Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



PR MALICK NDIAYE, CONSEILLER DU CHEF DE L'ETAT, SUR LA NOMINATION DE SIDIKI KABA : «Il y a eu erreur de casting, Macky Sall et Aminata Touré ont été abusés»

Muré dans un mutisme total, depuis le remaniement ministériel intervenu, lundi dernier, la Coalition «Macky 2012», dirigée par Ibrahima Sall, a brisé le silence, hier, à l'occasion d'une conférence de presse.



PR MALICK NDIAYE, CONSEILLER DU CHEF DE L'ETAT, SUR LA NOMINATION DE SIDIKI KABA : «Il y a eu erreur de casting, Macky Sall et Aminata Touré ont été abusés»
Si la plupart des alliés de la première heure du chef de l'Etat ont considéré qu’il n’y a aucun problème concernant les profils qui ont été choisis par Aminata Touré dite «Mimi», tel n’a pas été l'avis du Conseiller de Macky Sall, le professeur Malick Ndiaye. Ce dernier n’y est pas allé par quatre chemins pour tirer sur le nouveau ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba. «Sur l’affaire Sidiki Kaba, il faut être très clair. S’il est incapable de faire une sortie disant qu’il est contre l’homosexualité, il faut que, lui-même, il mette le président de la République à l’aise», a-t-il asséné. Et malgré les interventions de certains de ses camarades, le Pr Ndiaye a enfoncé le clou : «Qu’il ne vienne surtout pas perturber la construction et l’équilibre que nous avons atteints dans les confiances religieuses de nos concitoyens».

A l’en croire, le choix porté sur l’avocat est une «honte». «C’est évident que c’est une erreur de casting. La Coalition 'Macky 2012' n’en a pas discuté, mais elle ne peut pas cautionner l’altération de l’image de Macky Sall. Je demande, au nom de l’alliance des citoyens pour la République, à Me Sidiki Kaba - qui a rendu tant de services à son pays - de ne pas altérer l’image de notre nation», a-t-il poursuivi. Non sans ajouter : «Nous devons régler nos problèmes de mœurs entre les Sénégalais, selon nos croyances. Sidiki Kaba, il faut qu’il prenne sa responsabilité tout seul, mais nous n’accepterons pas de revenir à un débat qui est réglé».

Abdoulaye Daouda Diallo attendu aux Locales

Le Pr Malick Ndiaye, qui considère que Macky Sall comme «Mimi» Touré, «ont été tous les deux abusés», a tenu à préciser : «Quand l’homme se trompe, il doit choisir, sinon l’idée va se répandre par beaucoup d’appareils tapis dans l’ombre. C’est à Sidiki Kaba de réfléchir, et de ne pas choisir de venir nous créer des problèmes. C’est important qu’on n’aille pas dire que 'Macky 2012' est d’accord sur ce qui pourrait ressembler à un parjure qui va exploser, tôt ou tard, à la figure du président de la République, exactement comme l’affaire Habré. Donc, ne recommençons pas».

Interpellés sur leur minorité dans le nouveau gouvernement, Mohamed Diagne et ses camarades diront que, «pour servir le Sénégal, il n’y a pas que les postes ministériels. Les postes ne sont pas un problème pour 'Macky 2012'. Sur les 27%, il y avait un problème de quotas, mais maintenant cela est une question dépassée».

En tout état de cause, relèvent les alliés de la première heure de Macky Sall, «le président de la République a fait ce qu’il avait à faire, maintenant, il appartient aux ministres de faire ce pourquoi ils ont été nommés. Quant au ministre de l’Intérieur, on l’attend aux élections locales».

Seynabou FALL & Khaya AIDARA (Stagiaire)
source le Populaire

Vendredi 6 Septembre 2013




1.Posté par visiteur le 07/09/2013 03:49
«MARY TEUW NIANE MENE LE PRESIDENT DROIT AU MUR»
SEYDI ABABACAR NDIAYE, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SAES

Oumar KANDE  |   Publication 23/08/2013
http://seneplus.com/article/«mary-teuw-niane-mene-le-president-droit-au-mur »

« Seydi Ababacar Ndiaye, continuant son interpellation, demande quelle suite sera donnée à l’audit des universités où il a été noté une mauvaise gestion généralisée, «y compris la gestion du ministre actuel quand il était recteur de l’Ugb».
«Est-ce qu’on peut continuer à faire confiance à des dirigeants qui ont été épinglés par différents rapports ? IL Y A AUSSI UN AUTRE DOCUMENT COMMANDITÉ PAR L’ACTUEL RECTEUR DE L’UGB AU NIVEAU DE LA DÉLÉGATION POUR LA RÉFORME DE L’ETAT ET DE L’ASSISTANAT TECHNIQUE (DREAT), QUI ÉPINGLE LE MÊME MINISTRE.
Ce document à montré que l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, quand il était recteur à l’Ugb, son jeu favori c’était de créer des postes de responsabilité, de direction. Il en avait créé dix-neuf dans une petite université comme l’Ugb et il y avait des conséquences sur la masse salariale car tous ces directeurs avaient l’équivalent d’un million d’indemnité.
Ces manquements devraient édifier qu’il faut faire les bonnes enquêtes et prendre les individus qu’il faut pour les missions importantes. Quelqu’un qui dirige une simple université et qui a ces types de comportement, on lui confie le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il y a lieu de se poser des questions», a dit Seydi Ababacar Ndiaye.  »

LE RAPPORT D’AUDIT QUI MET À NU LA GESTION DE MARY TEUW NIANE - Lundi 22 Juillet 2013 -
(rapport commandité conjointement par les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Économie et des Finances, sur financement de la Banque mondiale)
http://www.popxibaar.com/UNIVERSITE-GASTON-BERGER-DE-SAINT-LOUIS-Le-rapport-d-audit-qui-met-a-nu-la-gestion-de-Mary-Teuw-Niane_a16505.html

2.Posté par atypico le 09/09/2013 23:58
Abusés ? Vous rigolez ! Non; vous êtes sérieux ! Donc Macky et Mimi sont de pauvres victimes sauf que ce sont eux qui détiennnet les leviers du pouvoir ! Qui veut s'abuser et nous abuser ?

3.Posté par BD le 11/09/2013 16:54
LES GRAPPES DE L’OPULENCE.
La démocratie permet, entre autres principes fondamentaux, la libre expression des opinions.
Dans notre pays, c’est un acquis irréversible qui nous vaut d’ailleurs une considération à l’échelon international.
Voila qui explique certainement qu’à l’occasion de l’arrivée à la tête de la Primature de Madame Aminata TOURE (MIMI) et d’autres changements intervenus, certains de nos compatriotes se soient appropriés en s’engageant dans un débat qui fait en florès.
Cela dit, celui qui est aujourd’hui dépositaire de la majorité des suffrages des sénégalais est mieux que quiconque disposer à faire en sorte que ce pour quoi a été élu. La satisfaction de la demande sociale, le soit avec efficience et dans les délais raisonnables qui prennent en compte la crise que traverse le monde.
C’est là tout le sens qu’il faut donner à l’affirmation de Aminata TOURE, selon laquelle il faut accélérer la cadence.
Mais avant de revenir à cette grande dame, il est toujours bon de faire certaines précisions qui aident à comprendre où à tout le moins, à mieux lire le contexte politique sénégalais du moment.
En effet, les véritables observateurs de la scène politique ne sont pas sans savoir que le Chef de l’Etat, dans son remarquable parcours à la fois politique et professionnel, a eu à rencontrer diverses formes d’adversités qui font qu’il sait faire dans l’endurance, opter pour l’essentiel par rapport à ce qui ne l’est pas, mais mieux, inscrire résolument son action dans ce qui fait avancer le pays. Nous aurons à faire les cas de beaucoup de faits qui en attestent graduellement.
Pour revenir à Mimi TOURE, ce sont des dossiers relativement sensibles qui l’ont propulsée au devant de la scène et non le contraire. Son passage dans le système ONUSIEN, sa fréquentation du mouvement associatif à « la OBAMA », sa grande discrétion (eh oui) mais surtout sa détermination dans la quête du travail bien fait, constituent autant d’atouts qui la prédisposent à réussir avec brio sa mission de coordination de l’activité gouvernementale, inspirée par la vision scientifique du Gardien de la Constitution, Macky SALL.
Dans cette perspective, comment ne pas accueillir avec bonheur la nomination de Abdou Aziz TALL qui suggère, au regard de la formation académique de l’homme et à sa sensibilité politique différente de celle du Président de la République, un bon suivi de dossiers techniques qui ne manquent jamais d’affluer ? En clair Abdoul Aziz. C’est également un signe d’une volonté de transparence que manifeste celui qui l’a porté à cette station stratégique.
Autant donc dire que c’est essayer de faire un mauvais procès d’intention au garde des Sceaux quand on sait que sa subjectivité à lui prêtée s’efface nécessairement devant le programme politique porté par le Chef de l’Etat et validé par le peuple souverain.


Il y a les formes cachées du langage. Quand on n a pas la pédagogie des mots, on fausse toujours celle du langage.
Puisqu’en linguistique, il y’a un phénomène qu’on appelle la « NOMINALISATION » qui constitue à définir un processus comme s’il s’agissait d’un événement ou d’une chose.
Lorsque vous faites cette opération, vous confondez les gens autour de vous et vous vous confondez vous-même, sauf si vous vous rappelez que le résultat est une présentation et non votre expérience elle-même.
C’est dommage, nos intellectuels parlent beaucoup et pour rien, cela s’appelle le « verbiage gauchissant ou le déleage inutile». C’est ce qu’on appelle aussi la Révolution mentale, qui manque de confiance parce qu’ils ne sont pas à l’aise dans leur peau.
Notre société rêve de transformations radicales, autant même dire de transmutations radicales. Elle attend la chimie sociale, elle imagine une alchimie miraculeuse. Elle attend le Faust qui transformera son vil métal en or pur.
Aux langues qui délient, les cordons cassent.
Mais encore une fois, la parole est libre dans ce pays ; Travaillons simplement à lui faire porter les habits de la décence et de la responsabilité.

Mamadou AMADOU Tamimou WANE
PCA SSPP / Le Soleil

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés