Référence multimedia du sénégal
.
Google

Pédophilie à Diourbel: Le boutiquier caressait les parties intimes d'une fillette de 4 ans

Article Lu 1594 fois

Boutiquier de son état au quartier Gare Bou Mag de Touba. Abdoul Ahad Seck, âgé de 30 ans, a été déféré au parquet le 8 Novembre. Attrait aujourd'hui à la barre du tribunal des flagrants délits de Diourbel, il répondait du chef d'accusation de tentative de viol sur une fillette de 4 ans.



C'est un homme frêle, qui visiblement ne donne pas toutes les caractéristiques d'une personne qui jouit totalement de ses facultés mentales, qui s'est présenté à la barre du tribunal. Abdoul Ahad Seck, âgé de 30 ans, boutiquier au quartier Gare Bou Ndaw de Touba, comparaissait devant le tribunal des flagrants délits de Diourbel. Il répondait du chef d'accusation de tentative de viol sur une fillette âge de 4 ans. La victime, comme font tous les membres de sa famille pour effectuer leurs achats, passe par la porte de la boutique, qui donne accès à la cour de leur maison. Le 8 Novembre dernier, munie de 25 francs que sa mère lui a remis pour acheter des bonbons, N.G. comme d'habitude passe par la porte de raccourcis pour se procurer des bonbons. Après une attente qui a trop duré, sa mère décide alors d'envoyer sa soeur pour aller la chercher. Cette dernière, une fois sur les lieux, surprend Abdoul Ahad Seck en tenue d'Adam, sous le comptoir, en train de caresser les parties intimes de la fillette. Le témoin détale comme un lièvre pour alerter les parents de la petite N.G. Ces derniers se ruent vers la boutique pour constater les faits. Avant leur arrivée, Abdoul Ahad s'était déjà rhabillé, mais son pantalon était toute mouillée de sperme. Devant la barre, le prévenu a reconnu les faits qui lui sont reprochés, mais estime toutefois agir avec inconscience, car il a des déficiences mentales. Ce que le maître des poursuites a confirmé en présentant le rapport d'expertise d'un psychiatre. Le rapport décèle des anomalies mentales dues à des crises d'épilepsie dont le prévenu est souvent victime, surtout à la tombée de la nuit, qu'il appelle dans leur jargon « moment crépusculaire ». L'avocat de la partie civile a abondé dans le même sens, en soutenant que le père de son client est un déficient mental, ce qui le plus souvent est héréditaire. Ainsi, il a demandé sa relaxe. Le tribunal a renvoyé le délibéré pour le 15 Novembre.

Source: L'observateur

Article Lu 1594 fois

Samedi 17 Novembre 2007





1.Posté par LE NEGRE le 17/11/2007 15:59
FRANCHEMENT CE JOURNALISTE PERD LES PEDALES.
UNE FOIS C'EST, BOUTIQUIER GARE BOU MAG, ET UNE AUTRE FOIS BOUTIQUIER GARE BOU NDAW.
LAQUELLE EST CE DES DEUX GARES CHER JOURNALITE DE MES DEUX.???
BOU MAG OU BOU NDAW.? IL FAT CHOISIR POUR MIEUX NOUS ECLAIRER.


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State