Référence multimedia du sénégal
.
Google

PREMICES D’UN RETOUR EN GRACE: Le passeport diplomatique d’Idrissa Seck renouvelé en 24 heures

Article Lu 11006 fois

Idrissa Seck est de nouveau dans les bonnes grâces du président Abdoulaye Wade. L’enfant banni, le « fils perfide », que le père avait embastillé et chassé de la maison familiale est sorti du purgatoire. Signe des temps : L’ancien Premier ministre a vu son passeport diplomatique renouvelé en 24 heures. Idrissa Seck dont le titre de voyage a expiré à la veille de son déplacement sur Paris, la semaine dernière, s’est vu délivrer un document flambant neuf en 24 heures. Il est loin l’époque où le maire de Thiès avait été dépossédé, sans ménage, de son passeport diplomatique.



PREMICES D’UN RETOUR EN GRACE: Le passeport diplomatique d’Idrissa Seck renouvelé en 24 heures
On se souvient qu’il s’était même vu refuser un passeport ordinaire alors qu’il avait déposé les documents, en bonne et due forme, nécessaires au commissariat de police du point E. Une mesure qui était manifestement destinée à l'empêcher de sortir du territoire à la veille de l'élection présidentielle. Les autorités, qui étaient au courant de son agenda, savaient qu'Idrissa Seck devait se rendre chez certains de ses amis au niveau de la sous-région pour solliciter leur soutien politique, et surtout financier, afin de préparer ces joutes électorales. Elles avaient alors décidé de lui barrer la route. Pour sortir du territoire sénégalais, Idrissa Seck a dû alors exciper d'une tournée à l'intérieur du pays avant de franchir en tapinois, et nuitamment, la frontière gambienne. Le 3 avril 2007, alors que la rumeur sur l'imminence de son retour en prison enflait, Idrissa Seck est sorti du territoire sur la pointe des pieds. C'était à la veille du 4 avril alors que les chefs d'Etat, hôtes du Sénégal pendant la fête de l'indépendance, étaient déjà sur le sol du pays de la Téranga (hospitalité). Un bon coup pour Idrissa Seck. Les autrorités qui voulaient, en effet, éviter qu'un refus de sortir du territoire ne fasse du bruit l'ont laissé filer. Dans l'avion, Idrissa Seck appelle sa notaire et amie, Me Nafissatou Diop, et lu dit en poussant un grand ouf : « Fly na dé » (je m'envole enfin : Ndlr).

Mais, tout cela semble être derrière nous. Idrissa Seck bénéficie à nouveau des égards qui cadrent avec son rang d'ancien Premier ministre. La semaine dernière, en venant à Paris, il a voyagé aux côté de Djibo Kâ, et d'autres caciques du régime libéral, mais aussi du très influent colonel Malick Cissé, l'une des personnalités qui travaillent d'arrache-pied pour son retour au Pds. Un retour imminent, d'ailleurs. En effet, Idrissa Seck va dans quelques jours bénéficier d'un non lieu total sur le dossier des chantiers de Thiès dans lequel il était poursuivi pour détournement de deniers publics (il avait déjà bénéficié d'un non lieu total en ce qui concerne le délit d'atteinte à la sûreté de l'Etat). Certaines de nos sources parlent même de la semaine prochaine. Rien n'est moins sûr.

En tout cas, les signes avant-coureurs ne cessent de se multiplier. Hormis l'épisode du passeport diplomatique, le dernier réaménagement gouvernemental est chargé de symboles. En effet, le départ de Cheikh Tidiane Sy du ministère de la Justice ne relève pas seulement d'un jeu de chaises musicales. L'ancien garde-des-Sceaux avait fait du dossier d'Idrissa seck une affaire personnelle. Allant même jusqu'à radier Me Nafissatou Diop du corps des notaires pour avoir osé démentir le président Wade aux fins de défendre son client et ami, Idrissa Seck au sujet des fameux protocoles de Rebeuss. Sa mutation au ministère de l'Intérieur lui permettra alors de garder la face quand le maire de Thiès sera totalement blanchi. Autrement, cela aurait eu des relents d'un désaveu. Et dans cette histoire, c'est Me Ousmane Ngom qui a trinqué. Il fallait qu'il débarrasse le plancher. Surtout qu'il était devenu très impopulaire après l'échec des forces de l'ordre face aux marchands ambulants et la violente répression de la marche contre un mariage homosexuel.

Le retour de Modou Diagne est tout simplement une preuve de plus. Le jeune député de Waar-wi est un inconditionnel d'Idrissa Seck mais aussi du chef de l'Etat. C'est pourquoi il s'était gardé de prendre position quand Me Wade conduisait son ancien Premier ministre à la potence.

La voix est donc balisée pour le retour d'Idrissa Seck au Pds et... aux affaires. Et de sources sûres, le président Wade travaillerait pour un schéma qui mettrait en scelle, pour sa succession, son « fils d'emprunt » (ainsi qu'Idrissa Seck se définit lui-même) et son fils biologique, Karim Wade.

Amadou DIOUF

Source: Wadeukeubi.com

Article Lu 11006 fois

Lundi 14 Avril 2008





1.Posté par Badiane le 14/04/2008 09:04
Si l'information se verifiait, Ndiogou W. Seck et ses crapaux du defunt " Il est Midi", Macky Sall, Farba, El hadj Diouf et autres opportunistes vont apprendre, a leur depens, que Maitre Wadi " diaroul door sa doom". Ce que, du reste, le peuple a compris depuis belle lurette.

2.Posté par l k le 14/04/2008 10:07
do you think people gonna trust this guy,wake up

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State