Référence multimedia du sénégal
.
Google

Petites et moyennes entreprises : Madické Niang invite à une mise à niveau

Article Lu 1453 fois


Petites et moyennes entreprises : Madické Niang invite à une mise à niveau
Au terme de sa visite de terrain dans les services relevant de son département hier, le ministre des Mines et de l’Industrie, Me Madické Niang, a tenu un discours de la méthode aux Petites et moyennes entreprises (Pme) qui constituent l’essentiel du tissu industriel sénégalais. Ainsi, a-t-il invité fortement les Pme à se mettre à niveau pour aspirer à la ‘compétitivité’ et à la ‘qualité’, leviers fondamentales pour espérer gagner des parts de marché ici, avant d’envisager de conquérir l’Afrique et le monde.

C’est au pas de charge que Me Madické Niang a mené sa visite au niveau des différents services relevant de son département. Ainsi, tour à tour, le ministre en charge des Mines et de l’Industrie depuis le mois de juin dernier et son staff se sont rendus au niveau de la Bourse nationale de sous-traitance et de partenariat du Sénégal (Bnsps) sise à l’avenue Peytavin, à l’Agence sénégalaise pour l’innovation technologique (Asit), située au boulevard de la République, à l’Agence de développement et d’encadrement des Petites et moyennes entreprises (Adepme) sur la route de Ouakam, puis à l’Association sénégalaise de normalisation (Asn), avant de boucler la tournée à l’Institut de technologie alimentaire (Ita) sise sur la route des Pères maristes à Hann. Au niveau de ses différents services, le ministre a pris beaucoup de notes, mais a également prêté une oreille attentive aux présentations des responsables de services visités.
Ainsi déclinant les objectifs auxquels, il s’est assigné à ce département ministériel, Me Madické Niang s’est engagé à ‘reprendre en main les problèmes des Petites et moyennes entreprises’ dans le cadre d’une stratégie de ‘redéploiement’ et de ‘développement harmonieux’ du tissu industriel sénégalais. Aussi, le ministre des Mines et de l’Industrie a invité de vive voix les Pme à se ‘mettre à niveau’. ‘La plus grande ambition que je peux nourrir pour ce département, c’est qu’il ait plus de création d’entreprises que d’entreprises en disparition. Pour cela rien ne sera laissé au hasard’, a confié d’emblée Me Madické Niang. Assurant que ce n’est nullement un ‘vœux pieux’, mais plutôt un objectif réaliste auquel il veut se donner les moyens de l’atteindre.

Pour se faire, le locataire de l’avenue Peytavin entend tabler sur deux instruments majeurs : la loi d’orientations de Pme qui sera votée incessamment par le Parlement et la lettre de politique sectorielle qui va être élaborée bientôt. De fait, Me Madické Niang souhaite une plus grande impulsion des Pme à travers la mise à niveau qui offre un cadre propice pour le développement des entreprises concernées. ‘La mise à niveau va être l’instrument fondamental pour permettre à notre tissu industriel d’être compétitif. Sans mise à niveau, nous ne pouvons pas accéder à cette compétitivité dont nous avons besoin. Et sans compétitivité nous serons battus ; je ne dis pas sur les autres terrains, mais sur notre propre terrain’, a martelé Me Madické Niang. Avant de se féliciter du fait que les entreprises se bousculent pour se mettre à niveau grâce au programme de mise à niveau du gouvernement géré par le Bureau de mise à niveau rattaché au cabinet du ministre des Mines et de l’Industrie. ‘Aujourd’hui les Sénégalais le comprennent. Si je ne me trompe pas, nous avons 267 entreprises qui ont adhéré au programme pour la phase pilote. Cela montre que certains entrepreneurs ont compris que c’est la voix par laquelle on peut aboutir au succès, c’est-à-dire être compétitif et pouvoir produire au maximum’, s’est encore réjoui Me Niang.

De l’avis du ministre des Mines et de l’Industrie, tous ces instruments devraient nous permettre de trouver des solutions aux questions de financements et d’intrants dont l’énergie. ‘Il suffit simplement d’être dans une démarche participative et d’amener les industriels à s’inscrire dans une voie qui peut être heureuse pour leur industrie’, a dit Me Madické Niang non sans préciser, pour que nul n’en ignore : ‘nous ne pouvons pas faire les entreprises à la place des entrepreneurs et des industriels. Nous ne pouvons que les mettre dans un cadre propice, les accompagner pour que ces entreprises puissent être créées et avoir une vie riche’.

Dans son exposé, le directeur par intérim du Bureau de mise à niveau, Amadou Lamine Ndiaye, a expliqué que le programme de mise à niveau a pour but , entre autres, de renforcer la compétitivité des produits et services sénégalais. Il permettra à terme, de faire face à la concurrence des produits d’importation sur le marché local et de développer les exportations en direction de la sous-région et des pays du Nord. ‘L’enjeu est aussi de permettre aux Petites et moyennes entreprises d’effectuer les choix stratégiques nécessaires pour affronter, dans les meilleures conditions, la concurrence étrangère sur le marché local et de tirer profit des opportunités d’exportation qu’offrent l’Uemoa, la Cedeao et les marchés internationaux’, a indiqué Amadou Lamine Ndiaye, directeur intérimaire du Bureau de mise à niveau. En termes, d’impact, les résultats portent sur l’augmentation de la compétitivité et de la rentabilité des Petites et moyennes entreprises (Pme), mais aussi sur la croissance de leur part de marché au plan local et international.

Le programme de mise à niveau est piloté par un comité de pilotage, présidé par le secteur privé. Selon toujours M. Ndiaye ‘cette configuration répond à la volonté de l’Etat d’associer le secteur privé à la mise en œuvre des programmes d’appui qui les concernent’.

Pour accéder au programme de mise à niveau , dans sa phase pilote, les entreprises sont tenues de satisfaire aux critères d’éligibilités que sont : être une entreprise privée de droit sénégalais en activité et ayant plus de deux années d’activité, ne pas être en faillite, avoir un chiffre d’affaire inférieur à 15 milliards de francs Cfa, bénéficier du soutien d’un partenaire financier, s’engager à faire certifier annuellement ses comptes et à respecter les conditions du processus de mise à niveau.

Mamadou SARR
Source: Walfadjri

Article Lu 1453 fois

Mercredi 17 Octobre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State