Référence multimedia du sénégal
.
Google

POURQUOI DIAMNIADIO A-T-IL ETE ABANDONNE? Le « naxe » de Wade a fait long feu

Article Lu 1464 fois

Je ne suis pas sûr d’avoir une bonne traduction du wolof au français du mot « nax », mais je vais m’aventurer à retenir le concept d’endormir. Par contre, ce dont je suis sûr est qu’Abdoulaye Wade a toujours bien aimé ce mot. Vers la fin de l’année 2001, le nouveau président qui, encore sous le coup de l’euphorie, avait encore de la peine à croire que les Sénégalais avaient fait lui le chef suprême des Armées, disait d’un chef d’Etat mégalomane du Mashrek dans une suite d’hôtel d’une ville occidentale : « Bayyileen ma ak mom rekk, danaa ko nax bamu investir xaalisam bi Afrique ». (Laissez-le moi. Je vais l’amener à investir tout son argent en Afrique). Autre lieu, autre circonstance. A un de ses supporters qui lui disait qu’à son avis, lui, président de la République était en train de prendre une position qui ne lui semblait pas très bonne. Abdoulaye Wade répond « je suis d’accord, mais comme je sais que si je prends cette position, l’opposition va prendre celle qui est contraire, « bayyil ma naxleen. Bunu nee loolu lanu bëgg mane leen waaw ànd naaci. (Laisse-moi endormir l’opposition à prendre la position contraire je lui dirais que je suis d’accord).



Après l’élection présidentielle de février 2007, à la télévision nationale, le président de la République déclare à tous les Sénégalais, que des émissaires d’Idrissa Seck qui lui avaient remis un document original et dans lequel son ancien Premier ministre, avouait d’un détournement de milliards de deniers publics, il leur rend l’original non sans avoir fait une copie. Et de conclure « dama leena nax ».

Le seul petit détail que le natif de Kébémer n’a pas pris en compte est, comme disent les Wolof, doff boo gis kër nit la xëyé. (Chaque malade mental rencontré est membre d’une famille ayant des membres dotés de bon sens). Dans le cadre du programme du Millénium Challenge Account (MCA), le président du Sénégal ……. a voulu utiliser la même technique ou tactique de « naxe » avec les Américains. ……. Le Pape du Sopi ne se rendait pas compte que comme le disait Bill Clinton, que les sociétés démocratiques se font la concurrence et non la guerre. Les pays occidentaux n’accepteront jamais de se prêter au jeu qui consiste à les opposer les uns contre les autres dans leurs relations diplomatiques pour le contrôle de l’Afrique.

Abdoulaye Wade a déclaré à Jacques Chirac que les Américains allaient lui donner de milliards. Il pensait peut-être que l’occupant de l’Elysée allait se dire « je dois faire vite avant que les Américains ne me prennent un des alliés les plus sûrs de la France ».

Tous ceux qui savent comment les pays occidentaux cordonnent leur diplomatie vous diront que probablement le programme du Millénium Challenge Account avait été déjà soumis aux partenaires stratégiques du Pays de l’Oncle Sam avant son adoption par le Congrès. N’oublions quand même pas que ce sont le GI’s, enfants du peuple américain, qui ont débarqué, (beaucoup y ont perdu la vie), sur les plages de Normandie pour libérer la France.

Abdoulaye Wade ne s’est pas limité là avec ses tentatives de manipuler les Américains. Au lendemain de la journée traumatisante du 11 septembre 2001, ou l’Amérique a fait l’objet de l’attaque la plus meurtrière de son histoire sur son propre sol …. Wade, sans qu’on ne le lui demande, convoque un sommet africain sur le terrorisme à Dakar pour montrer son « soutien » à Georges Bush. L’Afrique, avec la bénédiction du tout puissant Obasanjo du Nigeria, désavoue le chef d’Etat néophyte, en lui disant que le continent avait déjà adopté au début des années 90 à Alger, une convention de lutte contre le terrorisme. Et qu’il n’y avait pas nécessité d’un nouveau document de Dakar.

Le chef de l’Etat sénégalais qui continue à penser que « l’intelligence » d’un leader peut supplanter le poids économico-politique d’un pays, force sa voix au sommet économique de Davos en Suisse, ou l’Afrique avait mandaté ses géants, que sont les présidents de l’Afrique du Sud, de L’Algérie, de l’Egypte et du Nigeria pour présenter aux grands de ce monde, un plan de sortie de la pauvreté du continent.

Abdoulaye Wade réussit un grand coup en imposant une discussion de son Plan Oméga, à côté de celui (La Renaissance africaine) porté par les plénipotentiaires du berceau de l’Humanité. Le résultat final est une combinaison des deux approches pour accoucher ce fameux Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique, le Nepad.

On le sait, Le Vieux Nègre aime la Médaille. Abdoulaye Wade et ses compagnons des cinq régions africaines deviennent des éléments du décor des sommets du G 7, devenu G8 après l’intégration de la Russie. Pendant un moment, le « naxe » de notre président continuait à fonctionner. Mais au fil des ans, les leaders occidentaux, soumis à l’obligation de résultat vis-à-vis de leurs électeurs finiront par se demander quel est l’intérêt de ce cirque. Et la présence de nos leaders à ces rencontres devient plus discrète.

Le Sénégal, à cause de son histoire de fenêtre de la démocratie, à côté du Mali, et la « réussite » de la technique très perfectionnée du « naxe » de Wade finit par être l’enfant choyé de la Maison blanche. Dés lors, il n’est pas surprenant que le Sénégal soit parmi les premiers (sinon le premier) à être éligible, pour bénéficier de ce nouveau mécanisme de l’organisation de l’aide américaine, basée désormais non plus sur le besoin, mais plutôt sur le mérite.

Au lieu de comprendre que quand votre ami banquier vous demande de solliciter un prêt auprès de son institution, votre amitié n’est autre chose qu’un pas de porte, mais que vous avez besoin d’avoir un dossier « bancable ». L’occupant de l’Avenue Roume continuait à considérer que son amitié avec George W. Bush lui garantissait à priori, le déblocage des dollars américains.

A ce jour, et malgré les multiples sonnettes d’alarme de la part de la presse qui suivait ce dossier, le Sénégal n’a jamais pu élaborer un projet répondant aux normes requises par le MCC.

On est même fondé à se demander si l’intervention des Arabes de Dubaï n’a pas servi d’alibi à des Américains qui voyaient que de toutes façons, le Sénégal comptait plus sur les relations politiques que sur un expertise qui pourtant ne lui fait aucunement défaut.

……..Dieu sait que le pays dispose de suffisamment d’expertise pour élaborer un document bancable. En tous cas, c’est l’avis des experts du Millénium Challenge Corporation qui insistent sur le fait que l’équipe dirigée par Sogue Diarisso est d’une capacité hors pair. Ce même Diarisso qui aura sur son cv, la mention « dernier directeur du défunt projet de plateforme de Diamniadio » est pourtant celui qui en avait dirigé l’élaboration. En cours de route, on a voulu avoir des « plus sûrs » à la tête de ce qui apparaissait, comme un robinet à milliards, en gestation.

D’ailleurs certains pensent que des raisons similaires ont été à la base du limogeage d’Aicha Agne Pouye présentée comme une forte personnalité, si ce n’est pas carrément une tête brûlée. Ceux qui savent quelles sont les relations personnelles d’Aicha Pouye à l’intérieur de la direction du MCC jurent que son départ a été durement ressenti par les partenaires américains.

Mais également, ces partenaires sont très frustrés après tous les efforts financiers (3millards 250 millions de francs Cfa officiellement dépensés) consentis, des centaines d’heures de travail effectué, des milliers de miles de voyage…. Certes, les convenances diplomatiques interdisent aux fonctionnaires de la corporation d’admettre cette frustration, voire cette colère devant les journalistes, même sous le couvert de l’anonymat. Cependant, nos sources au fait des sentiments de ces fonctionnaires nous confirment qu’ils ne cessent de se plaindre de ce pied de nez.

Dame Babou
Source: Sud Quotidien

Article Lu 1464 fois

Lundi 2 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State