Référence multimedia du sénégal
.
Google

‘Palaçou SAMAKE’ et ‘Palaçou DIALLO’ : Deux ‘bourses’ de domestiques

Article Lu 1464 fois


‘Palaçou Samaké’ et ‘Palaçou Diallo’ sont deux espaces qui se distinguent par une particularité : celle d’être des lieux d’accueil de domestiques qui viennent de tous les coins du Sénégal pour trouver un boulot. Entre elles et les patrons, Pa Samaké et Diallo jouent les intermédiaires.

‘Palaçou Samaké’ sise à Liberté 6 et ‘Palaçou Diallo’ sise à Sacré Cœur sont deux lieux qui retiennent l’attention de tous les passants. Pas parce qu’il s’y passe quelque chose d’extraordinaire, mais parce qu’ils accueillent tous les jours des filles en quête d’emploi et venant d’horizons divers. Si vous arrivez sur ces lieux, la première question qu’on vous pose est de savoir si vous cherchez du travail. Et tout de suite, on vous met en rapport avec Pa Samaké ou Diallo.
Ces ‘chercheuses d’emploi’ se regroupent par petits groupes sous le soleil ardent et hument l’air pollué. Les unes assises à même le sol sous l’ombre des arbres, les autres sur des briques devant les maisons environnantes alors que certaines d’entre elles s’asseyent sur les barrières les séparant de la route ou se couchent parfois sur leur pagne. Ainsi débutent les discussions avec parfois des éclats de rire. Les plus timides ou complexées de leur situation tournent le dos ou cachent leur visage dès l’arrivée d’un journaliste. Toutes les tranches d’âge y sont représentées. Les yeux fixés sur tout arrivant ou une voiture qui stationne devant elles, ces domestiques attendent sans se lasser une personne qui cherche une employée de maison. Elles viennent de Mbour, Bargny, Guédiawaye, Grand-Yoff, Parcelles Assainies etc. Elles quittent chez elles à 6 h ou 5 h du matin pour ne rentrer que le soir sans parfois trouver du travail.

Si quelqu’un arrive sur les lieux pour que Samaké ou Diallo lui trouve une domestique, il est laissé à la fille le soin de choisir son propre prix en fonction du travail qu’elle aura à faire. ‘Nous laissons les filles marchander avec leurs patronnes pour s’accorder sur un prix, car ce sont elles qui travaillent et pas nous. Elles ont donc le droit de fixer le salaire qui leur convient’, font savoir les deux vieux. Mais chaque patron leur donne 1 000 francs en guise de récompense en cas d’accord et ils prennent aussi les coordonnées de l’employeur.

Cependant, si Pa Samaké qui ‘emmène des domestiques jusqu’en Afrique du Sud, en Guinée, au Mali, etc.’, s’enquiert des nouvelles de ces dernières, Diallo par contre, gardien de son état, dit n’avoir pas le temps de les suivre même s’il détient des copies de leurs pièces d’identité. Ainsi déclare-t-il, ‘parfois il m’arrive de vouloir tout laisser tomber pour me limiter à mon travail de gardiennage. Par pitié pour ces jeunes filles, je change toujours d’avis, mais j’avoue que ce n’est pas du tout facile’. Toutefois, il fait savoir qu’il arrive rarement qu’un employeur vienne se plaindre auprès de lui pour mauvais comportement d’une domestique.

Pa Samaké a son siège à Liberté 6 depuis 1997 sur autorisation du maire de Derklé d’alors. Mais il ne cache pas son désir d’avoir des bureaux implantés dans toute la ville de Dakar pour mieux accomplir sa mission. Diallo, lui, n’a pas eu ce privilège. Les riverains viennent souvent se plaindre auprès de lui de l’occupation de la devanture de leurs demeures par les domestiques.

Source: Walfadjri

Article Lu 1464 fois

Samedi 29 Septembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State