Référence multimedia du sénégal
.
Google

PRODUITS CHINOIS À BON MARCHÉ: Une aubaine pour bon nombre de chercheurs d’emplois

Article Lu 1823 fois


Allées du Centenaire, un quartier au coeur de Dakar, la capitale du Sénégal, peut manquer de lanternes rouges de la marque, mais aux yeux des gens du coin, il est en train de vite devenir le quartier chinois officieux de la ville. La zone comprend une rangée double de maisons dont les côtés avant ont été transformés en boutiques. Les commerçants chinois vivent dans ces maisons boutiques, vendant des biens bon marché importés de leur pays d'origine aux petits commerçants locaux. La plupart de ces petits détaillants informels sont de jeunes Sénégalais, souvent avec très peu de capitaux.
Leur nombre augmente à cause du manque d'emplois dans le secteur formel du pays. ''J'ai commencé le commerce très récemment, il y a seulement deux mois'', a déclaré à Ips Mame Sané, une jeune dame d'environ 20 à 30 ans. Ips l'a aperçue dans l'une des boutiques chinoises aux Allées du Centenaire, marchandant le prix d'une paire de chaussures qu'elle tenait dans une main. Dans l'autre main, il y avait un grand sac en plastique bleu rempli d'articles qu'elle avait achetés dans ces boutiques. Elle a démarré son commerce avec un montant misérable de 50.000 francs CFA (environ 100 dollars). ''C'est beaucoup mieux que de rester oisive à la maison'', a indiqué Mame qui revend ses produits aux ''amis et connaissances'' dans son quartier, les Parcelles Assainies, une banlieue de Dakar.
Elle ajoute 500 FCFA (un dollar) à son prix de détail pour chaque 1.000 FCFA (deux dollars) qu'elle dépense, a-t-elle expliqué. Mame fait partie d'un nombre important de jeunes personnes qui, profitant des produits chinois bon marché, ont trouvé des opportunités pour démarrer leurs propres petites affaires. On les voit aller de porte à porte, offrant n'importe quoi, allant des chaussures aux lampes électriques en passant par des cahiers et des montres à des ''prix imbattables''.

Les chinois font une course sans merci au profit

D'autres affrontent la chaleur pour courir entre les voitures dans les rues animées de la capitale, montrant leurs marchandises aux automobilistes. Les plus chanceux exhibent leurs biens sur de petits éventaires, installés partout où ils trouvent une place. Le commerce a été facilité par la reprise des relations diplomatiques entre le Sénégal et la Chine en octobre 2005, permettant facilement aux importateurs sénégalais d'introduire des produits chinois. Toutefois, certains importateurs sénégalais prétendent que leurs homologues chinois ne sont rien d'autre que des gens qui font une course sans merci au profit.
Selon le ministère sénégalais du Commerce, les importations chinoises représentaient 94 pour cent de la valeur totale des biens commercialisés entre les deux pays en 2006. Lors d'une réunion entre les hommes et femmes d'affaires chinois et sénégalais à Dakar en juillet de cette année, le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a recommandé avec insistance une amélioration de la balance commerciale entre les deux pays. Les relations commerciales sont ''largement en faveur de la Chine'', a rapporté l'agence de presse officielle 'Xhinua' le 13 juillet 2007, indiquant que la Chine est le quatrième plus grand fournisseur de biens au Sénégal.
Soumboul Sylla croit que les activités des commerçants chinois au Sénégal devraient être mieux réglementées puisque ces activités ''représentent une menace'' à l'économie nationale et à ces grandes firmes locales qui comptent sur les importations. Sylla, qui était impliqué dans les importations de textiles en provenance de Dubaï dans les Emirats Arabes Unis avant de se tourner vers les produits chinois, est un membre de l'Union nationale des commerçants et industriels sénégalais (UNACOIS), très influente.

Les chinois ont eux aussi des revendications

L'UNACOIS a prévu une marche de protestation en 2004 contre la présence des Chinois dans la capitale. Sylla croit que le commerce intérieur devrait avoir de préférence parce que ''pendant que les commerçants chinois importent de petits articles et accessoires sans valeur, les importateurs sénégalais apportent des biens plus importants tels que des meubles et des mobiliers de salle à coucher''. Au nom de ''l'économie de marché'', la proposition de l'union a été vivement rejetée par les consommateurs pauvres et les petits commerçants qui gagnent leur vie à partir de la vente de biens chinois. L'UNACOIS a depuis lors changé sa stratégie, mais pas sa position.
L'union est en train de faire pression sur le gouvernement sénégalais pour inciter ses nouveaux amis de Beijing à obtenir ''la réciprocité'' de la Chine. Bref, Sylla a expliqué qu'ils voulaient que des commerçants sénégalais soient capables d'ouvrir des boutiques, de s'installer et de faire des affaires en Chine aussi facilement que leurs homologues chinois le font au Sénégal. Mais la communauté chinoise qui s'est installée à Dakar a également des revendications. ''J'avais l'habitude de payer les frais de douane de 800.000 Fcfa (1.660 dollars) pour un conteneur de biens.
Maintenant, je paie 12 ou 13 millions Fcfa (24.000 à 27.000 dollars)'', a déclaré Zhen Yan-Ling dans un mauvais français. Yan-Ling était le seul Chinois propriétaire de boutique qui voulait parler à Ips, confirmant apparemment une idée répendue chez beaucoup de Sénégalais : à savoir que la communauté chinoise est impénétrable. L'entretien a été interrompu par un jeune homme d'un peu plus de 20 ans qui montrait du doigt une chemise qu'il voulait acheter. Une autre séance de marchandage commençait. Yan-Ling a proposé un prix de 700 FCFA la chemise (1,4 dollar). Le jeune homme a offert 400 FCFA (0,80 dollar), ajoutant rapidement: ''J'achèterai 500 articles!'' Et ainsi, les deux continuaient de marchander

(NB : Le titre et sous titres sont de la Rédaction)



Hamadou Tidiane SY (Ips)
Source: Le Matin

Article Lu 1823 fois

Vendredi 31 Août 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:44 Pénurie d’eau à Dakar : la véritable raison…

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State