Référence multimedia du sénégal
.
Google

PROJET DE LOI MODIFIANT LE CODE ELECTORAL:La loi passe comme une lettre à la poste

Article Lu 1877 fois

Sans surprise, le projet de loi n68/2008 modifiant les articles L 189, L 190, L 193, L 226, L 242, L 244 et L 245 du code électoral est passé comme lettre à la poste hier à l'Assemblée Nationale. C'était en présence du ministre d'État, ministre des collectivités locales Cheikh Tidiane Sy.



PROJET DE LOI MODIFIANT LE CODE ELECTORAL:La loi passe comme une lettre à la poste
La majorité du régime libéral a adopté les amendements de l'article L 193 et les articles L226 et L245 du gouvernement. Ainsi, la clef de répartition sur un scrutin mixte allouant 2/5 des sièges à pourvoir à la liste majoritaire et 3/5 à la liste proportionnelle ne s'applique plus, en faveur de la traditionnelle clef de répartition de 50% à la liste majoritaire et 50% à la liste proportionnelle. Dans la même veine, il a été retenu, "avec l'augmentation constatée de la population au cours des dernières années, de revoir à la hausse le nombre de conseillers par collectivités locales". Au cours des débats qui ont précédé le vote de la loi, l'occasion a été saisie pour bon nombre de parlementaires de donner leur point de vue sur la question. Si pour certains on approuve entièrement la décision parce que "animée par un souci de clarté et de stabilité", d'autres par contre y voient, à travers cette énième modification, une volonté inavouée du gouvernement, de vouloir "saboter les choses". C'est ainsi que beaucoup parmi les députés ont fustigé cette méthode de faire qui "n'augure et ne garantit pas des élections transparentes et apaisées dans la conscience des sénégalais", à leurs yeux. Selon le député Mously Diakhaté, première à ouvrir les hostilités, "cela est une forfaiture, une violation flagrante du code électoral". Avant d'ajouter que ceci devait être précédé d'une "concertation" qui prend toutes les parties prenantes en considération. Avis que partage parfaitement le député de Touba Moustapha Cissé Lô qui parle d'un problème de fond plutôt que de forme.
Selon ce dernier, "l'ordre républicain doit être respecté dans une démocratie". M. Lô en a aussi profité pour lancer quelques piques en l'endroit de ses frères libéraux. Sous ce rapport, il laissera entendre que les instigateurs de la violence sont au sein de la formation libérale et il faut que les autorités prennent leurs responsabilités. "La violence c'est le Pds" a t-il soutenu avec force. Même son de cloche chez le député Cheikh Bamba Dièye qui interpelle le régime de Wade à créer "les conditions d'une élection libre et transparente". A en croire le leader du Fsdb/bj ce n'est pas le moment d'installer le doute dans la tête des Sénégalais en modifiant à moins de trois mois des locales le code électoral. "Un acte n'est jamais désintéressé en politique" fait-il remarquer. Et de lancer :"Il ne faut pas faire descendre aux Sénégalais dans les méandres de l'enfer après leur avoir fait goutté le paradis et le septième ciel".

Le dialogue comme viatique

Dialoguer, beaucoup dialoguer, encore et toujours tel a été le maître mot de certains députés de l'opposition comme de la majorité pour garantir une bonne gestion du processus électoral et garantir du coup la paix au Sénégal. Du député M'baye N'diaye, à Aliou Dia en passant par N'dèye Fatou Touré, tous ont prêché le dialogue pour garantir la paix. De l'avis du député de la coalition Tekki, "depuis l'alternance, il n'y a pas eu de consensus entre le pouvoir et l'opposition". "On se livre à une partie d'échec" soutient-elle. De quoi faire réagir Cheikh Tidiane Sy qui promet de garantir et de faire garantir la loi. Il a par ailleurs affirmé en guise de réponse que "l'expression de la démocratie se traduit par une majorité qui gouverne et une minorité qui s'oppose". Avant de faire remarquer que le "dialogue a des limites".

Djim Momath KIDIERA
Source Le Matin

Article Lu 1877 fois

Mardi 6 Janvier 2009





1.Posté par az le 06/01/2009 01:26
le pays le plus nul en politique que des illetrés a l'assemblé comment vous que le pays avance

2.Posté par dia le 06/01/2009 08:21
acceptons le notre destin sera comme celui de la cote d'ivoire......wade j'ai tjrs votè pour lui mais je reconnais maintenant qu'il est fou il ne jouit pas de ses facultès..

3.Posté par Badiane le 06/01/2009 20:59
Ces vermines constituent donc un cancer qui gangrenne la survie de notre République. Il est donc un devoir moral de les extirper de nos instituions avant qu’il ne soit trop tard.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State