Référence multimedia du sénégal
.
Google

PROCHE-ORIENT : Les principaux acteurs du conflit sont arrivés à Annapolis

Article Lu 1751 fois


Les principaux acteurs du conflit au Proche-Orient, à l’exception du Hamas et de l’Iran, commençaient hier à arriver à Washington pour tenter de remettre à flot, lors de la conférence d’Annapolis, le processus de paix israélo-palestinien bloqué depuis sept ans.

Washington - Après plusieurs jours de tergiversations, la Syrie a annoncé hier qu’elle participera à cette conférence prévue demain et placée sous l’égide du président américain George W. Bush.

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas sont déjà arrivés dans la capitale américaine. Ils doivent, tous les deux, rencontrer séparément le président Bush lundi. "Cette conférence est clairement destinée à faire avancer le processus de paix israélo-palestinien et aussi à donner la possibilité d’ouvrir d’autres voies vers la paix" au Proche-Orient, a dit Miri Eisin, porte-parole du Premier ministre israélien Ehud Olmert.

"Je viens à Annapolis pour tenter de réaliser les aspirations et le rêve du peuple palestinien d’établir son Etat indépendant", a déclaré de son côté M. Abbas à bord de l’avion qui le conduisait aux Etats-Unis.

"Nous souhaitons qu’Annapolis conduise à l’application des résolutions internationales, la Feuille de route (un plan de paix international), l’Initiative de paix arabe et la vision du président Bush" des deux Etats, Israël et la Palestine, a-t-il ajouté. La réunion d’Annapolis vise à relancer le processus de paix au Proche-Orient, au point mort depuis environ sept ans, en vue de la création d’un Etat palestinien. Elle constitue l’effort diplomatique le plus important de l’administration Bush en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien.

Les pays de la Ligue arabe, réunis au Caire, ont décidé vendredi de participer au niveau ministériel à la réunion.

La Syrie a attendu l’avant-veille de la réunion pour annoncer sa participation. Elle faisait dépendre sa présence à Annapolis de l’inclusion de la question du Plateau du Golan, occupé par Israël en 1967 et annexé en 1981, à l’ordre du jour.

Les négociations de paix syro-israéliennes sont gelées depuis 2000. L’Arabie saoudite sera représentée par son ministre des Affaires étrangères.

C’est la première fois qu’un haut représentant du royaume saoudien se retrouvera à la même table qu’un Premier ministre israélien pour discuter du processus de paix au Proche-Orient.

La participation saoudienne représente une victoire diplomatique pour Washington : Ryad n’a jamais reconnu Israël et aucun haut responsable saoudien n’a jamais discuté en public avec des responsables du gouvernement israélien, même si Saoudiens et Israéliens siègent ensemble à l’Onu.

Seuls deux pays arabes, l’Egypte et la Jordanie, ont signé des accords de paix avec l’Etat hébreu. Mais, comme l’écrit le « New York Times » dimanche, si la réunion d’Annapolis porte énormément d’espoir, les résultats risquent de ne pas être à la hauteur des attentes.

Palestiniens et Israéliens ont tenté en vain de parvenir à un document commun sur les grandes lignes d’un règlement, mais semblent y avoir renoncé devant l’ampleur du fossé les séparant. Le mouvement islamiste Hamas a promis de multiplier les attaques contre les forces israéliennes à Gaza et en Cisjordanie après la réunion d’Annapolis.

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad et son homologue syrien, Bachar al-Assad, ont estimé quant à eux lors d’un contact téléphonique que la réunion d’Annapolis sur le Proche-Orient était "vouée à l’échec".

"La soi-disant conférence de la paix qui doit se tenir dans les prochains jours à Annapolis aux Etats-Unis n’offre aucun bénéfice pour le peuple opprimé palestinien et a pour objectif de soutenir les sionistes occupants", a aussi déclaré le président iranien.

EN BREF * PAKISTAN - Nawaz Sharif rentre après 7 ans d’exil

L’ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif est arrivé hier à Lahore, dans l’est du Pakistan, sept ans après avoir été contraint à l’exil par l’actuel président Pervez Musharraf et à moins de deux mois d’élections législatives dans un pays en crise et sous Etat d’urgence.

M. Sharif, l’un des principaux dirigeants de l’opposition, évincé du pouvoir il y a huit ans par un coup d’Etat mené par le général Musharraf, a assuré qu’il voulait "débarrasser le pays de la dictature" dans une interview à la BBC, tout en soulignant qu’il ne pratiquerait pas la "politique de la vengeance", selon un de ses conseillers.

Il arrivait d’Arabie saoudite, où il vivait en exil, à bord d’un avion prêté par le roi Abdallah. Des milliers de partisans l’attendaient en dansant et chantant dans les rues de Lahore, alors que cette mégalopole de 10 millions d’habitants et fief politique de M. Sharif avait été placée sous très haute surveillance dans la crainte d’attentats...

L’ex-Premier ministre, porté en triomphe à sa descente d’avion par des centaines de partisans, devait parcourir hier soir le trajet entre l’aéroport et son domicile, soit 40 km, à bord d’une voiture blindée offerte par le roi Abdallah.

RUSSIE - Une marche anti-Poutine réprimée

La Police russe a réprimé hier une marche contre le président Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg et interpellé près de 200 opposants, dont l’homme politique libéral Boris Nemtsov, à une semaine des élections législatives.

"Ils viennent de me relâcher. J’essaie d’aider les autres manifestants qui ont été interpellés", a déclaré M. Nemtsov, candidat déclaré à la présidentielle de mars 2008, joint au téléphone par l’Afp.

Deux policiers avaient saisi un peu plutôt cet ancien vice-Premier ministre et l’avaient embarqué dans un fourgon près de la place du Palais où les opposants avaient l’intention d’organiser une manifestation non-autorisée. A Moscou, la Police a appréhendé le dirigeant d’opposition et ancien champion d’échecs Garry Kasparov, ainsi que plusieurs autres protestataires, alors qu’ils manifestaient contre le président Vladimir Poutine.

Selon une porte-parole de l’opposant, il a été inculpé de troubles à l’ordre public et la Police a dit qu’elle le maintiendrait en détention pendant cinq jours.

ETATS-UNIS - Nouvel incendie à Malibu : 10.000 personnes évacuées

Quelque 10.000 personnes, dont des vedettes de Hollywood, ont été évacuées à Malibu (Californie, ouest), en raison d’un nouvel incendie qui a détruit 35 maisons dans la célèbre ville des stars, un mois après des feux dramatiques dans la région. Quelque 10.000 personnes ont dû quitter leur domicile par mesure de sécurité, a indiqué un responsable du comté de Los Angeles.

L’incendie s’est déclaré dans un espace vert au-dessus de Malibu vers 03h 30 locales (11h 30 Gmt) et s’est rapidement propagé aux coûteuses demeures de cette ville de millionnaires située à l’ouest de Los Angeles.

Vers 10h 30 (18h 30 Gmt), près de 900 hectares de terrain étaient atteints par les flammes, alors que l’incendie se dirigeait vers l’océan, ont indiqué les responsables des pompiers. Trente-cinq maisons ont été détruites et 200 étaient menacées par les flammes.

Selon les médiats locaux, plusieurs célébrités ont été contraintes d’évacuer leur maison, notamment les acteurs Matthew McConaughey et Minnie Driver, tandis que la demeure du bassiste des Red Hot Chili Peppers était détruite par les flammes.

Source: AFP

Article Lu 1751 fois

Lundi 26 Novembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State