Référence multimedia du sénégal
.
Google

PROSTITUTION ET TOURISME AU CAP SKIRRING La saison des rencontres «hot» est ouverte

Article Lu 11356 fois


Les ardeurs des joyeux lurons connaissent une vitesse exponentielle à la station balnéaire de Cap Skirring tant et si bien qu’il n’est pas exagéré de dire que la saison des rencontres sexuellement chaudes et intensives est ouverte. Reportage.
Cap Skirring, la station touristique qui fait le charme et la beauté de la Casamance vit véritablement au rythme de la saison touristique. Et par ces temps, la ville touristique est envahie par des prostituées venues d’horizons divers qui rivalisent d’ardeur tous les jours avec leurs aguichantes tenues dans les boîtes de nuit les plus huppées de la place. C’est l’incontournable rond-point de la station balnéaire qui est le plus fréquenté. Les jeunes filles, bras dessus bras dessous à côté de leur compagnon noir ou blanc, y déambulent tranquillement à partir de 1h du matin. C’est seulement à partir de 2 heures de la nuit - quand les pigeons, perchés du haut des fromagers qui surplombent tout le village, commencent à roucouler - que la vraie ambiance commence. Sacs à la main, les prostituées se bousculent à l’entrée des dancings à la recherche surtout d’un homme blanc. Parce que, arguent-elles, « Ce sont eux qui mettent souvent le prix». À chaque coin, ce sont des marchandages à n’en plus finir. Si accord il y a, le couple, bras dessus bras dessous, s’éclipse pour une partie de jambes en l’air. Et en cas de desaccord, la péripatéticienne continue sa «chasse». À en croire M.D, les prix de la passe varient entre 15.000 Fcfa et 20.000 Fcfa. « Mais parfois, il nous arrive de rencontrer un touriste qui veut passer la nuit avec nous et nous lui réclamons 40.000 à 50.000Fcfa », poursuit M.D. Mais chose bizarre dans ce monde touristique : ce sont des jeunes filles - loin de leurs parents - qui côtoient des quinquagénaires ou des sexagénaires adeptes du coït rapide. L’activité est intense à cette période où la saison touristique est ouverte à Cap Skirring. Ce qui n’est pas sans exaspérer certaines populations. «Nous sommes en train de perdre nos valeurs. Nos moeurs se dégradent de jour en jour. Et nos enfants risquent d'être contaminés par ce phénomène de la prostitution qui commence à prendre des proportions inquiétantes», confie ce père de famille qui a requis l’anonymat. À l’en croire, «les autorités et les forces de l’ordre ne font plus leur travail à Cap Skirring, d’où le développement de la prostitution qui favorise le sida dans la localité ». En attendant de trouver une issue heureuse au phénomène, ce sont aussi des prostituées clandestines qui arpentent nuitamment les rues à la recherche de leur «proie». «Nous aussi, nous avons notre partition à jouer pour cette saison touristique. Et nos principaux clients sont essentiellement ceux-là que nous rencontrons sur la route soit à bord de leur voiture soit à pied», plaide S. F. Si la prostitution est partie intégrante du tourisme, force est de reconnaître, selon bon nombre de professionnels établis dans le secteur, qu’il est temps de procéder à un assainissement rapide du secteur. Faute de quoi, disent-ils, « le plus vieux métier du monde risque un jour de porter un coup dur au tourisme»

Source: L'observateur

Article Lu 11356 fois

Mercredi 13 Février 2008





1.Posté par diolofman le 14/02/2008 22:44
« le plus vieux métier du monde risque un jour de porter un coup dur au tourisme»

Bien sur et les populations locales on s'en tape !!!

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State