soient leurs incompetences et leurs malhonnetetes.seul idy me semble capable de redresser le pays et d'en faire en voie de developppement parce que tout simplement il a la qualite de l'imagination.

6.Posté par ALA DERIVE le 03/06/2008 20:14
MAIS C VRAIS SA NE MéRITE PAS UNE LECTURE KEL DEMANDE
UNE GéNéRATION DE POLITICHIEN DE SE GENRE VRAIMENT SA SUFFIT

7.Posté par ALA DERIVE le 03/06/2008 20:18
CE GENRE DE POLITIK POLITICHIEN L'AFRIK EN A ASSé


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 13:42 « Khalifa Sall n’est plus dans le Ps »

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State