Référence multimedia du sénégal
.
Google

PROMOTION ET DEVELOPPEMENT DES PME : La loi d’orientation adoptée

Article Lu 11076 fois


Le Sénégal vient de se doter d’une loi d’orientation relative à la promotion et au développement des Petites et moyennes entreprises (Pme). Celle-ci vise à lever les contraintes qui freinent le développement de ce secteur important de notre économie.

La loi d’orientation relative à la promotion et au développement des Petites et moyennes entreprises au Sénégal a été adoptée par l’Assemblée nationale. Les députés présents à l’hémicycle l’ont adoptée à l’exception de Imam Mbaye Niang qui s’est abstenu. Cette loi d’orientation de l’avis de Madické Niang, ministre des Mines et de l’Energie contient “ des règles et principes consensuels ” qui permettront aux Pme de jouer pleinement leur rôle et aux autorités de “ fédérer le soutien à leur apporter en matière d’organisation interne, de financement, de sous-traitance, de formation professionnelle, de fiscalité, d’accès aux marchés et à des sites aménagés ”.

“ L’Etat a pris l’initiative de mettre en place un cadre institutionnel et juridique de promotion des Pme articulé autour de structures et de mécanismes de dialogue et de partenariat avec les opérateurs, les institutions représentatives des Pme et les partenaires au développement ”, a dit le ministre.

S’y ajoute avec cette loi, les collectivités locales comme l’Etat ont un cadre adéquat pour rendre effective une “ discrimination positive ” pour réussir un bon aménagement du territoire, une allocation de primes appropriées, la mise en œuvre des potentiels économiques des localités pour voir le tissu des Pme se densifier ”.

Il a souligné cependant que tant que la formalisation des activités des Pme n’est pas effective dans leur vie réelle, dans le respect de leurs obligations simplifiées des procédures administratives, l’efficacité recherchée ne pourrait être atteinte. A savoir de doter les Pme d’un environnement favorable à son expansion, de mieux prendre en compte leur spécificité et leur vulnérabilité, d’organiser les relations entre les Pme et les grandes entreprises, notamment en ce qui concerne la sous-traitance, l’accès aux marchés, de développer le transfert de technologie des instituts universitaires de recherche vers les Pme, d’assurer à la Pme un appui multiforme pour accroître sa compétitivité.

Les Pme représentent près de 90 % des entreprises de notre pays et concentrent 30 % des emplois avec 25 % du chiffre d’affaires et 20 % de la valeur ajoutée nationale.

“ Nous poussons les Pme à se formaliser, à manifester un certain civisme dans le développement et le respect de leurs obligations ”, a déclaré Me Madické Niang.

Avant de voter la loi, les députés ont dit que cette loi comble un vide juridique et vient à son heure.

Ils ont également listé un certain nombre de contraintes qui freinent le développement des Pme. Celles-ci ont pour noms : difficultés d’accès au crédit bancaire liées aux critères d’éligibilité et à la faiblesse de l’offre de micro finance ; insuffisance des programmes et projets liés au développement des Pme à fort potentiel pour l’accélération de la croissance et le renforcement de la compétitivité de l’économie sénégalaise ; nombre limité des infrastructures de soutien aux Pme ; concentration des Pme dans les régions de Dakar et Thiès.

Les députés pensent aussi que la fiscalité constitue une contrainte lourde pour toute entreprise, à fortiori pour la Pme malgré le rabaissement par l’Etat du taux d’imposition qui est passé de 35 à 25 %. Ils ont suggéré dans l’optique de favoriser le déploiement de l’entreprise privée, de retenir une fiscalité de démarrage plus favorable aux Pme, un accès plus facile au foncier, l’acquisition des matières premières.

Dans ses réponses, Me Madické Niang a indiqué que la nouvelle carte des Pme a identifié et retenu cinq pôles régionaux à savoir : Kolda, Tambacounda, Matam, Saint-Louis et Ziguinchor avec comme ambition de faire émerger des activités qui tiennent compte des potentiels régionaux en vue d’assurer le développement économique de celles-ci.

« Nous voulons faire en sorte, a dit le ministre, que la Décentralisation des activités économiques permette de lutter fortement et efficacement contre la pauvreté et de fixer les populations à travers la création de richesses et d’emplois ».

Pour régler le problème du financement, Me Madické Niang a dit qu’il est envisagé de transformer le Fonds de promotion économique en banque des Pme. Outre cette banque des Pme, il a déclaré que le Fonds de garantie devrait permettre la pérennité et la facilité d’accès au crédit.

S’agissant de la sous-traitance, le ministre a indiqué que la Bourse nationale de la sous-traitance permet de favoriser le partenariat Pme-grandes entreprises.

Source: Le Soleil

Article Lu 11076 fois

Samedi 9 Février 2008


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State