Référence multimedia du sénégal
.
Google

POUVOIR D’ACHAT: Le prix du pain ne va pas bouger sans autorisation du gouvernement

Article Lu 1609 fois

Le renchérissement du prix de la farine va-t-il entraîner celui du pain ? C’est en tout cas la crainte des consuméristes sénégalais. Mais les autorités rassurent : le prix de la baguette ne va pas bouger sans autorisation dûment motivée.



POUVOIR D’ACHAT: Le prix du pain ne va pas bouger sans autorisation du gouvernement
Les autorités du ministère du Commerce et les boulangers se sont rencontrés et c’est pour harmoniser les positions, de l’avis du directeur adjoint du Commerce intérieur, M. Ndongo Diagne. Ce dernier explique : « Ce qui s’est passé dans le marché du pain est qu’au mois de novembre dernier, au moment où les prix de la farine et du pain étaient libres, nous avons assisté à une augmentation du prix de la farine, à la suite de laquelle les boulangers avaient procédé à des révisions de prix. Le gouvernement avait réagi en ramenant les prix de la farine et du pain dans le régime de l’homologation. Ce qui fait que les meuniers avaient déposé des demandes d’homologation de leurs prix, demandes qui ont été étudiées techniquement par les services du ministère du Commerce et le ministre du Commerce avait autorisé les meuniers à procéder à une augmentation de 16,5% de leurs prix. Et pour éviter un choc, les meuniers avaient promis de ne répercuter dans un premier temps que les 8,5%. A la suite de cette situation, les boulangers avaient eux aussi révisé de manière désordonnée les prix et là, on les avait ramenés à leurs prix atteints au 03 novembre, blocage donc. Avant-hier (mercredi), les meuniers ont ajouté les 8% qui restaient, ce qui a eu comme conséquence une hausse des prix de la farine. Les boulangers envisagent une hausse des prix du pain. Nous avons discuté avec les responsables des boulangers hier (jeudi) et nous leur avons rappelé que, conformément aux dispositions de la réglementation actuelle, le prix du pain ne peut pas bouger sans une autorisation du gouvernement. On est d’accord sur le principe qu’ils vont se réunir pour adresser, si ça se justifie, une demande de révision au gouvernement. Donc, une fois que nous recevrons leur demande d’autorisation et conformément à la loi, les services compétents de l’Etat vont étudier la question. A savoir les gouverneurs de région qui sont les présidents des Conseils régionaux de la consommation vont étudier les demandes de révision qui leur seront soumises par les boulangers ».

Les organisations consuméristes se sentent rassurées par les déclarations du directeur adjoint du Commerce intérieur, mais elles demandent à l’Etat de suspendre la Tva et de diminuer les coûts de production. Maguette Thiam, de l’Adeteels s’en explique : « Les Sénégalais sont tellement habitués au pain que si on l’augmente, ça risque de créer des problèmes. Les problèmes peuvent être multiples. D’abord les gens ne mangeront plus autant qu’ils mangeaient, ils seront sous-alimentés et dès lors susceptibles à des maladies. Et l’augmentation, c’est des rumeurs, ce n’est pas encore dans les faits. Nous sommes contre. Habituellement, chaque fois qu’il y a une augmentation du prix du blé, les conséquences sont répercutées au niveau du consommateur. Le ministre du Commerce convoque le Conseil national de la consommation qui comprend les boulangers, les consommateurs, pour discuter les structures des prix. Et chaque fois, nous demandons que le gouvernement suspende la Tva pour alléger le prix du pain et il y a des moments où le gouvernement l’a accepté. Mais on lui a demandé également de réduire les coûts de production pour éviter un prix exorbitant, pour que ce soit accessible à tous les Sénégalais ». Sur ce qu’ils feraient si le prix du pain venait à être augmenté, M. Thiam répond qu’ils saisiraient les autorités « qui sont responsables quand même de l’organisation de notre société, pour que les citoyens vivent dans de bonnes conditions. Ce sera la première chose à faire. Maintenant, les autres stratégies, il faudrait que toutes les associations qui existent au Sénégal se concertent et voient quelle stratégie adopter ensemble ».

Source: Nettali

Article Lu 1609 fois

Dimanche 24 Juin 2007





1.Posté par LE NEGRE le 24/06/2007 12:55
SI LE PAIN AUGMENTE,JE REVIENDRAI A CE QUI SE FAISAIT IL Y A LONGTEMPS:
CONSERVER LES RESTES DU SOIR POUR ASSURER LE PETIT DEJEUNER.
POUR LES CRITIQUEURS, SACHEZ QUE CELA N'ENGAGE QUE MOI.


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State